identité

Les seuils d’immigration remis en cause

Combien d’immigrants ?

n CAQ : François Legault veut abaisser le seuil d’immigration de 52 000 à 40 000 nouveaux arrivants par année dès 2019. La réduction se ferait dans toutes les catégories, soit l’immigration économique, la réunification familiale et les réfugiés. Des négociations avec le fédéral seraient nécessaires.

n PLQ : Pour favoriser la rétention des immigrants en région, 15 millions seraient accordés aux municipalités et aux MRC pour aider leur accueil. Le seuil d’immigration ne sera pas abaissé car le Québec vit « une pénurie de main-d’œuvre ».

n PQ : Jean-François Lisée aimerait abaisser le seuil à entre « 35 000 et 40 000 » immigrants par année au Québec. Le PQ veut par ailleurs offrir aux réfugiés une période de francisation rémunérée et sensibiliser l’ensemble des immigrants au « devoir civique de francisation ».

n QS : Gabriel Nadeau-Dubois a dit la semaine dernière ne « pas [vouloir] nourrir un débat sur la question de l’immigration ». Le programme de Québec solidaire prévoit d’appliquer un taux d’embauche strict de 25 % de personnes issues des minorités visibles et ethniques à tout le secteur public. Cela inclut les réseaux de l’éducation et de la santé.

Langue

n CAQ : Disant craindre que « nos petits-enfants ne parlent plus français », le chef de la CAQ propose de renvoyer de la province les immigrés qui ne parlent pas français après trois ans sur le territoire. François Legault a nuancé sa position, affirmant que les fonctionnaires devraient faire preuve de « bon jugement » pour ceux ayant des difficultés d’apprentissage ou les aînés.

n PLQ : Le chef du PLQ rejette les discours selon lui alarmistes sur la langue. Le français est « sous pression » en Amérique du Nord, mais « va bien au Québec », assure Philippe Couillard.

n PQ : Obliger un élève d’un cégep anglophone à suivre au moins un trimestre dans un cégep francophone, faute de quoi il n’obtiendrait pas de diplôme. Le Parti québécois souhaite que la connaissance du français soit une condition à l’obtention d’un diplôme collégial, et à terme universitaire, au Québec.

n QS : Québec solidaire veut élargir la portée de la Charte de la langue française aux entreprises de 10 employés et plus – elle s’applique à celles de 50 travailleurs et plus à l’heure actuelle.

Port de signes religieux et laïcité

n CAQ : Interdiction du port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité : les juges, les procureurs de la Couronne, les policiers, les gardiens de prison, les enseignants du primaire et du secondaire.

n PLQ : Adoptée il y a un an par la majorité libérale, la Loi favorisant le respect de la neutralité religieuse de l’État prévoit que les services publics doivent être donnés et reçus à visage découvert, par exemple dans les transports en commun ou dans les hôpitaux. Elle concerne donc essentiellement le niqab et la burqa. Les partis de l’opposition ont tous voté contre son adoption.

n PQ : Interdire aux personnes qui ont un pouvoir de contrainte – juges, procureurs, gardiens de prison et policiers – d’afficher leurs convictions, y compris religieuses. La même interdiction s’appliquerait aux éducateurs en garderie ou en CPE et aux enseignants, mais ceux-ci auraient un droit acquis.

n QS : Interdire les signes religieux pour les fonctionnaires en position d’autorité, une recommandation de la commission Bouchard-Taylor.

Culture

n CAQ : Injecter 25 millions pour quadrupler le budget des sorties culturelles à l’école. Dans les faits, selon la CAQ, cela permettrait aux élèves de faire deux sorties culturelles par année.

n PLQ : Présentée en juin, la politique culturelle du gouvernement Couillard prévoit près de 600 millions en cinq ans. Les libéraux veulent notamment réviser les lois sur le statut de l’artiste et donner 100 millions de plus sur cinq ans pour le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

n PQ : Un gouvernement du Parti québécois se mettrait à table avec Netflix et iTunes pour les convaincre de proposer plus de contenu québécois. Dans ce domaine, le Québec « a beaucoup plus de poigne qu’on pense », a dit M. Lisée.

n QS : Québec solidaire veut créer un Fonds culturel du Québec pour chapeauter le CALQ et la SODEC. L’organisme serait financé « à l’aide de nouvelles mesures fiscales appliquées entre autres aux fournisseurs d’accès internet et de contenu culturel numérique ainsi qu’aux fabricants d’appareils électroniques ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.