Sports de combat

Mayweather fait volte-face

Le boxeur américain Floyd Mayweather a assuré hier qu’il n’avait pas l’intention de sortir de sa retraite pour affronter, contrairement à ce qui a été annoncé lundi, le kickboxeur japonais Tenshin Nasukawa le 31 décembre au Japon. « Je veux que cela soit dit clairement, moi, Floyd Mayweather, je n’ai jamais donné mon accord pour un combat officiel contre Tenshin Nasukawa », a-t-il écrit sur son compte Instagram. Dans son long message, Mayweather, 41 ans, explique avoir participé à une conférence de presse lundi à Tokyo durant laquelle « son entourage et lui ont été complètement déstabilisés par la nouvelle tournure des événements ». Selon Mayweather, il avait initialement donné son accord pour un combat-exhibition de trois rounds réservé à « un petit groupe de spectateurs fortunés payant une très large somme ».

— Agence France-Presse

Soccer

Un Montréalais dirigera les Whitecaps

Après 12 ans d’une carrière qui l’a conduit aux quatre coins des Amériques, dont un séjour au Brésil, Marc Dos Santos a finalement décroché un poste d’entraîneur-chef dans la MLS.

Le Québécois de 41 ans a été confirmé à la barre des Whitecaps de Vancouver hier matin. « Je pensais que ma première chance en MLS viendrait de différents clubs. Les Whitecaps ? Je me disais que ce serait impossible parce que c’est un club que j’ai souvent affronté et contre qui il y a souvent eu beaucoup de passion », a dit en rigolant Dos Santos en conférence de presse.

Le temps adoucit tout et les batailles de l’ex-entraîneur de l’Impact face aux Whitecaps font maintenant partie de l’histoire du soccer canadien. Le temps a aussi permis à Dos Santos de se bâtir un CV enviable. Avec patience, prenant parfois un pas de recul, il a ajouté des cordes à son arc lors de chacune de ses expériences.

« Les 12 premières années de ma carrière m’ont préparé à ce moment. Je pense au titre [USL] avec l’Impact en 2009 et celui, que l’on pensait impossible, avec San Francisco en 2017 [NASL]. Il y a aussi mon passage à Palmeiras, au Brésil, où j’ai été crucifié avant de commencer. Au final, on a remporté le Championnat U15. »

« Aujourd’hui, je suis très honoré d’être l’entraîneur-chef des Whitecaps. C’est un rêve de rejoindre un club qui pense immédiatement à la manière de remporter un titre. »

— Marc Dos Santos

L’intérêt des Caps à l’égard de Dos Santos avait fuité il y a quelques semaines déjà. De toute façon, son nom revenait chaque fois qu’une équipe de la MLS se mettait en quête d’un nouvel entraîneur. Il suffit de penser aux Timbers de Portland l’an dernier ou aux Earthquakes de San Jose le mois dernier. 

Association naturelle

Nonobstant l’historique entre Dos Santos et Vancouver, cette association semble naturelle. L’entraîneur, capable de s’exprimer dans quatre langues, a multiplié les victoires au fil des saisons, tandis que les Whitecaps avaient besoin d’un regard neuf.

« L’élément le plus important est qu’il s’agit d’un club canadien. C’est au Canada que j’ai eu ma première chance comme entraîneur et j’ai le rêve de voir ce pays grandir dans le monde du soccer, a souligné Dos Santos.

« Ensuite, j’ai tout de suite apprécié que le club souhaite continuer à miser sur des joueurs de l’Académie. Cette intégration verticale était très attirante. Finalement, je me sens lié à ce club parce que j’ai commencé dans la Ligue canadienne, puis j’ai entraîné en USL et en NASL, où j’ai gagné. C’est aussi le cas pour Vancouver, mais il nous manque tous les deux une Coupe MLS. »

En ce sens, le travail va rapidement s’accélérer. Dans les prochaines semaines, il va devoir composer un personnel technique, évaluer les joueurs, puis démarrer le recrutement en vue de 2019. Il devra aussi assainir un vestiaire particulièrement désuni dans les derniers mois. Pour y parvenir, Dos Santos bénéficiera de bonnes ressources puisque le club a reçu plus de 20 millions dans le transfert d’Alphonso Davies au Bayern Munich.

Modèle de jeu

Fidèle à son habitude, il prendra toutes les décisions en se basant sur son modèle de jeu. « Je veux des joueurs qui aiment avoir le ballon, qui vont directement et rapidement vers le but adverse, a commenté Dos Santos en citant Naples, Liverpool et Chelsea comme inspirations. J’aime aussi avoir des joueurs qui sont agressifs afin de récupérer le ballon le plus haut possible sur le terrain. […] Je veux apporter beaucoup d’énergie à l’équipe, ainsi qu’une mentalité et une idée de jeu différentes. »

Les Whitecaps ont terminé la saison 2018 au huitième rang de l’Association de l’Ouest avec une récolte de 47 points. Ils ont congédié leur entraîneur-chef Carl Robinson à la fin du mois de septembre et ont rapidement commencé à discuter avec Dos Santos, alors l’adjoint de Bob Bradley avec Los Angeles FC.

Aujourd’hui, tout a changé. Dos Santos est maintenant le maître à bord après quelques détours et sacrifices qui n’ont, finalement, pas été vains.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.