Chronique

Facebook et l’hydre de la haine

Au moment même où Facebook prétend prendre très au sérieux les discours haineux en bannissant quelques groupes ou individus considérés « dangereux » au Canada, il suffit de quelques clics pour trouver sur le réseau social de nombreux messages haineux et des menaces de toutes sortes.

Sur la page Facebook de Yellow Vests Canada, par exemple, on pouvait voir cette semaine un photomontage avec une feuille d’érable dont la moitié droite était transformée en mitraillette. En dessous, ce message de « bienvenue » adressé aux immigrants à la pointe du fusil : « Fit in or fuck off ». Intégrez-vous ou allez vous faire foutre.

Sur la même page, on pouvait tomber sur un photomontage montrant Justin Trudeau avec un logo des Nations unies transformé en cible apposée au milieu de son front. « SVP quelqu’un, tirez », écrit en anglais une internaute. « C’est moi ou cela ressemble vraiment à une belle cible sur le front de cet amoureux des musulmans ? », ajoute une autre*.

Si, comme le dit Facebook, ceux qui propagent la haine ou en appellent à l’exclusion n’ont pas leur place sur son réseau, comment se fait-il que ce genre de messages publiés au grand jour pullulent ? N’est-ce pas en contradiction avec ses politiques ?

Réponse par courriel d’un porte-parole de Facebook : « Nous ne tolérons pas le harcèlement sur Facebook, et notre but est de prévenir toute violence dans le monde réel qui puisse être liée au contenu de notre plateforme. C’est pourquoi nous retirons ce contenu, désactivons des comptes et utilisons une combinaison de technologies, de signalements de notre communauté et de surveillance humaine pour faire respecter nos politiques. »

On comprendra qu’entre le message officiel de tolérance zéro de Facebook et la réalité nauséabonde du commerce de la haine, il y a une grande marge.

Bannir quelques comptes de groupes suprémacistes blancs ou d’individus qui incitent à la haine, c’est un bon début. Mais c’est loin d’être suffisant.

« De toute évidence, ce n’est que la pointe de l’iceberg, et des groupes encore pires demeurent », observait lundi le Canadian Anti-Hate Network, un organisme indépendant sans but lucratif, constitué d’experts et de chercheurs qui s’intéressent de près aux groupes haineux et aux crimes haineux.

On a tendance à croire que l’on ne peut absolument rien faire pour mettre au pas les géants du web et leurs réseaux sociaux qui permettent à la haine de se propager. Mais c’est faux, estime le Canadian Anti-Hate Network, qui réclame notamment que les patrons des réseaux sociaux offrant leurs services de façon discriminatoire soient tenus responsables en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne et que des pénalités financières soient prévues à la loi.

Critiqué de toutes parts dans la foulée de l’attentat terroriste de Christchurch pour avoir permis la diffusion en direct de la tuerie, Facebook tente de faire mieux en matière de lutte contre la propagande haineuse. Mais sa feuille de route n’a rien d’exemplaire. Et il serait illusoire de croire que les choses changeront du tout au tout par elles-mêmes.

L’autorégulation ne suffit pas, souligne avec raison le Canadian Anti-Hate Network. Les géants du web n’agiront que s’ils y sont contraints par un « tollé général extrême » ou des outils législatifs.

Dans un communiqué émis (sur Facebook !) à la suite de la mise au ban de lundi, le Canadian Anti-Hate Network demande que soit aussi bannie la page de Yellow Vests Canada, qui partage de nombreux messages ouvertement racistes, des menaces de mort et des messages de suprémacistes blancs. À mon collègue Yves Boisvert, en reportage en Alberta, qui relevait la présence de ce genre de messages extrêmes sur leur page Facebook, le responsable des relations médiatiques des Yellow Vests à Calgary a répliqué en minimisant le phénomène : « Dans tous les groupes, il y a des gens aux marges et il y en a quelques-uns qui nous font une mauvaise réputation. »

Est-ce qu’un groupe ou un individu peut être banni par Facebook si, sans tenir lui-même des propos haineux, il tolère un grand nombre de commentaires haineux sur sa page ?

Même si Facebook me dit que ses normes à ce sujet sont « claires », le fait est que cela ne semble pas si clair. En principe, dès lors qu’une personne ou une organisation est impliquée dans une forme de « haine organisée », elle devient persona non grata sur Facebook, m’a répondu un porte-parole.

Dans les faits, les critères menant à la mise au ban restent assez nébuleux. Et, une fois qu’un groupe ou un individu est banni, il peut fort bien trouver une façon de ressurgir avec une nouvelle page. C’est ce qui est arrivé moins de 24 heures après que Facebook a banni, lundi, quatre groupes et deux individus qui propagent des discours haineux, rapportaient hier BuzzFeed News et le Toronto Star.

Facebook dit vouloir rester volontairement vague au sujet de sa façon de chasser la haine pour éviter de donner des munitions à ceux qui veulent déjouer son système. Mais, en voyant l’étendue de la haine qu’on y tolère, tout porte à croire que ce flou n’est pas que stratégique. Il illustre aussi une profonde faillite morale qui permet trop souvent à Facebook de se transformer en « Hatebook ».

* Par souci de ne pas faire de publicité aux auteurs de ces messages haineux, nous avons choisi de ne pas publier les photomontages en question. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.