STÉPHANIE GRAMMOND

Dix cadeaux empoisonnés, gracieuseté de votre carte de crédit

Serge Pilon est en beau fusil de chasse. Et je le comprends parfaitement. Il s’est fait avoir par MBNA qui lui a offert du crédit à 0,99 %. Le retraité en a profité pour transférer 13 000 $ de dettes sur sa carte de crédit.

On lui avait bien dit qu’il n’aurait qu’à faire un paiement minimum d’environ 210 $ par mois pour profiter de cet alléchant taux.

M. Pilon a donc pris l’habitude de rembourser cette somme, en plus de régler au complet tous ses achats courants. Mais au fil des mois, il a vu apparaître des frais d’intérêts croissants sur son relevé de compte : 25 $, 50 $…

Que s’est-il donc passé ? M. Pilon est tombé dans un piège classique. Les transferts de solde à taux promotionnels sont un leurre, car une partie ou la totalité des paiements servent à rembourser le solde transféré (à 0,99 %) plutôt que les achats du mois courant (à 24,55 %).

Par ce petit jeu malsain de vases communicants, le client se retrouve graduellement avec des dettes qui lui coûtent les yeux de la tête.

En fait, la seule façon de réellement profiter du taux promotionnel est de ne jamais utiliser sa carte pour de nouveaux achats. Évidemment, les émetteurs se gardent bien de donner ce conseil crucial dans leurs publicités. On devrait les forcer à faire une mise en garde, comme sur les paquets de cigarettes !

Voici 10 autres cadeaux empoisonnés que les émetteurs de cartes de crédit offrent gentiment à leurs clients… dans l’espoir caché de leur imposer des intérêts salés.

1) LES CHÈQUES DE DÉPANNAGE TRUQUÉS

Si l’émetteur de votre carte de crédit vous fournit des chèques de dépannage à taux promotionnel, ne croyez surtout pas qu’il vous fait un cadeau. Ces chèques sont de la même trempe que les transferts de solde. Les clients ont donc droit au taux promotionnel seulement si leur carte est vide et qu’ils ne font aucun nouvel achat. Autrement, ça va leur coûter très cher.

2) LES TAUX DE LANCEMENT QUI S’ÉVANOUISSENT

Plusieurs banques offrent des taux de lancement à tout casser. À la Scotia, par exemple, les clients qui adhèrent à la carte Visa minima Scotia bénéficient d’un taux de 0,99 %. Mais le taux s’évanouit après six mois. Si vous n’avez pas noté la date d’expiration, vous risquez de passer tout droit et de payer le gros taux d’intérêt. Par-dessus le marché, ce taux s’applique uniquement aux avances de fonds, aux transferts de solde et aux chèques de dépannage. Pas aux nouveaux achats. Mais il faut lire les petits caractères pour le savoir.

3) LE CRÉDIT, PAS UN CADEAU

Rona vous accorde un rabais de 10 % sur votre premier achat si vous adhérez à sa carte de crédit. En guise de bienvenue, BMO vous donne 30 000 points, ce qui équivaut à 300 $. Toutes ces primes d’adhésion donnent l’eau à la bouche. Mais il s’agit d’une incitation au crédit pure et simple qui devrait être bannie. Pour profiter de ces offres, les consommateurs multiplient les cartes de crédit, ce qui peut miner leur dossier de crédit et leur faire perdre le fil de leurs finances.

4) CONGÉS DE PAIEMENT… À 20 % D’INTÉRÊTS

Pour « aider » les consommateurs, les banques offrent parfois un congé de paiement, ce qui est tout sauf un cadeau puisque les intérêts de 20 % ou 30 % continuent de s’appliquer. Ne tombez pas dans le panneau. Remboursez votre solde au plus vite. Et au complet.

5) INFIDÈLES, LES PROGRAMMES DE FIDÉLITÉ

Points, milles, primes… les émetteurs de cartes accrochent leur clientèle avec les programmes de fidélité qui versent 1 ou 2 %, des poussières par rapport au 20-30 % d’intérêts facturés à environ le tiers des clients qui ne paient pas leur compte au complet tous les mois. En plus, ces fameux points disparaissent (Air Miles) ou refoulent avec le temps (Aéroplan, Points TD). Mon conseil : optez pour des remises en argent. Et assurez-vous de couvrir vos frais annuels.

6) GARE AUX RETARDATAIRES

De nombreux émetteurs haussent leur taux si vous ratez votre paiement minimum. Prenez la carte de crédit EssentielleMC American Express sans frais annuels qui est assortie d’un taux de 8,99 %, ce qui en fait un choix très avantageux. Mais gare à ceux qui ratent des paiements : le taux d’intérêt peut monter jusqu’à 26,99 %. Si vous êtes un peu distrait, payez vos comptes à l’aide de prélèvements automatiques pour éviter de passer tout droit.

7) AVANCES DE FONDS : LAISSEZ TOMBER

Retirer de l’argent à l’aide de votre carte de crédit peut vous sembler pratique. Mais à moins d’être vraiment mal pris, ne faites pas d’avance de fonds. Point. Les frais sont élevés et les intérêts s’appliquent dès le jour du retrait.

Méfiez-vous aussi de certaines transactions en quasi-espèces qui sont considérées comme des avances : virement, mandat, achat de billet de loterie…

8) SOLDE MINIMUM, INTÉRÊTS DANS LE PLAFOND

Fini le temps où les détenteurs devaient rembourser au moins 5 % de leur solde à la fin du mois. Les émetteurs ont tous réduit leur paiement minimum à 2 ou 3 %. Vilain piège ! Plus vous remboursez lentement, plus ça coûte cher d’intérêts.

À preuve, il vous faudra plus de 26 ans pour rembourser un solde de 1000 $ en faisant seulement le paiement minimum (2 %). Et vous paierez près de 3000 $ d’intérêts.

9) CONVERSION DES CHANGES : NON MERCI !

Vous êtes à l’étranger. Reconnaissant votre carte de crédit, le terminal de paiement vous offre de payer en dollars canadiens. Comme c’est charmant ! Dites « non merci ». Les frais associés à la « conversion dynamique des changes » sont élevés et peu transparents.

10) ASSURANCES : CHÈRES ET INUTILES

Deux mots en terminant sur l’assurance solde et l’assurance vol d’identité : chères et inutiles. Pour vous convaincre d’y souscrire, certains émetteurs vous offrent les premiers mois gratuits. Mais ce sera ensuite à vous de faire les démarches pour stopper les paiements. Ceux qui l’oublient continuent de payer le gros prix, souvent sans s’en rendre compte.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.