CHRONIQUE

La recette de nos vedettes

Je regardais les deux premiers épisodes de Projection privée de Canal Vie, au très joli Cinéma Moderne, quand ça m’a frappé, assez en retard, direz-vous, telle Boule de quille dans un bingo à Lietteville.

Les émissions centrées sur des vedettes québécoises et articulées autour d’elles, je pense qu’on a fait le tour, hein ? C’est assez. Ça frôle la surdose. Il y en a trop, à toutes les chaînes, à toutes les heures du jour. C’est bien beau, l’écologie et le Pacte pour sauver Gaïa, mais il y a des limites à recycler les joies quotidiennes et les mélodrames existentiels des membres de notre colonie artistique.

Toutes les semaines, les vedettes se confessent sur les grands plateaux, se regardent à leurs débuts, cuisinent avec Ricardo, exécutent des tours de magie, ouvrent les portes de leur pharmacie, présentent des numéros d’humour, s’époumonent au karaoké, jouent au docteur, conduisent des voitures sport, gardent des enfants, répondent à des questions scientifiques, fouillent dans leurs souvenirs musicaux et décorent leur vie.

Heureusement, plusieurs de ces émissions axées sur des stars québécoises sont assemblées avec brio et doigté. Pensez ici à La vraie nature de Jean-Philippe Dion, à En direct de l’univers de France Beaudoin ou à 1res fois de Véronique Cloutier. Il y a énormément de recherche et de travail pour concocter ces heures de télé là. Il s’agit de divertissement de qualité, pas cheapo du tout.

Le problème, c’est l’accumulation de productions similaires. Rajoutez au lot Phil s’invite, Tout le monde aime, Les enfants de la télé, La magie des stars, Rétroviseur, Silence, on joue !, Prière de ne pas envoyer de fleurs, la nouveauté Faites-moi rire ! de Pénélope McQuade et la cour déborde. Appelez Sansdrick Lavoie de Canal Vie – ou Marie Kondo de Netflix – pour qu’il refasse et désencombre cette cour trop pleine. Ça presse.

Alors que la télé traditionnelle traverse une période de turbulences, le recours aux vedettes s’avère une solution facile et efficace pour freiner l’érosion des cotes d’écoute. 

La majorité des titres mentionnés plus haut « score » très bien aux audimètres de Numeris. Je les regarde, vous les regardez. Et le cycle ne se brise jamais. Un peu par notre faute, il faut l’admettre.

Voici, en version exagérée, comment réfléchissent certains patrons de chaînes télé. Tiens, on a un trou dans notre grille horaire. On pourrait y mettre un truc avec des vedettes, ça marche super bien, le monde aime ça ! Parfait, prochain dossier !

Pourtant, dans les derniers mois, on a assisté à une montée d’émissions attachantes basées sur des gens qui ne paient pas de cotisations à l’Union des artistes. À TVA, Un zoo pas comme les autres a été la belle surprise de l’hiver. Quelle bonne docuréalité. Chez Canal Vie, Les naufragés de l’amour s’est hissée au deuxième rang du palmarès des émissions les plus populaires, tandis que La famille Groulx, avec ses 10 enfants, fascine encore autant le public.

À Radio-Canada, Deuxième chance continue de nous émouvoir en racontant des histoires qui n’ont rien à voir avec le showbiz. Du côté de V, L’amour est dans le pré n’a rien perdu de son charme campagnard grâce à ses protagonistes qui ont le cœur à la bonne place.

Début avril, nous allons renouer avec Dans l’œil du dragon et Les chefs !, qui ne suivent pas la recette des vedettes.

Oui, c’est possible d’obtenir du succès avec des productions qui ne pigent pas dans le même bassin des 25 visages les plus connus du petit écran. Il faut se creuser davantage les méninges et oser casser le moule, même s’il donne souvent de bons résultats.

Tout ça pour revenir à Projection privée, en ondes les mercredis à 19 h 30 sur Canal Vie. L’animatrice Hélène Bourgeois Leclerc écoute attentivement ses invités et s’acquitte fort bien de son rôle d’intervieweuse. Généreux et touchants, les convives (Brigitte Lafleur, Joël Legendre) ne lésinent pas sur les confidences en regardant le film de leur vie, qu’ils commentent avec Hélène Bourgeois Leclerc.

Sur papier, Projection privée obtient plus que la note de passage. Ce qui chicote, c’est cette impression d’avoir déjà tout entendu ce qui se dit dans la demi-heure. Une fois qu’elle a visité tous les talk-shows de la province, qu’est-ce qu’une vedette peut bien avoir à raconter de nouveau ?

On connaît déjà ses parents, son prof de 5e année, sa première fréquentation, ses meilleurs amis, son coiffeur, sa styliste, son orthodontiste et son entraîneur privé. Il leur reste quoi, aux vedettes, dans leur jardin secret ?

Note à moi-même : proposer à un diffuseur une nouvelle émission où une animatrice (Anouk Meunier ?) visiterait les jardins et potagers des stars de la télé. Ça va marcher, c’est certain. Le monde aime ça.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.