Chronique

Le tabou de la monarchie

J’ai toujours prôné l’abolition de la monarchie, mais avouons qu’elle nous permet des plongées uniques dans les profondeurs de la psyché canadienne.

En plus de nous fournir une formidable matière à rigoler.

« Les membres de la famille royale ne peuvent pas s’installer au Canada, et Justin Trudeau devrait le dire », trompétait mardi le Globe and Mail dans un éditorial solennel.

Je croyais que la vénérable institution torontoise plaidait enfin pour l’émancipation symbolique du Canada. Pour enlever toute référence à un souverain étranger dans notre Constitution. Pour décorer notre monnaie d’autres visages. Dehors, les Royaux !

Pas du tout.

C’est en fait pour préserver le caractère unique de la monarchie canadienne qu’il faudrait empêcher l’installation du prince Harry et de Meghan au Canada…

Car, voyez-vous, la Couronne canadienne n’est pas la Couronne britannique. Des constitutionnalistes nous expliquent cette semaine que la Couronne canadienne est trrrrès différente de celle du Royaume-Uni. Notre Couronne est virtuelle et n’est pas incarnée dans la personne de la souveraine qui couche au palais de Buckingham.

Donc, si des membres « seniors » de la famille royale venaient à s’installer au Canada, il y aurait une sorte de perversion du modèle monarchique indépendant canadien. La présence au Canada d’un prince inscrit dans l’ordre de succession briserait même une sorte de tabou !

Admirez l’acrobatie intellectuelle : la Constitution parle de Sa Majesté, la Reine est sur notre monnaie, mais il n’y a « rien de personnel », pour ainsi dire. Depuis 1957, le gouverneur général est un Canadien, au lieu d’un lord britannique. D’accord, mais Julie Payette n’est-elle pas la représentante de la Reine ?

Ces subtilités vertigineuses font penser au mystère de l’Immaculée Conception et de la sainte Trinité.

On a la Reine, mais pas vraiment la Reine. L’idée de Reine. Comme un fantôme constitutionnel de Reine, un hologramme dans notre droit.

***

Je pense très exactement le contraire. En quoi l’ordre constitutionnel serait-il ébranlé par l’installation de deux nobles britanniques sans pouvoir et sans fonction ? Il faut vraiment avoir des araignées juridiques dans le plafond de son histoire pour écrire des choses comme ça.

On s’en fout, s’ils viennent ici !

Si notre monarchie est si différente de celle des Britanniques, il faut justement désacraliser ces deux personnes et leur pauvre bébé, et les soumettre aux mêmes règles que tout citoyen du Royaume-Uni.

Comme ils ne sont pas des invités, il n’y a rien à payer, ni pour leurs déplacements, ni pour leur sécurité, ni pour quoi que ce soit. Là-dessus, d’ailleurs, il n’y a pas vraiment de débat au Canada, et surtout aucun argument juridique ou politique valable pour débourser quoi que ce soit. Le Colonial Office a été aboli, à ce qu’on sache…

***

Je sais, il y a plus urgent. C’est vrai, c’en est presque chimérique, vu les contraintes de modification constitutionnelle. Pour abolir la monarchie, il faut un vote unanime des dix provinces et du Parlement fédéral. Repartir un débat constitutionnel « juste pour ça », c’est impensable, et personne apparemment ne veut toucher à ça, vu les échecs passés.

Il ne faut pas penser qu’on économiserait par ailleurs des millions de dollars, puisque dans un système parlementaire de style britannique, il faudra néanmoins un « président » ou un autre personnage institutionnel pour sanctionner les lois et démêler les impasses parlementaires.

Je ne peux pas cesser de m’étonner, néanmoins, que le sujet ne fasse l’objet d’aucun débat politique au niveau fédéral.

Au Royaume-Uni, seuls des mouvements relativement marginaux remettent en question la monarchie. La Reine incarne l’histoire, l’identité, la permanence de l’État. C’est leur truc.

Mais ici ? Une reine étrangère ?

Ça va de soi au Québec, où la monarchie britannique n’a pas le même soutien, quand elle ne déclenche pas l’hostilité pour des raisons historiques évidentes – encore qu’on en est plutôt au stade de l’indifférence profonde. Je ne parle pas du star-système monarchique, qui fonctionne ici comme ailleurs. Je parle du débat politique. Ou de son absence.

Mais ailleurs ? Je veux dire : le nationalisme canadien, Canadian, ne justifie-t-il pas une émancipation juridique complète, même si la Couronne ici est « virtuelle », même si elle est purement symbolique ? On dirait que non.

Qu’on la dise virtuelle ne change pas grand-chose : c’est une référence historique étrangère qui n’a plus sa raison d’être. Un pays qui s’en contente ou s’en réclame conserve un caractère vaguement juvénile, inaccompli.

C’est un choix, remarquez bien. Ce qui me fascine, c’est qu’on n’en parle même pas politiquement, qu’on ne nomme même pas cette bizarrerie.

C’est peut-être vrai, au fond : c’est un tabou canadien.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.