THÉÂTRE

Échos de scène

Tous les mardis, La Presse présente les actualités de la semaine dans le monde du théâtre à Montréal et au Québec. Premières, coups de cœur, spectacles en tournée et pièces à voir. La scène se passe ici et maintenant.

Coup de cœur

Je suis mixte

La pièce du dramaturge et metteur en scène Mathieu Quesnel porte sur une crise de la préquarantaine d’un entrepreneur drummondvillois désœuvré, François (Benoit Maufette), qui se paie un trip à Berlin encouragé par son oncle gai frustré par la vie. La mise en scène inventive – musique en direct avec Navet confit, vidéo, apartés, utilisation maximale de l’espace – donne du corps à cette comédie dont l’entrée en matière et la conclusion s’étirent inutilement. Entre les deux, c’est souvent très drôle, si on fait abstraction de quelques blagues faciles, et porté, voire dynamisé, par un Yves Jacques en pleine forme. C’est vraiment un plaisir renouvelé de le voir s’amuser autant sur une petite scène à deux pouces de notre nez. 

Je suis mixte est présentée jusqu’au 26 octobre à la Petite Licorne.

En vedette

Clara Prévost

La place rouge est la première pièce de Clara Prévost portée à la scène. La jeune diplômée de l’École nationale de théâtre (interprétation 2015) s’est inspirée de l’univers d’Anton Tchekhov pour raconter l’histoire de non pas trois, mais deux sœurs qui se retrouvent à la suite de la mort de leur mère. Un texte où les non-dits règnent ainsi que quelques très belles citations des textes du dramaturge russe qui aimait chercher la vérité dans le quotidien. 

« Rebecca Vachon et moi sommes fascinées par Tchekhov, affirme Clara Prévost. Ce n’est pas une adaptation, mais l’influence est bien là, dont le prénom des protagonistes d’Oncle Vania, Elena et Sonia. Comme chez Tchekhov, dans La place rouge, on entend le monde qui gronde à l’extérieur. Les guerres civiles, la crise migratoire à notre époque. »

Dans cette mise en scène d’Isabelle Leblanc, le fantôme de la mère, une voisine et un réfugié du Moyen-Orient sont mêlés, sans le vouloir, au drame qui se développe devant nous. Celui des petits malaises bâtis sur des riens, qui peuvent faire rire au début, mais qui finissent par se cristalliser et exploser. 

« J’aborde le thème de la méfiance de l’Autre. Ces gens qu’on côtoie, mais qui pensent différemment de nous. J’ai observé qu’il semble très souvent important d’avoir raison, d’avoir le dernier mot, de nos jours. Un fossé se crée, tout le monde reste sur ses positions. À l’ère de la mondialisation, il me semble que ce n’est plus si important d’avoir raison à tout prix. » 

La place rouge est présentée à la salle Fred-Barry jusqu’au 28 octobre.

Danse

Louise Lecavalier

Retour à la maison de la grande Louise Lecavalier qui nous offre ses dernières créations à la demande générale, pourrait-on dire. Entre Toronto, les Pays-Bas et l’Allemagne, la chorégraphe dansera et s’entretiendra avec la romancière Anne Élaine Cliche en « Bord de scène » après la représentation de So Blue vendredi soir.

Mille batailles de Louise Lecavalier est présentée à l’Usine C aujourd’hui et demain. So Blue est présentée les 12 et 13 octobre. 

Reprise

Le déclin de l’empire américain

Adaptée du film de Denys Arcand, la version scénique de Patrice Dubois et Alain Farah a terminé au printemps une tournée du Québec très bien accueillie. La pièce revient à Espace Go, où elle a été créée en mars 2017, pendant deux autres semaines. En vedette : Dany Boudreault, Anne Casabonne, Marilyn Castonguay, Patrice Dubois, Rose-Maïté Erkoreka, Alexandre Goyette, Simon Lacroix, Bruno Marcil et Marie-Hélène Thibault.

Le déclin de l’empire américain est présentée à Espace Go du 12 au 27 octobre 

Tournée

Cyrano de Bergerac

Michèle Deslauriers met en scène le Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand présenté par les Productions La comédie humaine en tournée au Québec. Hugo Giroux interprète Cyrano, appuyé par Mélanie Pilon (Roxane) et Guillaume Champoux (Christian). Plus de 70 représentations sont prévues durant la tournée qui s’étirera jusqu’en mai prochain. Les deux premières représentations ont lieu les 12 et 13 octobre à la Maison de la culture Mercier à Montréal.

Prix

L’Iliade

Le tout premier prix Françoise-Graton du Théâtre Denise-Pelletier est remis à Marc Beaupré et Stéfan Boucher pour leur spectacle L’Iliade présenté durant la saison 2017-2018. Le jury du TDP a voulu souligner « la puissante théâtralité de l’adaptation musicale et scénique du récit d’Homère ». Le prix, qui s’accompagne d’une bourse de 2000 $, vise à récompenser un ou plusieurs artistes de la saison, dont l’œuvre ou la performance allie avec audace art et éducation. 

Aussi à l’affiche 

Bonne retraite, Jocelyne, texte et mise en scène de Fabien Cloutier, à la Grande Licorne jusqu’au 10 novembre, avec supplémentaires jusqu’en 2019

Fiel, texte et mise en scène de Marilyne Perreault, au Théâtre Aux Écuries jusqu’au 27 octobre

Le Cid de Corneille, mise en scène de Gabriel Plante, au théâtre La Chapelle du 10 au 19 octobre

Choir Boy, de Tarell Alvin McCraney, mise en scène de Mike Payette, au Centaur jusqu’au 28 octobre

Les prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel, de Gabriel Plante, d’après Rabelais, mise en scène de Philippe Cyr, au Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 20 octobre

Neuf (titre provisoire), texte et mise en scène de Mani Soleymanlou, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 20 octobre

Once, comédie musicale d’Enda Walsh d’après le film éponyme, mise en scène de John Carney, au Centre Segal jusqu’au 28 octobre

Les fées ont soif de Denise Boucher, mise en scène de Sophie Clément, au Rideau Vert jusqu’au 10 novembre

Oslo de J.T. Rogers, traduction de David Laurin, mise en scène d’Édith Patenaude, chez Duceppe jusqu’au 13 octobre

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.