Vanessa Paradis

Tour de carrière

Vanessa Paradis lance vendredi un album double, 22 singles sur le premier – dont une nouvelle chanson, Vague à l’âme sœur –, 18 duos ou rencontres uniques sur le deuxième, résumant ainsi une carrière exceptionnelle qui dure depuis 30 ans. La star française a accepté avec grâce de fouiller dans ses souvenirs et de commenter huit chansons pour nous.

Tandem

Album : Variations sur le même t’aime (1990)

« Cette chanson me rappelle quelques mois avec Serge Gainsbourg et Franck Langolff, qui a fait la musique. C’était mon deuxième album ; forcément, il y avait eu beaucoup d’évolution par rapport au premier. Le premier, j’avais 15 ans, alors que celui-là annonçait la jeune femme que j’allais devenir. Je pouvais me sentir femme, celle que je rêvais d’être. Ça a aussi donné lieu au clip de Jean-Baptiste Mondino, qui est mon préféré. Et surtout, j’ai eu la chance de travailler avec Gainsbourg. C’est fou. Quand je regarde ces sept albums, ça donne peut-être le vertige, mais c’est un beau vertige. »

Be My Baby

Album : Vanessa Paradis (1992)

« C’est l’enregistrement du troisième album avec Lenny Kravitz à New York. Apprendre l’anglais, l’argot anglais ! Vivre à New York aussi. C’était euphorisant, électrisant. Mes deux premiers albums, je les avais faits avec une équipe qui me connaissait depuis que j’étais enfant. Là, c’était l’inconnu. C’était moins réconfortant, mais ç’a été un énorme stage de travail. C’est mon premier album et les premières tournées en anglais. C’était une grande liberté aussi, car quand j’étais là-bas, j’étais quasiment anonyme. C’était fou, avoir 20 ans et vivre à New York. »

Dès que j’te vois

Album : Divinidylle, (2007)

« J’avais connu Matthieu Chedid sur Bliss, mon album précédent. Matthieu, c’est une des rencontres les plus importantes de ma vie personnelle et musicale. Il est comme mon frère. J’ai tellement confiance en lui et il me donne énormément confiance en moi. Je lui demande toujours conseil, encore aujourd’hui. En plus d’être un grand musicien et performeur, c’est un des garçons les plus gentils que je connaisse. Il a donné des chances et des ailes à beaucoup de gens. Il a participé à la moitié de Bliss à peu près, mais on a fait Divinidylle ensemble du début à la fin. Il a mis tellement de lui dans ce disque ! C’est même lui qui a proposé qu’on fasse la tournée ensemble. Au début, ça ne devait être que quelques concerts ; finalement, ç’a été deux tournées complètes ! Il compte beaucoup pour moi. »

Love Song

Album : Love Songs (2013)

« J’aime toutes sortes de musiques, même si celle que je fais est considérée comme pop. Mais j’aime autant le rock et la soul. La soul est ma musique préférée, en fait. Travailler avec Benjamin Biolay, ça rassemble tout ça. C’est évidemment un grand amateur de musique : dès son premier album, il y avait de la pop, de la chanson française, de la soul, même du rap. J’étais en accord avec ses idées d’arrangements, de production, et c’est un grand auteur-compositeur ! Il m’a écrit de grandes chansons. C’est le seul “double album” que j’ai fait, parce qu’on avait tellement de bonnes chansons. On a enregistré à Bruxelles dans un studio fabuleux. C’est un beau souvenir. »

Le tourbillon de la vie, avec Jeanne Moreau

« C’est un moment assez fragile. Au Festival de Cannes en 1995, on m’avait demandé de préparer cette surprise pour Jeanne Moreau. Mais les surprises, on ne sait pas toujours si ça va faire plaisir… Je suis rentrée sur scène sans savoir si ça allait lui plaire, et sans savoir si elle allait chanter ou pas. Elle était assise dans la première rangée, j’avais le cœur battant et les jambes toutes tremblantes. J’ai commencé à chanter, et quand j’ai levé les yeux, je suis tombée dans les siens, qui me souriaient. Et puis elle s’est levée, s’est dirigée vers moi, m’a attrapé la main. J’ai trouvé ça d’une grande générosité. Elle n’est pas montée sur scène, elle est restée dos au public et elle a chanté pour moi. Il y avait une émotion entre nous deux qui était si forte, complètement envahissante, je n’ai jamais vécu ça sur scène. Je chéris ce souvenir pour toujours. »

Des heures hindoues, avec Étienne Daho

« Étienne Daho, c’est quelqu’un que j’aime depuis toujours. Il a toujours été d’une grande gentillesse à mon égard, même au début quand c’était difficile et que les gens n’étaient pas tendres avec moi. J’admire tant son travail, c’est une belle personne qui a fait de grandes chansons et c’est un honneur d’avoir chanté avec lui. Nous devions faire deux chansons sur une émission de télé, une à moi et une à lui. La sienne, Des heures hindoues, je l’écoutais en boucle depuis qu’elle était sortie. Ce qu’on entend sur l’album, c’est une petite répétition qu’on a enregistrée comme ça dans un salon, sur le coin d’une table. On aurait peut-être pu faire mieux, mais c’est le témoin de ce moment. »

Du bout des lèvres, de Barbara, avec Alexandre Tharaud

« Que voulez-vous répondre quand on vous demande d’interpréter une chanson d’une des plus grandes chanteuses françaises ? C’est un honneur. En plus, Alexandre Tharaud est un des plus grands pianistes au monde, un grand talent, une grande sensibilité, et il m’a demandé d’interpréter une des plus belles chansons de Barbara. C’est une grosse responsabilité, un gros trac aussi ! Nous avons enregistré en studio le piano et la voix ensemble, c’était un moment vrai, très vrai, au niveau de l’interprétation, de l’émotion, de retenir son souffle, de réussir la version jusqu’au bout. »

Stand By Me, de Ben E. King, avec Willy DeVille

« Quelle chance et quel honneur j’ai eus ! J’étais peut-être trop jeune pour mesurer ma chance au moment où je l’ai fait. C’était en 1993 pour l’émission Taratata, je me rappelle, on ne s’est pas beaucoup parlé, il était assez timide, peut-être aussi qu’il se demandait un peu pourquoi il chantait avec moi. Je n’en sais rien, mais on a fait une sacrée bonne version de cette chanson. Quand je regarde ça, je suis très fière de toutes ces collaborations, de ces artistes que j’ai eu la chance de croiser et avec qui j’ai chanté de grandes chansons. »

Chanson

Best of & Variations

Vanessa Paradis

Universal

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.