Le Québec dans l’assiette

Une Dose de vitamines

PRODUIT À SAINT-HYACINTHE, PENSÉ À MONTRÉAL
DEPUIS 2013
PRODUITS: 11 parfums de jus pressés à froid, 4 smoothies et 2 limonades, tous entièrement biologiques.

Aux quatre coins de la province se concoctent des aliments qui n’ont rien à envier à ceux d’ailleurs. Pause vous fait découvrir ces produits et les gens qui les fabriquent avec enthousiasme et conviction.

CE QUI LES DISTINGUE

« Rien d’autre » : c’est l’ingrédient qui figure sur chacun des produits de Dose. « On veut que les recettes restent simples, que le client puisse facilement reconnaître les ingrédients et reproduire ces produits à la maison s’il le veut. Surtout, on veut qu’il nous fasse confiance », souligne la cofondatrice de l’entreprise, Geneviève Brousseau Provencher.

PRODUITS PHARES

Dose s’implique depuis deux ans dans la Fondation canadienne des femmes. Une partie des profits réalisés sur la vente des jus Melon et Honey, et la totalité des profits dans le cas des t-shirts de la campagne All for Melons, sont versés à la fondation. « J’ai vécu des situations où les gens doutaient de mes capacités d’entrepreneure parce que je suis une femme, souligne Geneviève. Si tu n’as pas quelqu’un derrière toi pour te dire : “Continue, t’es bonne, fonce !”, tu peux facilement laisser tomber, alors que tu fais tout ce qu’il faut. »

LA PETITE HISTOIRE

Dose est née d’un désir de mieux-être et de la complicité entre deux diplômés en finances de McGill, fiancés dans la vie comme dans les affaires : elle, ancienne responsable de la planification et des achats chez Frank And Oak ; lui, entrepreneur en série.

« En tant que professionnels qui travaillaient beaucoup et ne prenaient pas toujours soin de leur santé, on avait commencé à s’informer sur la nutrition et l’alimentation crue, et à presser nos propres jus, raconte Geneviève. Comme bien du monde, on avait regardé des documentaires sur l’alimentation et on se disait qu’il fallait faire quelque chose. »

Ce « quelque chose » s’est concrétisé le jour où, en faisant des recherches sur l’internet pour trouver des jus du commerce répondant à leurs critères de qualité, ils ont constaté l’absence d’offre. Sans plus attendre, Geneviève Brousseau Provencher et Raphaël Hubert ont décidé de tester le marché.

Chaque soir, après le travail, elle presse les jus qu’il livre dès 6 h, le lendemain matin. Rapidement, la zone de livraison s’élargit et des cafés haut de gamme se montrent intéressés. Au bout d’un an, Geneviève quitte son emploi pour se consacrer à temps plein à ce projet.

« L’idée est d’obtenir le plus de vitamines possible pour le moins de matières toxiques. »

— Geneviève Brousseau Provencher, cofondatrice de Dose

Avec des jus dont la durée de vie est de seulement trois ou quatre jours, l’expansion est toutefois limitée. Le duo entend parler du traitement de conservation sous pression (HPP). Cette technologie leur permet de sceller la fraîcheur de leurs produits pour environ 60 jours sans en altérer les propriétés, et de contacter les grandes chaînes alimentaires. Aujourd’hui, Dose est distribué partout au Canada.

« Ça prend environ 2 lb de fruits et légumes pour faire un jus. C’est énormément de matière première concentrée et beaucoup de pesticides aussi, si on le fait de manière conventionnelle », soutient la chef des opérations. Au fil de son expansion, la marque continue de miser sur le bio et reste fidèle à son objectif qui est d’éliminer tout ce qui n’est pas naturel ou sûr.

« Dose, si ça fonctionne, c’est parce qu’on le fait ensemble. Nous, notre compagnie, c’est notre bébé. En attendant d’en faire des vrais, lance-t-elle en riant. Je dis tout le temps que pour bâtir une compagnie, comme pour élever un enfant, ça prend un village. Ma mère nous aide avec la comptabilité, mon père est notre avocat. Tous mes amis ont déjà fait des jus pour nous aider quand on avait des grosses commandes. On est une petite communauté qui s’entraide pour bâtir cette compagnie pas à pas. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.