Hockey

À l'aube de grands changements

Depuis quelques semaines, notre spécialiste de hockey se penche sur les défis qui attendent les 15 clubs exclus des séries à l’aube du repêchage et du marché des joueurs autonomes dans la LNH. Aujourd’hui, les Hurricanes de la Caroline.

Les choses bougent énormément en Caroline depuis l’arrivée du nouveau propriétaire Tom Dundon, en janvier.

Ce milliardaire s’est débarrassé du DG Ron Francis, jugé trop passif à son goût. L’entraîneur-chef, Bill Peters, a quitté l’équipe pour se joindre aux Flames de Calgary. Les joueurs sont encore les mêmes, mais on s’attend à beaucoup de changements. Le nouveau directeur général, Don Waddell, un vieux de la vieille, a promis de bouger.

Francis était pourtant en train de bâtir un club intéressant. Mais il a manqué de temps, contrairement à Kevin Cheveldayoff à Winnipeg, par exemple, dont la patience a été récompensée ce printemps avec un carré d’as. Les Hurricanes, il faut l’admettre, ont raté les séries lors des neuf dernières saisons, malgré des fiches gagnantes lors de quatre des cinq dernières.

Francis a échoué dans sa tentative d’assurer la succession au gardien Cam Ward. L’arrivée de Scott Darling, et son contrat de 4 ans pour 16 millions, a constitué un échec lamentable.

La défense est jeune et solide, par contre, avec Justin Faulk, Noah Hanifin, Jacob Slavin, Brett Pesce et Haydn Fleury.

Ça se gâte à l’attaque. Les Hurricanes n’ont jamais trouvé de centre numéro un depuis le départ d’Eric Staal. Elias Lindholm et Victor Rask ne se sont pas développés comme prévu. Repêcher Lindholm au cinquième rang en 2013 devant Sean Monahan a été une erreur. Certaines mauvaises décisions au repêchage n’ont pas aidé non plus. Fleury au septième rang devant William Nylander et Nikolaj Ehlers également. Jake Bean devant Charlie McAvoy en 2016 non plus.

Loterie gagnante

Waddell et son nouveau bras droit Rick Dudley, anciennement du Canadien, ont eu de la chance. Ils ont remporté le deuxième prix à la loterie et passent ainsi du 11e au 2e rang. Ils pourraient trouver en Andrei Svechnikov le marqueur tant espéré. Le jeune homme vient de passer quelques jours en visite à Raleigh. Il a marqué 40 buts en 44 matchs dans la Ligue junior de l’Ontario et constitue le meilleur espoir après Rasmus Dahlin, selon une majorité d’observateurs.

D’ici là, les Hurricanes pourraient être actifs sur le marché des échanges. Waddell a déjà annoncé que son noyau risquait d’imploser. « Nous savons que des changements s’imposent, déclarait-il sur les ondes de Sirius Radio Show NHL Game Day, récemment. Nous explorons toutes les avenues à l’heure actuelle, pour déterminer quels joueurs nous garderons et lesquels nous échangerons. »

Selon certaines rumeurs, il n’y aurait pas d’intouchable au sein de l’équipe, à l’exception de Sebastian Aho, 20 ans, le meilleur compteur de l’équipe l’an dernier. Le défenseur droitier Justin Faulk et l’attaquant Jeff Skinner seraient les plus susceptibles de changer de camp. Ils ont encore une valeur intéressante et demeurent dans la force de l’âge.

« Nous avons raté les séries neuf ans de suite, a poursuivi Waddell. Certains de nos joueurs sont ici depuis cinq, six ou sept ans. Ce ne sont pas de mauvais joueurs, ces deux-là [Skinner et Faulk] sont parmi nos meilleurs, alors il faut faire les bons changements, prendre les bonnes décisions. Les autres clubs appellent souvent à propos de ces deux-là. J’ai déclaré à presque tous les autres directeurs généraux qu’il y aurait des changements. Alors quand ils vous rappellent, ils vous demandent si vos meilleurs joueurs sont disponibles. Nous ne discutons pas d’échanges à propos de ces deux joueurs, mais de plusieurs autres joueurs. »

Voyons si le nouveau bras droit de Waddell, Rick Dudley, passera un coup de fil à son ancien complice à Montréal, Marc Bergevin, si ce n’est pas déjà fait.

Avec l’arrivée prochaine du jeune centre Martin Necas, premier choix de l’équipe l’an dernier, celle, probable, de Svechnikov et le noyau en place en défense, les Hurricanes ne sont pas loin de redevenir compétitifs si Waddell manœuvre bien. L’héritage de Ron Francis n’est pas vilain. Voyons si le nouvel entraîneur-chef Rod Brind’Amour pourra tirer son épingle du jeu, même s’il s’agit pour lui d’une première expérience à ce poste.

Classement

21e au classement général

Choix au repêchage

Premier tour : 2e

Deuxième tour : 42e

Quatrième tour : 96e et 104e

Sixième tour : 166e

Septième tour : 197e et 215e

Âge moyen

25,6 ans, 4e parmi les plus jeunes

Joueurs autonomes sans compensation

Lee Stepniak, Cam Ward

Dossier chaud

Changer la culture de l’équipe

Directeur général

Don Waddell (en poste depuis le mois de mai)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.