Science

À petites doses

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

La photo

Le retour de Maud

L’épave du navire Maud de l’explorateur norvégien Roald Amundsen, qui a coulé dans Cambridge Bay en 1930, vient d’être rapatriée en Norvège. Amundsen avait affrété le navire en 1916 pour explorer le passage du Nord-Ouest, puis l’avait vendu en 1925 à la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui s’en est servi pour ravitailler ses postes de traite. Le Maud a été pris dans les glaces en 1926 à Cambridge Bay, dans le Nunavut actuel. Il a coulé quatre ans plus tard. Amundsen a mené la première expédition à atteindre le pôle Sud en 1911.

— Mathieu Perreault, La Presse

Quiz

À quel événement de l’Antiquité grecque cette branche d’olivier israélien est-elle liée ?

À l’éruption du volcan de Santorin, voilà 3500 ans, qui a sonné le glas de l’âge du bronze en Méditerranée. Alors que les archéologues datent l’éruption à 1500 avant Jésus-Christ, des archéologues danois et allemands ont analysé en 2006 les dépôts de carbone atmosphérique dans les branches d’un olivier israélien déjà vivant à cette époque et conclu que l’éruption avait eu lieu entre 1627 et 1600 avant Jésus-Christ. Une nouvelle analyse d’autres portions de l’olivier en question par des chercheurs israéliens vient de conclure que l’incertitude sur la datation est de 40 à 50 ans, ce qui signifie que l’éruption pourrait avoir eu lieu en 1550, ce qui serait compatible avec les calculs des archéologues.

Le chiffre

400 à 500 millions

C’est la quantité (en tonnes) d’insectes que mangent chaque année les oiseaux du monde, selon une étude suisse. Les chercheurs de l’Université de Bâle ont colligé 103 études ayant calculé l’alimentation d’espèces d’oiseaux et ont extrapolé ces données au monde entier. Ils précisent qu’il s’agit d’une quantité d’énergie équivalente à la consommation d’électricité de New York.

Santé

Des poumons de laboratoire

Des chercheurs texans font pousser en laboratoire des poumons de porcs qui pourraient d’ici une décennie éliminer la nécessité de recourir aux dons de poumons. Les chercheurs de l’Université du Texas ont récolté les poumons de porcs morts et les ont nettoyés pour n’en conserver que la structure de collagène. Ensuite, ils ont prélevé les poumons de porcs vivants et en ont extrait des cellules. Ces dernières ont été mises dans un bioréacteur avec la structure de collagène et des facteurs de croissance. Enfin, les poumons de laboratoire ont été implantés dans les porcs vivants à qui on avait enlevé les poumons. Les poumons de laboratoire ont grandi normalement dans les porcs pendant deux mois, avant que les animaux soient euthanasiés pour l’analyse de leurs nouveaux poumons. Cette stratégie éviterait le risque de rejet associé aux dons de poumons entre personnes.

Monde animal

Le petit cerveau des soldats

Chez les fourmis, les soldates ont un cerveau beaucoup plus petit, par rapport à leur taille, que celui de leurs consœurs ouvrières, selon une étude américaine. Les entomologistes de l’Université Drexel, à Philadelphie, ont comparé le cerveau de ces deux catégories de fourmis dans huit espèces d’Eciton, qui ont comme caractéristique d’avoir des soldates deux fois plus grosses que les ouvrières. La taille de leur cerveau était identique, probablement parce que les ouvrières ont des tâches cognitives plus nombreuses et plus diverses.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.