Dans la NFL

Tomlin et les Redskins, un scénario qui a du sens

Pour les plus jeunes qui ne suivent les activités de la NFL que depuis 25 ans ou moins, les Redskins de Washington sont synonymes de médiocrité. Dans les années 80 et au début des années 90, cette organisation faisait pourtant partie des cinq meilleures du circuit.

Les Redskins ont signé la dernière de leurs trois victoires au Super Bowl il y a 28 ans, eux qui ont remporté les grands honneurs lors des saisons écourtées de 1982 et 1987, de même qu’en 1991. Les trois fois, ils étaient dirigés par Joe Gibbs, l’un des grands entraîneurs de son époque, qui n’a jamais reçu la publicité qu’il méritait.

Mais depuis cette décennie marquée par les championnats, l’étoile des Redskins a considérablement pâli. Et la plupart des observateurs jettent le blâme sur Daniel Snyder, qui a acheté l’équipe en 1999 alors qu’il n’était âgé que de 34 ans. Snyder avait fait sa fortune dans le monde du marketing.

Dans les années 2000, Snyder a multiplié les coups d’éclat sur le marché des joueurs autonomes, ce qui ne s’est toutefois jamais traduit par du succès sur le terrain. Il a montré très peu de patience avec ses entraîneurs et a souvent embauché de grands noms pour essayer de relancer le club.

Snyder a notamment convaincu Steve Spurrier de quitter la NCAA et de s’amener dans la capitale américaine. Des entraîneurs aguerris comme Mike Shanahan et Marty Schottenheimer ont également occupé le poste d’entraîneur-chef. Même Gibbs est sorti de sa retraite pour diriger l’équipe durant une période de quatre saisons.

Mais rien de tout cela n’a fonctionné. Les Redskins n’ont remporté que deux matchs éliminatoires depuis que Snyder est leur propriétaire et aucun depuis la saison de 2005.

En plus d’avoir remporté le Super Bowl trois fois et d’y avoir participé à une autre reprise (1983), Washington avait gagné 11 matchs ou plus à cinq occasions en 10 ans entre 1982 et 1991. L’équipe n’a plus jamais réussi l’exploit depuis.

Tomlin dans la ligne de mire

Après avoir perdu ses cinq premiers matchs de la saison, Jay Gruden a été remercié, lundi. Son plus bel exploit aura été d’avoir conservé son poste durant plus de cinq ans (fiche de 35-49-1), ce qu’aucun autre pilote n’avait fait jusque-là sous les ordres de Snyder.

Quelques heures après le congédiement de Gruden, des rumeurs ont commencé à circuler, selon lesquelles Snyder aurait déjà un candidat bien précis en tête pour le poste d’entraîneur-chef de son équipe : Mike Tomlin. Bill Callahan occupera le poste par intérim pour le reste de la saison.

Ed Werder (ESPN) et Jason La Canfora (CBS Sports) ont tous deux rapporté que Tomlin était dans la ligne de mire de Snyder. Le problème, c’est que Tomlin est sous contrat avec les Steelers de Pittsburgh pour les trois prochaines saisons. Même s’ils en arrachent cette saison, les Steelers n’ont pas congédié un entraîneur-chef depuis plus de 50 ans, alors que seuls Chuck Noll (de 1969 à 1991), Bill Cowher (de 1992 à 2006) et Tomlin (depuis 2007) ont eu ce poste.

Selon les rumeurs, Snyder serait prêt à tout pour mettre la main sur Tomlin, qui est originaire de Hampton, dans l’État de la Virginie, près de Washington. Qui plus est, le fils de Tomlin, Dino, est actuellement un receveur pour les Terrapins de l’Université du Maryland. Autre facteur considérable, le directeur général des Redskins, Bruce Allen, a connu Tomlin et a travaillé avec lui chez les Buccaneers de Tampa Bay dans les années 2000.

Tomlin a fait bien peu pour éteindre les rumeurs lorsqu’il a répondu aux questions des journalistes cette semaine. « Je ne m’inquiète pas de ça. Mon équipe a actuellement une fiche de 1-4 et je me prépare à affronter un quart-arrière qui est un futur membre du Temple de la renommée [Philip Rivers] avec mon troisième quart [Devlin Hodges] », s’est-il contenté de dire. Les Steelers et les Chargers s’affronteront demain soir à Los Angeles.

Si les Steelers terminent la saison avec une fiche perdante, ce sera la première fois en 13 ans que cela se produit avec Tomlin aux commandes. Il serait donc étonnant que ce dernier se fasse remercier, même si le moment serait peut-être bien choisi pour mettre fin à l’association.

Comme Jon Gruden ?

Le scénario d’une transaction entre les Redskins et les Steelers devrait cependant être sérieusement envisagé. Pittsburgh pourrait tourner la page sur l’ère Tomlin sans fracas, tout en obtenant des actifs en retour. Tomlin pourrait quant à lui repartir à neuf dans un coin de pays qu’il connaît bien.

Les Redskins regagneraient à tout le moins de la crédibilité avec Tomlin. Bien qu’il ne fasse pas l’unanimité, Tomlin est un bon entraîneur-chef, apprécié de ses joueurs. Il a mené les Steelers au Super Bowl à deux reprises et a remporté celui de 2008. Parmi tous les entraîneurs-chefs actifs, seul Bill Belichick possède un meilleur pourcentage de victoires que lui.

Il ne s’agirait pas de la première transaction impliquant un entraîneur-chef dans la NFL. En 2002, les Buccaneers ont négocié avec les Raiders d’Oakland afin d’obtenir Jon Gruden. Ils ont sacrifié deux choix de premier tour et deux choix de deuxième, en plus de donner 8 millions à feu Al Davis et aux Raiders.

Ironie du sort, moins d’un an plus tard, Gruden et les Bucs ont battu les Raiders au Super Bowl.

Il reste à voir si les Steelers accepteraient de se départir de Tomlin et si Snyder et les Redskins seraient disposés à céder des choix au repêchage en retour. Mais il fait peu de doute que ce scénario pourrait faire le bonheur de toutes les parties impliquées.

LES PRÉDICTIONS DE MIGUEL BUJOLD

Caroline c. Tampa Bay (à Londres) : Tampa Bay

Seattle c. Cleveland : Cleveland

Houston c. Kansas City : Kansas City

Washington c. Miami : Washington

Philadelphie c. Minnesota : Minnesota

La Nouvelle-Orléans c. Jacksonville : La Nouvelle-Orléans

Cincinnati c. Baltimore : Baltimore

San Francisco c. Rams de L.A. : Rams de L.A.

Atlanta c. Arizona : Atlanta

Tennessee c. Denver : Tennessee

Dallas c. Jets de N.Y. : Dallas

Pittsburgh c. Chargers de L.A. : Chargers de L.A.

Detroit c. Green Bay : Green Bay

Semaine dernière : 7-7

Total de la saison : 45-28

Houston c. Kansas City demain 13 h

Deshaun Watson a offert une performance à la Patrick Mahomes, dimanche dernier : 28 en 33 pour 426 verges, cinq passes de touché et 47 verges en quatre courses. Il sera maintenant intéressant de voir s’il sera en mesure de conserver le rythme contre ce même Mahomes, demain. Le quart des Chiefs s’est blessé à une cheville dans la défaite des siens contre les Colts, dimanche dernier, ce qui a limité son efficacité en deuxième demie. Les Colts ont montré au reste de la ligue la meilleure façon de battre les Chiefs : en dominant l’action avec leur jeu au sol et en limitant les longs jeux en défense. Les Chiefs sont actuellement au 30e rang contre la course, eux qui accordent en moyenne plus de 155 verges par match.

San Francisco c. Rams de L.A. Demain 16 h

Ceux qui croyaient que le beau début de saison des 49ers était un mirage peuvent se détromper. Cette équipe est brillamment menée par Kyle Shanahan et compte sur une attaque polyvalente et imprévisible. Cela dit, la perte du centre-arrière Kyle Juszczyk et du bloqueur Mike McGlinchey, qui rateront tous deux entre quatre et six semaines en raison d’une blessure à un genou, aura un impact important sur cette dernière. Les Niners devront donc se fier encore un peu plus à leur excellente défense afin de gagner des matchs jusqu’en décembre. Les Rams n’impressionnent personne depuis le début de la saison et une défaite à domicile contre un rival de division leur ferait très mal dans la course aux éliminatoires, même s’il est encore tôt dans la saison.

Detroit c. Green Bay

lundi 20 h 15

Aaron Rodgers soutient qu’il est satisfait de l’attaque jusqu’à présent, mais permettez-nous d’en douter. Chaque fois qu’on voit l’entraîneur-chef Matt LaFleur s’approcher de Rodgers sur les lignes de touche, le quart-arrière semble avoir de la difficulté à le regarder dans les yeux… Il est cependant indéniable que l’arrivée de LaFleur a profité au jeu au sol des Packers, qui n’avait pas été aussi productif depuis longtemps. Matt Patricia et les Lions reviennent de leur semaine de relâche et voudront prouver qu’ils seront impliqués dans la lutte pour le championnat de la division Nord de la Nationale au même titre que les Packers, les Vikings et les Bears. Il fait peu de doute qu’il s’agit de la meilleure division de la NFL à l’heure actuelle.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.