Les suggestions de la sommelière

Chaque semaine, inspirée par ses voyages dans les vignobles du monde entier, la réputée sommelière Véronique Rivest vous propose de découvrir trois vins en vente au Québec.

Un assemblage réussi

Ce vin du Languedoc a toujours représenté un bon achat, mais le 2016 me semble particulièrement accompli. Le carignan est majoritaire, avec un peu de syrah et de mourvèdre. Ce cépage autrefois vilipendé apporte ici beaucoup de couleur, des notes animales qui ajoutent de la complexité et beaucoup de fraîcheur. Mauve intense, avec un nez dense et sombre : fruits noirs, cuir, garrigue, fleurs mauves, avec une pointe de goudron et d’écurie. Tout ça est hyper harmonieux et s’exprime dans une bouche ample et riche, et à la fois très fraîche. Un vin très complet à ce prix, à servir avec un bœuf braisé à l’anis étoilé ou simplement des saucisses grillées.

Potentiel de garde : de 4  à 5 ans

Château St-Jean de la Gineste Corbières 2016, 18,80 $ (875252), 14 %

Gouleyant et fruité

Voici un autre domaine qui ne cesse de s’améliorer. Un des tout premiers vignobles certifiés en biodynamie du Rhône méridional, avec des vignes sur Gigondas et Vacqueyras. Cette cuvée Village est issue de jeunes vignes, grenache surtout avec une touche de syrah, et ne voit pas le bois. C’est tout le fruit du grenache, sans la lourdeur qui l’afflige trop souvent. Beaucoup de fruits rouges, des notes d’épices et de garrigue ouvrent le bal, et la bouche suit, ample et étoffée, mais aussi fraîche et pimpante, avec de légers tanins, très fins. Servir légèrement frais avec un hamburger maison ou un poulet rôti aux herbes.

Potentiel de garde : de 2 à 3 ans

Montirius Le Village Vacqueyras 2015, 22,95 $ (872796), 13 %

Luminosité d’Alsace

Les vins de Josmeyer sont toujours d’une grande luminosité. Ils font preuve d’un équilibre irréprochable. Le résultat d’un travail impeccable à la vigne. Des vins cultivés en biodynamie, et au chai, où Isabelle Josmeyer se veut le moins interventionniste possible. Ce 2016 combine un fruit très mûr à une grande fraîcheur, avec des notes de lime, d’orange, de fleurs blanches. Sec et tonique, avec un caractère juteux en bouche et une finale qui s’étire sur une impression de minéralité, presque saline. Délicieux ! Parfait à l’apéro, mais aussi très polyvalent à table avec poissons ou fruits de mer aux agrumes ou aux herbes aromatiques.

Potentiel de garde : de 8-10 ans

Josmeyer Riesling Le Kottabe Alsace 2016, 34 $ (12713032), 13 %

À boire

Parce que le monde du vin est en constante effervescence, la journaliste spécialisée Karyne Duplessis Piché vous offre une sélection hebdomadaire  de nouvelles du monde des liquides.

Tchin

Qu’on participe au Défi 28 jours sans alcool ou pas, voici un produit étonnant à mettre dans son bar. L’entreprise anglaise Seedlip a mis au point des boissons sans alcool issues de la distillation de plantes. Trois saveurs sont proposées : aux agrumes, aux herbes et petits pois, et aux épices douces. Les produits se révèlent avec un peu de tonic et des garnitures.

Seedlip, 45 $ chez Vinum

Insolite

Le vin, c’est comme l’amour, ça se protège. C’est du moins ce que croit le jeune Américain Mitch Strahan. Il a créé une façon inusitée de conserver ses bouteilles déjà ouvertes : un « condom à vin ». Son utilisation est simple. Il suffit de dérouler la membrane, faite de latex, sur le goulot. L’objet coupe alors le contact avec l’air et retient le liquide à l’intérieur de la bouteille. La membrane est compatible avec tous les goulots, ceux des bières comme des vins.

Boîte de six condoms à vin, 19,95 $ chez Linen Chest

Populaire cognac

L’intérêt pour le cognac n’est peut-être pas aussi marqué que l’intérêt pour le whisky. Mais ici comme ailleurs dans le monde, les ventes de cet alcool progressent. Selon les chiffres publiés par l’industrie, les exportations en volume ont augmenté de 3,5 % en 2018. Si bien que la région de Cognac devrait obtenir l’autorisation de planter 3500 nouvelles vignes ce printemps, rapporte la Revue du vin de France. Pourquoi des vignes ? Car comme le pisco au Pérou, le cognac est un spiritueux à base de raisin et non de grain. Il faut en moyenne 10 L de vin pour élaborer 1 L de cognac. D’ailleurs, avec la Saint-Valentin qui approche, il est bon de se rappeler que cette boisson aux arômes d’épices et de fruits confits offre une combinaison exceptionnelle avec la classique boîte de chocolats.

Sous l’étiquette

Il y a des dizaines de rieslings d’Alsace en vente au Québec, mais celui-ci a une touche de chez nous. La sommelière Jessica Ouellet, originaire de Windsor, en Estrie, participe à la production du domaine familial Wach, dirigé par son conjoint. Elle a en effet rencontré le vigneron alsacien lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande en 2013. Les amoureux sont maintenant installés au vignoble familial en Alsace. La cuvée appelée Andlau est un riesling village, mais Pierre Wach s’attend à ce que cette parcelle soit classée premier cru advenant la création prochaine de cette catégorie. Car les vignes se trouvent au pied de celles du grand cru Wiebelsberg et le sol, complexe, est similaire. Ça se sent dans le verre. Le vin s’ouvre sur un bouquet expressif aux parfums d’agrumes, de fleurs d’oranger et d’une pointe lactée. L’attaque fraîche, sans sucre résiduel, fait place aux fruits jaunes, mûrs, et à une pointe minérale. Savoureux !

Domaine Wach Riesling Andlau 2017, 25 $ (13921167)

Œnotourisme aux Canaries

En quête d’idées pour votre prochain voyage ? Le magazine américain Newsweek a récemment publié le palmarès de cinq régions viticoles inattendues où l’on produit les meilleurs vins du monde. Les îles Canaries occupent la position de tête avec leurs cépages autochtones et leur terroir volcanique. Suivent la Croatie, la Tunisie, le Mexique et l’État de l’Idaho, dans le Nord-Ouest américain. Hormis ceux de l’Idaho, des vins de toutes ces régions sont vendus au Québec. Un rouge de l’appellation Ycoden-Daute-Isora, de Tenerife, dans l’archipel des Canaries, vient d’ailleurs d’arriver à la SAQ. Il est produit par le jeune vigneron Borja Pérez à base de la variété locale listan negro. Le vin rappelle certains rouges à base de mondeuse, en Savoie, avec ses notes de poivre noir, de framboise et de terre humide. En bouche, il est peu tannique. On semble plutôt croquer dans la cerise noire, les épices douces et les fleurs séchées. Une découverte qui fait voyager.

Borja Pérez Viticultor Artífice Tinto 2016, 27,05 $ (13863796)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.