Musique

Sur la route avec Travis Cormier

Au printemps 2016, la « Travismania » s’est emparée des spectateurs de La voix. Le jeune Acadien aux cheveux longs et protégé d’Éric Lapointe, qui s’était fait remarquer en interprétant Dream On d’Aerosmith, s’était rendu en finale de la populaire émission, porté par ses fans. Travis Cormier lance cet automne son premier disque, Dollars & Hearts, que nous avons analysé à travers le chemin qu’il a parcouru en Amérique du Nord.

Vancouver

Dollars & Hearts a été réalisé par le légendaire Bob Rock dans le studio de Bryan Adams à Vancouver. « Je voulais travailler avec Bob Rock. Au début, il était question qu’il vienne à Montréal, mais il m’a demandé de me rendre à Vancouver, parce qu’il aimait mieux travailler avec sa console et son band. J’ai dit OK, ça ne me dérange pas de me déplacer ! raconte Travis Cormier en rigolant. C’était comme un rêve pour moi. » Le chanteur, qui s’est nourri de la musique des années 80, a eu la chance de faire son disque à la manière de l’époque. « Tout le band joue ensemble, ça crée une énergie et on le sent. » C’est particulièrement réussi, estime-t-il, sur la chanson Over You, dont il a écrit les paroles avec le guitariste de Bon Jovi Richie Sambora. « C’est Bob Rock qui me l’a présenté quand je lui ai parlé de mes influences. J’ai travaillé sur trois chansons avec lui, c’est pour ça que tu entends l’influence de Bon Jovi sur mon disque. »

Los Angeles

À 17 ans, Travis Cormier a quitté son Moncton natal pour aller étudier la musique à Los Angeles. « J’ai tout laissé derrière, ma famille, mes amis, mon band, ma blonde, pour poursuivre mon rêve. » C’est à cette époque qu’il a commencé à écrire la chanson Pictures of Paradise, qui est aujourd’hui sur son disque. « Ça parle d’un couple d’ados qui a tripé un été, puis dont les chemins se sont séparés. Quelques années plus tard, le gars entend la chanson préférée de la fille à la radio, et ça lui rappelle de beaux souvenirs. » Travis Cormier aime parler d’amour dans ses chansons. « Je suis un gars assez sensible. » Un émotif, qui a touché le cœur du public québécois. « Les gens sont encore là, loyaux. Je suis très chanceux. C’est pour ça que j’ai décidé de prendre mon temps pour faire cet album. J’aurais pu me dépêcher, tout le monde me poussait à sortir un premier album rapidement pendant que c’était encore chaud. Mais le plus important, c’était les tounes. J’ai passé un an en écriture, je voulais offrir un beau produit. »

Toronto

C’est à Toronto que Travis Cormier a rencontré l’auteur de la chanson titre du disque, Marti Frediksen. « J’ai été invité à chanter sur scène avec Steven Tyler pour le show country qu’il donne avec son Loving Mary Band. Après, je suis allé dans la loge avec eux pendant plusieurs heures, et c’est là que j’ai rencontré Marti. » Le guitariste de Nashville avait écrit Dollars & Hearts pour le chanteur d’Aerosmith, mais elle ne s’était pas rendue sur son disque. « C’est une chanson country-rock et je tripais vraiment dessus. J’adore le country. Ma mère était fan, j’ai grandi dans ça. » Par ailleurs, Travis Cormier n’en revient toujours pas d’avoir chanté avec son idole Steven Tyler. « On a fait un bout de Don’t Wanna Miss a Thing. C’était wow ! »

Montréal

« Montréal, c’est vraiment chez nous maintenant », dit le chanteur acadien. Travis Cormier est heureux d’y vivre, et y a rencontré de nombreux musiciens, dont Bobby John, avec qui il a écrit la chanson All for You. Sans oublier son mentor Éric Lapointe, chez qui il a habité pendant deux ans, et de qui il est resté très proche. « ll n’a pas collaboré directement à l’album, mais il a joué un gros rôle. Je lui demande toujours son opinion quand je ne suis pas certain de quelque chose. » Quant à All for You, « la chanson deep de l’album », il l’a écrite pour ceux qui vont mal. « La musique m’a aidé à traverser les moments difficiles. J’ai voulu écrire cette chanson pour aider ceux qui en ont besoin, pour leur donner de l’espoir. Elle me tient vraiment à cœur. »

Moncton

Travis Cormier est originaire de Dieppe, la partie francophone de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Just Like Music, « qui parle de se rappeler ce qu’on était quand la vie était simple », lui fait penser à chez lui. « Ça me rappelle d’où je viens. Je suis fier de venir de cette place et j’aime y retourner. Ça me garde les pieds à terre. Des fois, je suis tellement occupé, je pense juste à mon rêve, et j’oublie de profiter de la vie, d’être heureux. » Pourra-t-on entendre un jour des chansons de Travis Cormier en français ? « Oui. J’en ai écrit avec Éric. J’en ai plusieurs de faites, je vais les enregistrer éventuellement, peut-être sur un deuxième album, ou un single ou un EP. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.