Victor Mete et Jesperi Kotkaniemi

De coéquipiers à amis

Tout a commencé l’été dernier, en Virginie, lors d’un camp d’aide aux recrues organisé par l’Association des joueurs.

C’est à cette occasion, entre des formations sur l’utilisation des réseaux sociaux, les dangers des abus de toutes sortes et la gestion financière, que Victor Mete et Jesperi Kotkaniemi ont fait connaissance.

À l’époque, leur seul lien était d’être des espoirs du Canadien. Mais à partir de là, leur amitié n’a fait que grandir.

Ils étaient côte à côte dans l’un des vestiaires pendant l’avant-saison. Après les entraînements, les deux jeunes hommes étaient généralement délégués au ramassage des rondelles. C’était le prix à payer pour les derniers arrivés. Ils en profitaient donc pour jaser, de tout et de rien.

Peu à peu, ils ont commencé à se tenir ensemble en dehors des arénas. Ils allaient manger de la pizza au Sofia, à Brossard, après les entraînements. Mete servait souvent de chauffeur à Kotkaniemi. Puis quand est arrivé le premier voyage de la saison, à Toronto et Pittsburgh, Mete et Kotkaniemi sont logiquement devenus cochambreurs.

« Il ne connaissait personne d’autre que moi, a expliqué Mete. On aime les mêmes choses. Ce n’est pas trop difficile de savoir ce qu’on va faire de nos journées. »

« On regarde les mêmes émissions et les mêmes films. On a à peu près le même âge. On est devenus très proches. »

— Victor Mete

À un point tel que Kotkaniemi a décidé de s’établir dans le Vieux-Port de Montréal, à deux minutes de marche d’où habite Mete. « On fait pas mal tout ensemble », résume simplement le petit défenseur.

Leur amitié sincère a été dévoilée au grand jour dans une vidéo de HabsTV tournée dans une chambre d’hôtel à Vancouver plus tôt cette saison. La vidéo est un heureux mélange d’insouciance, de plaisir et… de malaise.

Bref, elle est parfaitement à leur image. Pendant six minutes, on les voit décrire tant bien que mal les quelques éléments anodins de leur chambre exiguë. Mete fait le gros de la conversation, Kotkaniemi lance quelques craques ici et là. Chaque fois, il fait mouche auprès de son cochambreur, qui rit de bon cœur.

« Nous sommes tous les deux plutôt étranges, a répondu le grand ado finlandais avec son éternel sourire. On est au même niveau d’étrangeté. C’est la base de notre relation. La chambre était toute petite. Je ne savais pas quoi dire. Ça manquait de sérieux. »

« KK [le surnom de Kotkaniemi] ne voulait rien dire, il voulait que je sois le seul à parler, a complété Mete. J’essayais de le convaincre de dire quelques mots. Au final, il a seulement montré que les rideaux s’ouvraient par eux-mêmes et a dit “mint” souvent. »

« Mint »

Avec le temps, l’expression « mint » est devenue un peu l’emblème de leur amitié. Le mot anglais que l’on doit traduire par excellent ou parfait (et non menthe) a été introduit dans le vocabulaire du vestiaire par Mete. Il jure que c’est une formule souvent utilisée là d’où il vient, Woodbridge, en Ontario, près de Toronto.

« On était à Toronto, Mete vient de là, a dit Kotkaniemi. Il m’a parlé du mot “mint”. Je trouvais ça vraiment bizarre, mais maintenant, je le dis tout le temps. »

« Il copie généralement tout ce que je dis, a répliqué Mete. Maintenant, il le dit aussi. »

Kotkaniemi s’est aussi mis en tête d’insérer un peu de finnois dans les expressions de son ami. Mete se méfie toutefois puisqu’on ne lui révèle jamais la teneur de ce qu’il dit. Bref, à les suivre sur les réseaux sociaux, c’est à croire que leur vie entière est « mint » désormais.

Il faut dire que Mete et Kotkaniemi ont prouvé à leur manière cette saison qu’ils étaient des incontournables pour l’avenir du Canadien.

Kotkaniemi a réussi à s’établir avec l’équipe, ce qui est en soi un exploit pour celui qui est devenu le plus jeune joueur de la LNH. Malgré ses récentes maladresses, conséquences du lourd calendrier de la LNH, sa vision du jeu exceptionnelle ne fait plus de doute. Il a donné une nouvelle vie à une ligne de centre considérée, au mieux, comme suspecte avant le début de la saison.

Mete, lui, a mis du temps avant de gagner la confiance de l’entraîneur-chef Claude Julien en raison de ses lacunes défensives. Un séjour dans la Ligue américaine lui a permis de prendre confiance et d’améliorer son positionnement. Le voici maintenant partenaire de Shea Weber depuis 10 matchs. Il attend toujours son premier but dans la LNH, mais il a démontré l’étendue de ses aptitudes.

N’empêche, on parle ici de joueurs de 18 ans et 20 ans respectivement catapultés dans des rôles clés, au vu et au su de tous dans un marché comme Montréal. C’est dans cette optique que leur amitié prend toute son importance. Après tout, c’est dans le vestiaire que naît la fameuse attitude.

« Il est très drôle, a dit Mete. On s’aime beaucoup et on aime aussi se moquer l’un de l’autre. Mais il sait que s’il a besoin de quoi que ce soit, je serai là pour lui. »

« On s’aide beaucoup, a ajouté Kotkaniemi. On est jeunes, on se tient ensemble et on parle souvent de ce que l’on vit. C’est bien d’avoir quelqu’un en qui tu peux avoir confiance. »

1

Liste des blessés

CanaDien

Andrew Shaw (cou)

Bruins 

Joakim Nordstrom (fracture du péroné)

Urho Vaakanainen (commotion)

45

S’il joue, ce match sera le 45e de Carey Price contre les Bruins de Boston. C’est l’équipe qu’il a le plus souvent affrontée dans la LNH. C’est aussi l’équipe contre laquelle il a obtenu le plus de victoires, avec 25 (à égalité avec les Sénateurs d’Ottawa).

1

Nombre de joueurs avec plus de 40 points et plus de 50 minutes de pénalité dans la LNH cette saison. Il s’agit de Brad Marchand, évidemment, à 47 points et 80 minutes de pénalité.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.