ÉTATS-UNIS

Twitter supprime des comptes appelant à s’abstenir aux élections

Twitter a confirmé hier avoir supprimé des comptes automatiques qui écrivaient des messages pour décourager les électeurs d’aller voter mardi aux élections législatives de mi-mandat aux États-Unis. La presse américaine a indiqué que ces comptes étaient au nombre de 10 000. Dans un communiqué transmis à l’AFP hier, le réseau social a indiqué avoir « supprimé des comptes qui tentaient de faire passer de fausses informations de façon automatique – en violation de nos règles ». Selon CNN, c’est le comité de campagne des démocrates qui a alerté Twitter sur l’existence de ces comptes, qui ont été supprimés en septembre et en octobre. Ces comptes cherchaient à donner l’impression qu’ils étaient gérés par des démocrates. Les auteurs véritables n’ont pas été démasqués, mais semblent se trouver aux États-Unis et non hors des frontières, selon plusieurs médias.

— Agence France-Presse

SYRIE

14 civils tués dans des raids de la coalition menée par les États-Unis

Au moins 14 civils ont été tués hier dans des frappes aériennes de la coalition internationale antidjihadiste dirigée par les États-Unis contre l’ultime poche du groupe État islamique (EI) dans l’est de la Syrie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). « Quatorze civils, dont cinq enfants, ont été tués dans des raids de la coalition sur les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa » situées dans le dernier réduit de l’EI dans la province de Deir ez-Zor, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. Selon l’OSDH, les frappes se sont intensifiées en soirée après une tentative de l’EI d’attaquer une position militaire de la coalition dans le village d’Al-Bahra, non loin des secteurs tenus par les djihadistes.

— Agence France-Presse

AMÉRIQUE LATINE

Au moins 550 000 ressortissants vénézuéliens entrés au Pérou depuis 2017

LIMA — Quelque 550 000 Vénézuéliens sont arrivés au Pérou depuis janvier 2017, ont annoncé hier les autorités chargées de l’immigration, après avoir mis un terme fin octobre à la possibilité d’entrer sur le territoire du pays sans passeport.

« Environ 550 000 Vénézuéliens ont pu bénéficier de cet avantage », a déclaré à la radio RPP Roxana del Águila, directrice des services chargés des migrations, faisant référence au permis de séjour temporaire (PTP) qui autorise les Vénézuéliens fuyant les pénuries et le marasme économique dans leur pays à travailler légalement au Pérou.

Le gouvernement péruvien avait fixé au 31 octobre l’ultime délai pour pouvoir entrer au Pérou sans devoir présenter un passeport. Or un passeport est désormais nécessaire aussi pour obtenir ce permis de séjour temporaire.

AUGMENTATION DU NOMBRE D’ENTRÉES

Le nombre de Vénézuéliens entrés par la ville frontière de Tumbes (nord) a augmenté au cours des derniers jours : au cours de la seule journée du 31 octobre, sont arrivées 6708 personnes, a indiqué Mme del Águila, un chiffre record qui a dépassé celui du 11 août, lorsque 5190 personnes avaient franchi la frontière.

Les migrants avaient jusqu’au 31 octobre pour obtenir le PTP, seul document permettant de travailler légalement au Pérou.

Depuis le 31 octobre, les Vénézuéliens doivent présenter un passeport pour entrer au Pérou, et aussi pour obtenir ce permis de séjour temporaire.

Avec ce permis, dont la validité est d’un an, les Vénézuéliens peuvent bénéficier des services publics comme la santé et l’éducation.

Selon les services de l’immigration, 125 000 permis de séjour temporaires ont été délivrés à des Vénézuéliens.

L’exode des Vénézuéliens fuyant une situation économique désastreuse dans leur pays est considéré par l’agence de l’ONU pour les réfugiés comme le déplacement de personnes le plus massif de l’histoire récente de l’Amérique latine.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.