Politique 

Les échos des collines

Chaque samedi, nos correspondants parlementaires de Québec et d’Ottawa nous livrent un coup d’œil décontracté sur l’actualité de la dernière semaine

— La Presse

Baptême à la colline

Le petit Christophe, nouveau-né de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a reçu son baptême de la colline parlementaire de Québec alors que sa maman lui a offert une visite au bureau du premier ministre. Il semble qu’Isabelle Brais a pris plaisir à « catiner » le poupon ! Félicitations à Mme Guilbeault et à son conjoint, qui sont déjà les heureux parents de Capucine.

« Aucune farce à faire »

Bien sûr que la candidature annoncée de l’humoriste Guy Nantel à la course à la direction du Parti québécois a fait jaser dans les coulisses de l’Assemblée nationale. Alors que le principal intéressé s’apprêtait à mettre fin au suspense, le premier ministre, François Legault, n’a pas voulu commenter le saut en politique de M. Nantel, se limitant à dire qu’il n’avait « aucune farce à faire là-dessus ». Bien essayé, M. Legault !

L’amour pour changer le monde

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a profité des célébrations de la Saint-Valentin pour publier sur Twitter un cliché touchant d’elle embrassant sa partenaire de vie. « C’est toujours l’amour qui a changé le monde », a-t-elle gazouillé pour accompagner l’image. Membre de la communauté LGBTQ, Mme Massé est d’habitude plutôt discrète à propos de sa vie privée. Un accès privilégié que les internautes ont semblé apprécier.

La vie après la politique

L’ancienne ministre Jane Philpott, qui avait démissionné avec fracas du cabinet de Justin Trudeau en signe de solidarité avec son amie Jody Wilson-Raybould, n’a pas eu la main aussi heureuse que cette dernière : elle a échoué à se faire élire comme indépendante en octobre dernier. Mais la médecin de formation, qui a notamment travaillé au Niger avant de plonger en politique, a décroché un nouveau boulot cette semaine. Elle revêtira à compter de juillet prochain les habits de doyenne de la faculté des sciences de la santé et de directrice de l’École de médecine de l’Université Queen’s, à Kingston, en Ontario. Un retour à ses anciennes amours, en quelque sorte.

Stephen Harper tire les ficelles

Cela fait cinq ans que l’ancien premier ministre Stephen Harper a quitté la politique fédérale. Mais il semble qu’il soit incapable de s’empêcher de tirer des ficelles pour influencer la course à la direction du Parti conservateur. Après avoir signalé son dégoût de voir l’ancien premier ministre Jean Charest être tenté de briguer la direction de « son » Parti conservateur, M. Harper a encouragé son ancien ministre des Affaires étrangères John Baird à se lancer dans la course… pour bloquer la voie à Peter MacKay, également un ancien ministre de son gouvernement et considéré comme le meneur pour succéder à Andrew Scheer. En politique québécoise, on dirait qu’il se comporte comme une « belle-mère ». Or, malgré les encouragements de M. Harper, M. Baird a annoncé vendredi qu’il ne serait pas de la course.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.