Brendan Gallagher sur Craig Cunningham : « Il a une énorme influence sur qui je suis comme personne »

Quand Brendan Gallagher a récemment visionné une vidéo sur Instagram de son bon ami Craig Cunningham donnant quelques coups de patin sur une patinoire du sud de la Californie, il a esquissé un grand sourire.

Comme le reste du monde du hockey, l’assistant capitaine des Canadiens a encouragé Cunningham tout au long de son incroyable parcours qui l’a ramené sur la glace.

Le 19 novembre 2016, Cunningham, un jeune homme de 26 ans, s’est effondré, foudroyé par un arrêt cardiaque avant un match disputé à Tucson en Arizona. Son cœur s’est arrêté pendant 83 minutes, mais les efforts combinés des premiers répondants locaux et du personnel médical ont ultimement sauvé sa vie.

Un peu plus d’un mois plus tard, la jambe gauche de Cunningham a été amputée en raison de problèmes circulatoires liés à son arrêt cardiaque.

Depuis, il a vaillamment travaillé à sa récupération.

« Je sais qu’il s’est acharné et que de revenir sur la glace et de patiner signifie beaucoup pour lui. C’était très spécial de le voir patiner », raconte Gallagher, qui a été le coéquipier de Cunningham pendant trois saisons chez les Giants de Vancouver dans la Ligue de l’Ouest. « C’est aussi spécial de voir tous les commentaires des gens qui n’ont peut-être pas eu l’occasion de le connaître. C’est pas mal le genre de gars qu’il est. Il se donne à fond dans tout ce qu’il fait. »

La vidéo sur Instagram montre Cunningham avec une prothèse hors de l’ordinaire, patinant avec aisance et beaucoup de fluidité.

Gallagher n’est pas du tout surpris de voir les progrès réalisés par l’ancien joueur de la LNH au cours des deux dernières années.

« Les gens qui connaissent ’Cunner’ savent qu’il appelle cela la « Fondation de tout cœur » (All Heart Foundation). C’est vraiment ce qu’il était comme joueur de hockey. Il a autant de cœur que quiconque sur la patinoire. Il compétitionnait, il luttait et travaillait pour tout ce qu’il avait. Cela se reflétait même dans son parcours avant de passer chez les professionnels alors qu’il n’a pas marqué de but à sa saison de joueur de 16 ans, puis il a été notre meilleur marqueur à sa dernière saison dans la Ligue de l’Ouest, raconte Gallagher. Il devait travailler pour tout ce qu’il avait et il traverse son chapitre actuel avec brio après l’attaque cardiaque et la perte de sa jambe. La seule chose qu’il connaisse est de travailler dur et il se retrouve dans une position ici où il inspire un grand nombre de personnes. »

Gallagher fait notamment partie du groupe de gens personnellement touchés par Cunningham.

« Il a une énorme influence sur qui je suis comme personne et comme joueur de hockey. Il m’a beaucoup aidé. C’est une personne très spéciale à connaître », a louangé Gallagher qui voit encore Cunningham au cours de la saison morte en Colombie-Britannique. « Il n’y a pas beaucoup de personnes qui pourraient relever ce défi comme il l’a fait alors ça met certainement un sourire sur votre visage quand on voit des choses de ce genre. »

Le fait qu’ils sont amis de longue date n’empêchera pas le numéro 11 des Canadiens de taquiner Cunningham à chaque occasion possible.

D’ailleurs, Gallagher a souligné un point préoccupant sur l’ensemble de compétences de Cunningham.

« Il a tenté de patiner à reculons dans la vidéo. C’était pas mal au niveau où il patinait à reculons quand il jouait », raconte Gallagher en ricanant, faisant référence aussi à l’autodérision de Cunningham à la fin de sa vidéo. « Beaucoup de gars lui disent, mais il a quand même bien paru sur la patinoire. »

Blague à part, Gallagher est heureux de voir Cunningham persévérer et surmonter ses épreuves.

« Ça met beaucoup de choses en perspective. Il a joué un bon nombre de matchs dans la LNH, mais il aurait pu en jouer encore », raconte Gallagher faisant référence aux 63 matchs disputés par le jeune homme avec Boston et l’Arizona. « De voir sa vie changer comme ça aussi rapidement que ça s’est fait, il a saisi toutes les occasions qui en découlent. Il travaille toujours dans le sport. Il cherche différentes façons de rester impliqué et différentes options s’offrent à lui. Je crois qu’il tente toujours de définir ce qu’il y a de mieux pour lui, mais il travaille actuellement comme dépisteur professionnel chez les Coyotes et c’est bon à voir. »

Pour en apprendre plus à propos de la « All Heart Foundation », qui fait la promotion de dépistages intelligents pour prévenir les arrêts cardiaques soudains, veuillez cliquer ici.

Un texte de Matt Cudzinowski, traduit par Philippe Germain

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.