ALENA 

Le Canada attend ses partenaires

Ottawa se trouve dans l’attente quant aux négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), alors que les pourparlers individuels entre les États-Unis et le Mexique se prolongeront jusqu’à la semaine prochaine. Selon une source bien au fait de la situation, le Canada ne retournera pas à la table de négociation à Washington tant que ses deux partenaires n’auront pas trouvé de terrain d’entente sur certains enjeux, surtout sur les clauses litigieuses du secteur automobile. La réunion d’hier entre les représentants américains et mexicains s’est conclue avec plusieurs points qui restent à travailler. Le ministre mexicain de l'Économie, Ildefonso Guajardo, s’est néanmoins dit confiant d’en arriver à une entente avant la fin du mois. — La Presse canadienne

Métaux

Des baisses de prix temporaires, croit Desjardins

Les investisseurs en actions ou en parts de fonds communs liés au marché des métaux qui sont intrigués par le repli de celles-ci au cours des derniers mois, à contre-courant de la croissance économique, pourraient bénéficier d’un certain réconfort d’ici peu.

C’est ce que laissent entendre les économistes du Mouvement Desjardins. 

À leur avis, « la chute des prix des métaux de base ne concorde pas avec les facteurs fondamentaux [de l’économie] », soutiennent-ils dans leur analyse des « Tendances des matières premières », publiée hier.

Leurs principaux constats ?

D’une part, « l’appréciation du dollar américain a eu un impact négatif sur les prix des matières premières, surtout pour les métaux industriels et l’or ».

D’autre part, « les conflits commerciaux, qui menacent la santé de l’économie mondiale, ont suscité l’inquiétude et ont aussi pesé sur les prix des métaux industriels ».

Pourtant, notent les économistes de Desjardins, « une véritable dégradation de l’environnement économique aurait plutôt tendance à faire diverger l’évolution des prix des métaux industriels et de l’or ».

Ils en déduisent donc que « la baisse synchronisée [des métaux et de l’or] semble indiquer que l’incertitude et la force du dollar [américain] sont les principaux facteurs derrière la chute des prix des métaux ».

D’où leur hypothèse que « les prix des métaux industriels devraient se replacer » alors que « la croissance économique demeure forte » et que « l’incertitude [des tensions commerciales] s’atténue ».

En aperçu, les perspectives des économistes de Desjardins envers les principaux métaux : 

ALUMINIUM

2084 $US la tonne

En baisse de 12 % depuis 3 mois

« L’incertitude entourant le commerce international semble avoir pris le dessus, alors que les stocks sont encore très bas et que la demande demeure forte. Dans ces conditions, le prix de l’aluminium devrait plutôt augmenter ou au moins rester stable par rapport à son niveau du début de l’année. Toutefois, le maintien des tarifs [américains] sur l’aluminium et l’ajout de tarifs sur les automobiles pourraient affecter la demande pour ce métal et donc réduire les prix. »

CUIVRE

6144 $US la tonne

En baisse de 9 % depuis 3 mois

« Le marché est relativement équilibré et la faiblesse récente du prix ne peut pas s’expliquer par des facteurs fondamentaux. L’apaisement des tensions [commerciales] pourrait amener le prix du cuivre à remonter. De plus, si les menaces de grèves dans les mines au Chili se concrétisaient, la hausse des prix pourrait s’accélérer, surtout que d’autres risques planent sur l’offre de cuivre. »

NICKEL

13 978 $US la tonne

En légère hausse de 0,8 % depuis 3 mois 

« Les stocks recensés par le LME [London Metal Exchange] poursuivent leur tendance baissière et la demande pour ce métal devrait continuer d’augmenter, puisqu’il est utilisé dans la fabrication de batteries au lithium comme celles destinées aux véhicules électriques. Le prix du nickel pourrait donc regagner le terrain perdu, et même plus. »

OR

1210 $US l’once

En baisse de 8 % depuis 3 mois

« La hausse importante du dollar américain a empêché l’or de jouer son rôle de valeur refuge face aux craintes d’une guerre commerciale. Au cours des prochains mois, une période de consolidation du billet vert et une demande saisonnière plus forte du côté de l’Inde pourraient permettre à l’or de remonter quelque peu », selon les économistes de Desjardins.

Toutefois, « des pressions baissières sur les prix de l’or » pourraient revenir en 2019 alors que « la tendance haussière des taux obligataires devrait se poursuivre » et que « les investisseurs sous-estiment les hausses de taux [d’intérêt] à venir aux États-Unis. »

PLATINE

824 $US l’once

En baisse de 9,7 % depuis 3 mois

« Alors que le sentiment des investisseurs envers le platine pourrait difficilement devenir plus négatif, plusieurs analystes prévoient une stabilisation ou une remontée du prix de ce métal. Le prix du palladium a aussi reculé significativement au cours des dernières semaines (-7,8 % en 3 mois, à 900 $US l’once), mais il demeure plus élevé qu’il y a un an, contrairement à ceux des autres métaux précieux. »

ZINC

2654 $US la tonne

En baisse de 13 % depuis 3 mois

« Alors que les stocks recensés par le LME [London Metal Exchange] poursuivent leur consolidation, il serait étonnant de voir le prix du zinc effacer entièrement son recul des derniers mois. Les sommets récemment atteints étaient insoutenables à long terme, et le marché devrait maintenant retrouver son équilibre. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.