Comparution de Michael cohen

Une audience à sensations fortes

New York — L’avocat personnel de Donald Trump au banc des accusés, une ex-maîtresse présumée du président américain dans la salle et le commentateur télévisé préféré de ce dernier mêlé au scandale : le tribunal fédéral de Manhattan a été le théâtre d’une extraordinaire audience hier, reflétant les déboires judiciaires à haut risque pour le président.

Cette audience, une semaine exactement après les perquisitions spectaculaires au domicile et au bureau new-yorkais de l’avocat personnel du président, Michael Cohen, s’est déroulée dans une salle pleine à craquer, devant plus d’une centaine de journalistes et l’actrice de films X Stormy Daniels.

De son vrai nom Stephanie Clifford, celle qui affirme avoir eu une brève liaison avec M. Trump à partir de 2006 a fait sensation à son arrivée, en tailleur violet et sandales noires, prenant place au fond de la salle, au côté de son avocat.

Michael Cohen a reconnu publiquement lui avoir versé 130 000 $ quelques jours avant l’élection présidentielle de novembre 2016 pour acheter son silence. Donald Trump assure ne pas avoir eu connaissance de cette transaction et nie toute relation avec Stormy Daniels.

Autre sensation : les avocats de Michael Cohen ont été forcés par la juge Kimba Wood de révéler que Sean Hannity, commentateur vedette de la chaîne Fox News et ami de Donald Trump, était l’un des deux seuls autres clients actuels de Michael Cohen, alors qu’il espérait rester anonyme.

Rien n’a été dit à l’audience sur les raisons pour lesquelles M. Hannity aurait consulté M. Cohen, désormais célèbre pour avoir fait enterrer plusieurs affaires potentiellement embarrassantes pour M. Trump, des membres de sa famille ou un grand ponte du Parti républicain, Elliott Broidy.

M. Hannity a démenti sur Twitter avoir jamais retenu M. Cohen comme avocat, assurant avoir eu affaire à lui « presque exclusivement pour des questions immobilières ».

Les documents protégés

Pendant deux heures et demie, l’équipe de procureurs fédéraux de Manhattan, l’une des plus puissantes du pays, a bataillé face aux avocats de Michael Cohen, chacun arguant être « le mieux placé » pour déterminer ce qui pourrait relever du secret professionnel entre avocat et client parmi les milliers de documents saisis dans les bureaux et au domicile new-yorkais de M. Cohen lors des perquisitions de lundi dernier.

Les documents qui seront jugés protégés par ce secret ne pourront pas être utilisés par les services du procureur. La défense estime qu’en saisissant des milliers de documents et de fichiers électroniques, les enquêteurs sont allés au-delà de la cible définie par le mandat de perquisition.

Une avocate de M. Trump, Joanna Hendon, a plaidé pour que le président puisse examiner en premier tous les documents saisis le concernant, estimant qu’il était le « détenteur des droits » de confidentialité censés protéger les relations entre un avocat et son client.

Mais cette requête a été rejetée par la juge, même si cette dernière n’a pas exclu de nommer prochainement un expert indépendant pour décider ce qui pourrait être expurgé parmi les documents concernant le président. Elle a demandé aux avocats des deux parties de lui proposer des noms d’experts.

Le tri de ces documents pourrait prendre des semaines. L’accusation s’est engagée dans l’immédiat à mettre le plus rapidement possible dans une base de données, à la disposition des avocats de Michael Cohen, tous les documents saisis afin que les parties puissent évaluer la quantité de travail que le tri nécessitera.

En attendant de savoir quels documents seront expurgés, les services du procureur se sont engagés à ne pas examiner les documents saisis, tout en disant s’inquiéter de la volonté de la défense « de se cacher derrière la confidentialité avocat-client » pour retarder l’enquête.

Michael Cohen « radioactif »

L’avocat de Stormy Daniels, Michael Avenatti, avide de publicité, a d’ores et déjà estimé que Michael Cohen était devenu « radioactif » et l’affaire, « dangereuse pour le président ».

Et Stormy Daniels a déclaré à sa sortie du tribunal que l’époque où Michael Cohen pouvait agir « au-dessus des lois » était désormais « révolue ». « Mon avocat et moi sommes déterminés à nous assurer que tout le monde sache la vérité », a-t-elle ajouté.

Si M. Cohen, 51 ans, ne fait l’objet d’aucune inculpation pour l’instant, les procureurs ont indiqué vendredi dernier enquêter sur lui depuis plusieurs mois dans un nouveau volet des investigations menées par le procureur spécial Robert Mueller, chargé de déterminer s’il y a eu collusion entre l’équipe de campagne du milliardaire et la Russie lors de la présidentielle de 2016.

M. Cohen, qui fut un porte-parole de la campagne, serait notamment soupçonné de financement illégal de la campagne et d’avoir étouffé des informations potentiellement nuisibles au candidat Trump.

Noirs arrêtés dans un Starbucks

Starbucks veut offrir une formation sur le « biais inconscient »

Starbucks veut offrir une formation aux gérants de ses cafés au sujet du « biais inconscient », a indiqué hier le chef de la direction de la chaîne américaine, pendant que des militants manifestaient devant l’établissement de Philadelphie où deux Afro-Américains ont été arrêtés après que des employés ont estimé que leur présence était illégale. Kevin Johnson, qui a qualifié les arrestations de « répréhensibles », s’est déplacé à Philadelphie au cours du week-end lorsque la vidéo de l’incident a commencé à devenir virale. Il a dit espérer pouvoir rencontrer les deux hommes dans les prochains jours afin de leur présenter des excuses en personne. — Associated Press

États-Unis

La santé de Barbara Bush est « défaillante »

La santé de l’ancienne première dame des États-Unis Barbara Bush est « défaillante » et elle a décidé d’interrompre ses traitements pour ne plus recevoir que des soins palliatifs, a annoncé un porte-parole de la famille au cours des dernières heures. Jim McGrath a dit que la femme de 92 ans a pris cette décision après avoir consulté sa famille et ses médecins, dans la foulée de plusieurs hospitalisations. M. McGrath n’a pas fourni plus de détails concernant la santé de Mme Bush, mais on sait qu’elle est soignée depuis plusieurs années pour un problème à la glande thyroïde. La chaîne CNN rapporte de son côté qu’elle souffre de bronchopneumopathie chronique obstructive et d’insuffisance cardiaque congestive. — Associated Press

États-Unis

Des affrontements dans une prison font sept morts

Sept détenus ont été tués et 17 autres blessés dans une prison américaine au cours d’affrontements brutaux opposant des gangs se disputant le « territoire et la contrebande ». Ces violences sont parmi les pires de ces dernières décennies dans un pays à la politique carcérale très critiquée. L’émeute qui a éclaté dimanche soir a vu s’opposer des groupes de prisonniers rivaux à la centrale pénitentiaire Lee de Bishopville, un établissement fréquemment secoué par des troubles dans l’État de Caroline du Sud. La situation est devenue hors de contrôle lors « de nombreuses rixes dans trois bâtiments d’habitation », a indiqué l’administration pénitentiaire de cet État du sud-est du pays. Aucun gardien ni policier n’a été blessé. — Agence France-Presse

États-Unis

Des prix Pulitzer en lien avec le scandale Weinstein

Le New York Times et le New Yorker ont remporté le prix Pulitzer du service public, hier, pour leur travail sur le scandale de Harvey Weinstein, qui a donné naissance au mouvement MeToo, provoquant un débat international sur l’inconduite sexuelle en milieu de travail. Le New York Times et le Washington Post ont aussi été récompensés pour leur couverture sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016, et sur les contacts entre l’équipe du président Donald Trump et les représentants russes. Le Washington Post a également gagné le prix d’enquête pour avoir révélé les allégations d’inconduite sexuelle visant le candidat au Sénat Roy Moore. L’ancien juge républicain avait nié les allégations, mais celles-ci semblent avoir joué un rôle important dans sa défaite contre le démocrate Doug Jones. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.