surf des neiges Championnats du monde

Les finales de slopestyle annulées

Les finales de l’épreuve de slopestyle des Mondiaux de surf des neiges de Park City, en Utah, ont été annulées hier en raison du vent. Le coup d’envoi des finales a été retardé à plusieurs reprises, et comme le vent continuait de souffler sur les modules du parcours, les organisateurs ont finalement décidé d’annuler les finales. « En raison des fortes rafales de vent, les finales sont annulées et comme le prévoit le règlement, le classement des qualifications sert de résultat final », a indiqué la Fédération internationale de ski. Les titres sont donc revenus aux concurrents en tête après les qualifications, soit la Néo-Zélandaise Zoi Sadowski-Synnott et l’Américain Chris Corning ; le Canadien Mark McMorris a fini deuxième, derrière Corning. Il s’agissait de la dernière épreuve au programme des Mondiaux, qui ont dû faire face à des conditions météo difficiles. Les épreuves de big air en surf des neiges ont notamment été annulées à cause de fortes chutes de neige. — Agence France-Presse

Un miracle en bronze pour Lindsey Vonn

Are, Suède — Lindsey Vonn a achevé sa carrière avec une médaille de bronze presque inespérée, offrant des adieux émouvants au monde du ski à l’issue de la descente des Championnats du monde d’Are, en Suède, remportée hier par la Slovène Ilka Stuhec.

La légende du ski suédois Ingemar Stenmark et ses 86 victoires en Coupe du monde – devant Vonn à 82 – a avancé sa venue dans la petite station du Jämtland pour rendre hommage à l’Américaine et lui remettre le bouquet sur le podium, ainsi qu’à la gagnante du jour, Stuhec, l’une des héritières de Vonn, qui a conservé son titre mondial.

Le soleil est soudainement apparu, comme pour saluer la reine Lindsey lors de son passage avec le troisième dossard, sur cette descente hyper raccourcie en raison du vent qui sévissait au sommet de l’Areskutan.

Après à peine plus d’une minute d’effort, Vonn a étalé sa joie en franchissant la ligne, salué le public en s’inclinant comme un comédien, avant que l’Allemande Viktoria Rebensburg ne la rejoigne sur la piste pour s’agenouiller devant elle, puis lui sauter dans les bras.

« C’est une championne incroyable avec tout ce qu’elle a réussi. J’étais émue et je voulais juste lui montrer mon respect à ce moment-là », a expliqué Rebensburg en zone mixte.

La première marque d’affection d’une longue série de « hugs » à la mode américaine, marquant le respect et l’affection du milieu du ski pour Vonn, son palmarès unique – championne olympique, double championne du monde, quadruple lauréate du gros globe – et sa résilience pour ses multiples retours de blessures.

« La fin parfaite »

Accompagnée de sa petite chienne Lucy, vêtue d’un étonnant manteau rose, la grande blonde aux longs cheveux lisses a promené son sourire éclatant jusqu’au podium, puis en conférence de presse.

« J’espérais vraiment gagner une médaille ici. Je voulais monter sur le podium une dernière fois. Je ne voulais pas que Cortina [en janvier] soit ma dernière course. Je voulais partir par la grande porte. »

— Lindsey Vonn

Toutes ces marques d’affection des autres skieuses, « c’est la plus belle chose qui me soit arrivée ces dernières semaines […]. Leur respect était tout pour moi. C’était super d’avoir cette occasion de leur dire au revoir, de les serrer dans mes bras. C’était juste la fin parfaite », au lendemain de celle, réussie, du Norvégien Aksel Lund Svindal, deuxième de la descente masculine.

« Brille, Lindsey ! Merci pour ces moments passés ensemble et félicitations pour ta carrière », a écrit sur son compte Twitter son ancienne rivale slovène Tina Maze, quadruple championne du monde.

Même Mikaela Shiffrin, sa coéquipière avec qui Vonn a échangé quelques piques ces derniers jours, l’a saluée sur les réseaux sociaux : « Félicitations à Lindsey pour une dernière course parfaite. »

30 ans plus tard

Acquise devant un public très familial et ses poussettes équipées de pneus neige, la troisième place de Vonn lui permet de décrocher, à 34 ans, une huitième médaille aux Mondiaux, sa troisième à Are après deux deuxièmes places en 2007.

Ce résultat paraissait inespéré après une saison gâchée par une blessure au genou gauche en novembre et un retour difficile en janvier à Cortina, qui l’avait convaincue d’annoncer la fin de sa carrière, estimant que son corps ne pouvait plus supporter l’exigence du haut niveau.

Dernière skieuse à profiter du soleil, Stuhec a conservé son titre acquis il y a deux ans à Saint-Moritz, en Suisse, une performance qui n’avait pas été réalisée depuis 30 ans et le doublé de la Suissesse Maria Walliser, en 1987 et en 1989.

Stuhec a réussi à revenir au plus haut niveau après une saison 2017-2018 blanche à cause d’une grave blessure au genou gauche.

Elle a devancé de 23 centièmes de seconde la Suissesse Corinne Suter, décidément très à l’aise sur la piste suédoise après sa médaille de bronze au super-G mardi, alors qu’elle n’était jamais montée sur un podium de Coupe du monde auparavant.

« Ça a toujours été mon rêve de monter sur le podium avec Lindsey. Elle est et restera la reine de la vitesse pour toujours », a tenu à rendre hommage Suter.

L’Ontarienne Romi Renne a fini 28e, quatre positions devant la Québécoise Marie-Michèle Gagnon.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.