ACTIONS À DIVIDENDES

Québec inc. boursier en dividendes

Le contingent d’entreprises de Québec inc. cotées en Bourse compte quelques étoiles du rendement en dividendes. Elles se retrouvent aussi dans une variété de secteurs d’activité, des services financiers à la fabrication industrielle, en passant par les énergies renouvelables et les services d’ingénierie. Voici un top 5 du rendement en dividendes parmi les entreprises québécoises dont la capitalisation boursière dépasse le milliard de dollars.

Banque Laurentienne

Rendement courant en dividendes : 4,9 %

Cours récent : 48,75 $

Capitalisation boursière : 1,4 milliard

À l’instar des principales banques canadiennes, la Banque Laurentienne, deuxième sous direction québécoise en taille d’actifs, fait partie des entreprises avec un historique de hausses régulières de dividendes. Toutefois, depuis quelques trimestres, cet avantage aux actionnaires de la Laurentienne n’a pas suffi à secouer la léthargie de ses actions en Bourse. De l’avis d’analystes, cette léthargie découle notamment de l’attente des résultats des changements de hauts dirigeants à la banque. Entre-temps, le rendement en dividendes des actions de la Laurentienne s’est élevé tout près de 5 %, supérieur de 0,5 à 1,5 point de pourcentage à ceux des autres banques.

Aimia

Rendement courant en dividendes : 9,3 %

Cours récent : 8,65 $ (AIM)

Capitalisation boursière : 1,3 milliard

La présence en tête de cette liste de l’entreprise montréalaise qui possède et gère les systèmes de points de fidélisation de clientèle, comme Aéroplan, lié au transporteur Air Canada, est un peu étonnante. En fait, c’est la perte de 50 % de la valeur des actions d’Aimia depuis deux ans qui l’a davantage propulsée à cette position, plutôt qu’une majoration significative de son dividende trimestriel. Aussi, après quatre trimestres consécutifs de déficit d’exploitation, la pérennité de dividendes pour lesquels Aimia débourse 35 millions par trimestre suscite de la méfiance parmi les investisseurs.

Financière Power

Rendement courant en dividendes : 5,2 %

Cours récent : 30,05 $ (PWF)

Capitalisation boursière : 21 milliards

Le conglomérat d’assurances-vie et de services d’investissement ainsi que sa société mère, Power Corporation, font partie depuis longtemps du contingent sélect des « blue chips » à dividendes sur la Bourse canadienne. Pour leurs actionnaires, l’encaissement de dividendes constitue la principale source de rendement sur leur placement depuis plusieurs années. Autour de 30 et de 27 $, respectivement, les actions de la Financière Power et de Power se transigent ces temps-ci à des prix comparables à ceux d’il y a six ans. De l’avis d’analystes, dans un contexte de faibles taux d’intérêt, les investisseurs boursiers doutent du potentiel de croissance des résultats chez les filiales d’assurances-vie et de services d’investissement de la Financière Power.

Cominar

Rendement courant en dividendes/distributions : 8,9 %

Cours récent : 16,40 $ (CUF.UN)

Capitalisation boursière : 2,7 milliards

L’entreprise d’immobilier commercial et industriel dirigée par la famille Dallaire, de Québec, affiche un rendement en dividendes élevé qui est typique de son statut de fiducie d’investissement immobilier. L’une des particularités de ces fiducies est d’acheminer une part importante de leurs revenus avant impôt provenant d’actifs à long terme, comme des immeubles, sous forme de « distributions » vers leurs détenteurs de parts qui, eux, sont imposés sur ces revenus de placement selon leur taux respectif. La contrepartie d’un rendement en « distributions » aussi élevé ? Les parts de Cominar sont considérées comme faisant partie des titres plus sensibles à une éventuelle remontée de taux d’intérêt. D’où leur stagnation en valeur depuis quelques trimestres.

Domtar

Rendement courant en dividendes : 4,7 %

Cours récent : 46,65 $ (Toronto)

Capitalisation boursière : 3 milliards

Les actionnaires de la papetière bénéficient de l’un des rendements en dividendes les plus élevés – à 4,7 % – parmi les entreprises industrielles cotées à la Bourse de Toronto. Cet avantage découle de deux facteurs principaux. D’une part, le cours des actions de Domtar stagne autour des 50 $ depuis trois ans, après un fractionnement d’actions à deux pour une et un ajustement subséquent de dividendes avantageux. D’autre part, Domtar a rehaussé son dividende à deux reprises depuis ce fractionnement d’actions. Durant cette période, la papetière a terminé une restructuration d’actifs et investi dans des produits à plus haute valeur ajoutée. En Bourse, les efforts de Domtar semblent être parvenus à neutraliser la perception négative des investisseurs envers une industrie en déclin.

SOURCES : BOURSE DE TORONTO, THOMSON REUTERS

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.