Portfolio Sociétés les mieux gérées

Agrandissement majeur pour Stelpro

L’année 2018 marque une autre étape importante dans la croissance de Stelpro. L’entreprise de Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie, vient de mettre en marché une nouvelle gamme de thermostats encore plus intelligents et procédera au cours des prochains mois à un agrandissement important de son usine afin de soutenir la demande accrue pour ses appareils de chauffage électrique et de contrôles électroniques.

Avec le lancement en début d’année des thermostats Maestro, Stelpro estime faire un pas de plus vers le chauffage intelligent. À preuve : ce nouveau thermostat offre la possibilité de réguler le chauffage pièce par pièce, et non seulement le système de chauffage central. Et ce, à partir d’un appareil mobile et à distance. Une fenêtre est ouverte dans la maison ? Maestro avertit l’occupant et adapte le chauffage de la pièce pour éviter la surchauffe.

L’appareil de contrôle électronique exploite même en temps réel les données d’Environnement Canada, ce qui permet de réguler le déploiement de chaleur en fonction de la température et d’éviter les dépenses d’énergie inutiles. Enfin, il donne aussi accès à des rapports de consommation qui permettent aux résidants de cibler des sources d’économies potentielles. Bref, cette nouvelle gamme de produits « marque un tournant vers la gestion intelligente du confort », affirme Yves Chabot, président de cette entreprise fondée par son père John en 1981.

L’innovation, le nerf de la guerre

Stelpro, qui fabrique annuellement plus de 800 000 appareils de chauffage (plinthes électriques, convecteurs, aéroconvecteurs) et environ 400 000 contrôles électroniques, n’en est pas à ses premières innovations. L’entreprise maintient « une cadence moyenne d’introduction de cinq nouveaux produits par année avec comme objectif de réinventer l’industrie du chauffage électrique en termes de technologie et de design », souligne M. Chabot.

L’entreprise compte d’ailleurs sur sa propre équipe en recherche et développement, composée d’une vingtaine d’ingénieurs et de techniciens, et dit y consacrer une importante part de ses revenus.

Mais l’innovation ne passe pas seulement par le développement de nouveaux produits. « On travaille autant sur le design des produits que sur nos stratégies de vente », précise Yves Chabot. En février dernier, Stelpro a d’ailleurs remporté le Grand Prix du Design dans la catégorie « produits de salle de bains » avec ses aéroconvecteurs Oasis et Orléans.

Depuis l’an dernier, un camion-démonstrateur de style camion de cuisine de rue parcourt le Québec, l’Ontario et des provinces maritimes pour exposer les produits à une clientèle de distributeurs de produits électriques. « On a déjà une salle d’exposition et même une petite salle de cinéma maison qui nous permet chaque année de présenter nos produits à des dizaines d’ingénieurs, architectes et électriciens. Mais ça devient de plus en plus difficile de les faire déplacer. On a donc décidé d’aller aussi à leur rencontre », explique M. Chabot.

L’usine intelligente

L’entreprise s’est aussi assurée au cours des dernières années de rendre non seulement ses produits plus intelligents, mais également son usine. À l’ère de l’industrie 4.0, Stelpro a déjà investi plusieurs millions de dollars pour automatiser et robotiser ses capacités de production.

« On fait constamment des investissements pour améliorer la productivité. On a commencé il y a près de 20 ans, avec la démarche Kaizen, et nous en sommes rendus à utiliser des technologies numériques pour optimiser et gérer la production. »

— Yves Chabot, président de Stelpro

Ces différentes initiatives amènent Stelpro à vouloir accroître sa présence aux États-Unis au cours des prochaines années. Et ce, sans compter sur la faiblesse de la devise canadienne. « Le dollar n’est pas un facteur. Une entreprise qui entre sur le marché américain à cause d’un dollar faible va en ressortir aussi vite si sa valeur augmente », fait valoir M. Chabot.

L’expansion de sa gamme de produits, jumelée à sa capacité d’augmenter ses parts de marché tant au pays que chez nos voisins du Sud, amènera d’ailleurs l’entreprise à faire un agrandissement important de son usine de Saint-Bruno dans les prochains mois.

Le truc du patron

« Une entreprise doit adopter un plan stratégique, qui analyse ses forces et faiblesses, ses opportunités d’affaires et ses menaces, et s’engager à le suivre sans dévier de son chemin. Le nôtre porte sur l’excellence opérationnelle, la capacité d’innovation et des objectifs de croissance audacieux. En ayant toujours comme objectif d’être les meilleurs dans notre segment de marché, le chauffage électrique. On a déjà essayé de développer des produits dans d’autres domaines, mais on a vite réalisé qu’il fallait se concentrer là où on est les meilleurs. »

— Yves Chabot

L’entreprise en bref

Création : 1981

Secteur d’activité : fabrication d’appareils de chauffage électrique et de contrôles électroniques

Nombre d’employés : 500

Siège social : Saint-Bruno-de-Montarville

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.