Actualités

Les nouvelles de la semaine

Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile.

Lincoln aura droit en premier à la nouvelle plateforme électrique de Ford

Sans doute dans le but de redorer l’image d’une marque qui a passablement souffert ces dernières années, Ford introduira sa nouvelle plateforme électrique par l’entremise de sa marque de luxe Lincoln. L’agence de presse Reuters affirme que le premier modèle basé sur le châssis développé avec le jeune constructeur Rivian sera un VUS Lincoln. Son lancement est prévu pour 2022. Cela annonce une véritable révolution technique au sein de la gamme Ford en raison de l’aspect très ingénieux de la conception de ce squelette. Tous les composants mécaniques sont intégrés à même le châssis, qu’on pourrait associer à l’image d’une planche à roulettes. Cela permettra de rendre l’habitacle plus spacieux sans augmenter l’empreinte extérieure du véhicule, en plus d’abaisser son centre de gravité. Cette plateforme est aussi modulaire, ce qui suggère que plusieurs modèles pourront être construits sur celle-ci.

Aston Martin rend hommage au Concorde

Peu d’avions ont autant fasciné que le Concorde. Certes, on a tous en tête son terrible écrasement en juillet 2000 près de l’aéroport Charles de Gaulle, un événement qui a précipité sa retraite. Mais ce sont surtout ses capacités supersoniques qui marquent encore et toujours l’imaginaire. Aston Martin a décidé de marquer à la fois son dernier vol (le 26 novembre 2003) et les 50 ans de son premier vol (le 2 mars 1969) en lançant une édition spéciale de sa DBS Superleggera. À peine 10 exemplaires de cette Superleggera Concorde Edition seront produits par le département de personnalisation du constructeur Q. Ils se démarqueront essentiellement du modèle de série par une combinaison de couleurs différentes, dont une garniture de pavillon exposant une illustration d’un bang supersonique. Les palettes de changement de rapports sont par ailleurs faites du titane des pales du compresseur d’un des moteurs de Concorde.

Cadillac mise sur le prix de la CT5 pour attirer les acheteurs

Cadillac n’a jamais réellement pu s’imposer dans le segment des intermédiaires de luxe, une spécialité foncièrement allemande. La marque de luxe de General Motors veut maintenant corriger le tir, en se concentrant sur le prix. Ainsi, la nouvelle CT5 aura un prix de départ de 39 798 $ (frais transport non inclus) en version propulsion avec un quatre-cylindres turbo de 2 L (237 ch). C’est nettement plus bas que toutes les compactes allemandes. Les dimensions de la CT5 se rapprochent cependant plus de celles des intermédiaires. À l’opposé, la version plus sportive CT5-V verra sa facture de base chiffrée à 49 798 $ en échange d’un V6 de 3 L biturbo (360 ch). Ce positionnement fort agressif est un couteau à double tranchant : certes, il assurera une bonne accessibilité, mais en contrepartie, il pourrait modifier la perception qu’ont les acheteurs de la marque, la rendant moins prestigieuse.

Des Fiat 500 et RAM ProMaster rappelées

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a déployé deux campagnes de rappel distinctes touchant ses modèles Fiat 500 et RAM ProMaster. Des exemplaires de la citadine de Fiat (2012-2013) devront faire un arrêt chez le concessionnaire pour corriger un problème de détérioration des coussinets de câble de transmission. Un bris de ces derniers pourrait provoquer la séparation du câble de la boîte de vitesse, rendant impossible son actionnement. Quelque 10 627 véhicules sont touchés par ce rappel au Canada. Par ailleurs, 8025 fourgonnettes RAM ProMaster (de 2015 à 2018) vendues au Canada sont rappelées pour un problème de surchauffe. Les fusibles des ventilateurs de refroidissement du radiateur peuvent ne pas prévenir leur surchauffe, ce qui pourrait provoquer un incendie dans le compartiment-moteur. Seuls les ProMaster équipés de la climatisation sont touchés.

Les 30 ans d’Infiniti

On allume les bougies ?

Infiniti a 30 ans. Pourtant, même après toutes ces années, un certain brouillard nappe toujours l’identité de cette marque. Ses dirigeants assurent pourtant que la voie est toute tracée : proposer des véhicules utilitaires et privilégier l’électrification. Ce discours n’est pas particulièrement original. Pratiquement tous les constructeurs se définissent plus ou moins de la sorte.

Les dirigeants de la marque estiment cependant que le meilleur est à venir. Une version « coupé » de son actuel QX50 (il sera nommé QX55) fera bientôt sa première apparition publique, tout comme une version fortement révisée de l’actuel QX60. En parallèle, la marque parachève la construction de trois véhicules électriques (deux berlines et un VUS) qui ne seront pas sans ressembler aux études Q, Qs et QX Inspiration (notre photo). Ces modèles sont attendus d’ici trois ou quatre ans. Infiniti aura alors presque 35 ans.

Des promesses pour demain, mais aujourd’hui, la vision de la marque élitiste du groupe soulève plus de questions qu’elle ne fournit de réponses. Elle qui vient de perdre coup sur coup son président-directeur général en mai et son chef styliste en août. En effet, Christian Meunier a quitté la présidence de la marque quatre mois après son entrée en fonction pour rejoindre le groupe FCA, alors que son chef styliste, le Montréalais Karim Abib, a emporté son art et ses crayons chez Kia.

Des décisions difficiles

Hasard ou coïncidence, ces désaffections sont survenues pratiquement au même moment où la marque de luxe de Nissan annonçait son retrait de l’Europe de l’Ouest – pour mieux concentrer ses efforts sur la Chine et l’Amérique du Nord – et quitte son siège social de Hong Kong pour rentrer au nid, au Japon.

L’histoire ne s’arrête pas ici. Sans fleurs ni couronnes, Infiniti a, dans la plus stricte intimité, mis un terme à la production de la QX30, un utilitaire de luxe d’entrée de gamme conçu en collaboration avec Daimler (Mercedes-Benz) et apparu en 2016… Ce modèle qui devait ouvrir de nouvelles perspectives a échoué dans sa mission d’attirer de nouveaux clients. Les concessionnaires au style résolument zen abritent des modèles qui peinent à se rajeunir. Pour 2020, aucun produit du portefeuille canadien ne souligne l’anniversaire de leur créateur. Ce dernier, en guise de cadeau, fait bénéficier toutefois à l’ensemble de la gamme d’un système d’infodivertissement plus évolué compatible avec les applications CarPlay et Android Auto. On peut également apercevoir ici et là quelques retouches sur les QX80 et QX60 actuels, mais rien de majeur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.