Actualités

Un enfant et un homme blessés par balle à Kirkland

Un enfant de 5 ans a été blessé par balle hier soir à Kirkland, dans l’ouest de l’île de Montréal.

Selon les premières informations, l’enfant et un homme âgé d’environ 55 ans auraient été atteints par balle dans une résidence privée du secteur du chemin Sainte-Marie et de la rue Montrose. Les deux victimes, localisées à l’arrivée des policiers, étaient conscientes au moment de leur transport vers le centre hospitalier. 

Le garçon a été blessé « au haut du corps », a précisé le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Manuel Couture. « Leurs blessures étaient assez graves », a-t-il ajouté. En soirée, les deux victimes reposaient dans un « état stable ».

Une même famille 

Vers 19 h, le SPVM a été appelé à intervenir dans une résidence de Kirkland alors qu’un homme se trouvait en « état de crise ». Vers 20 h 10, le suspect est sorti de la résidence et a été arrêté par les agents du SPVM « sans présenter de résistance ».

Les évènements ont entraîné le déploiement d’une « importante » opération policière qui a impliqué le groupe tactique d’intervention du SPVM.

Les autorités confirment que le suspect et les victimes sont tous membres de la même famille, mais les liens entre eux n'étaient pas encore confirmés. 

Une enquête est ouverte.

STM

Fréquentation record en 2018

La fréquentation du métro et des services d’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) devrait approcher les 450 millions de déplacements pour l’année en cours, selon les projections réalisées à partir de l’achalandage réel depuis janvier dernier.

Dans son budget 2019, rendu public jeudi, la STM estime ainsi que la fréquentation des réseaux de bus et de métro devrait s’élever jusqu’à environ 447,7 millions de déplacements, en hausse de plus de 4 % par rapport à l’an dernier. Il s’agirait non seulement d’un nouveau record d’affluence, mais aussi d’une hausse de clientèle annuelle comme la STM n’en a plus connu depuis sept ans.

Après une hausse appréciable de la fréquentation, l’an dernier, la STM pourrait ainsi enregistrer une augmentation de plus de 30 millions de déplacements en deux ans seulement. À ce rythme, la Société dépassera dès la fin de cette année son objectif (bien modeste, disons-le) de 440 millions de déplacements qu’elle s’était fixé pour 2025 dans un plan stratégique, publié il y a 18 mois à peine.

Selon une porte-parole de la STM, Amélie Régis, c’est une combinaison de plusieurs facteurs favorables qui expliquerait l’achalandage record de l’année en cours : une activité économique fébrile, un taux de chômage relativement bas, une saison touristique au-delà des attentes, le beau temps persistant durant tout l’été et des conditions de circulation automobile rendues éprouvantes partout par la multiplication des chantiers d’infrastructures.

Malgré cette erre d’aller, le transporteur public de Montréal cible une fréquentation de 453 millions de déplacements pour l’an prochain, soit à peine plus de 1 % par rapport à l’achalandage total projeté pour 2018.

4 milliards en trois ans

Dans son budget 2019, la STM prévoit une augmentation de dépenses de 70 millions, en hausse de 5 % par rapport à l’an dernier, et des coûts annuels d’exploitation totalisant tout près de 1,5 milliard. Le service de bus sera bonifié de plus de 83 000 heures de service (+ 1,6 %) et les voitures du métro rouleront presque deux millions de kilomètres de plus que cette année (+ 2,2 %). Le temps de passage entre deux rames de métro sera ramené à cinq minutes au maximum, les jours de semaine, sur les lignes verte et orange du réseau.

Et ce n’est là qu’un aperçu des bonifications de service prévues à partir de 2020. Au cours de cette année-là, la STM commencera à recevoir les premières livraisons des 300 bus hybrides commandés au début de l’année et des 17 rames de métro Azur additionnelles, dont l’acquisition a été confirmée, l’été dernier, au coût de 530 millions.

Ces acquisitions, les travaux préparatoires et la construction du prolongement de cinq stations sur la ligne bleue du métro, la création du garage souterrain Côte-Vertu pour les voitures du métro, la construction de nouveaux garages et les réaménagements prévus dans les centres de transport de la STM sont tous des projets en cours qui nécessiteront des investissements importants dans les prochaines années.

D’ici 2021 seulement, la STM prévoit ainsi investir 4 milliards dans l’entretien de ses installations existantes et la mise à jour de ses infrastructures, en plus des acquisitions de matériel roulant et des ajouts de service.

Justice

L’étiquette de délinquant à contrôler est réclamée pour un prédateur sexuel récidiviste

Après avoir menacé et harcelé près de 300 jeunes filles en leur envoyant des messages sexuellement explicites sur les réseaux sociaux, un cyberprédateur devrait rester en prison encore deux ans, en plus d’être déclaré délinquant à contrôler pour sept ans.

Philippe Truchon, 38 ans, menaçait des adolescentes de les kidnapper et de les violer si elles ne lui envoyaient pas des photos d’elles nues.

« Je vais te faire tellement mal que tu vas vouloir que je te tue au lieu de rester en vie. » « Au début du printemps je m’en viens te chercher avec un de mes gars sans que tu te méfies. Tu ne reverras plus jamais ta ville et ton monde, ta vie va être à moi. »

C’est le genre de messages que l’homme de Longueuil envoyait à ses victimes, des adolescentes âgées de 14 à 17 ans, après avoir créé de faux profils Facebook. Il menaçait de les droguer et décrivait les sévices sexuels qu’il souhaitait leur faire subir.

Les policiers ont aussi retrouvé chez lui des listes de noms de jeunes filles avec leurs numéros de téléphone.

Un psychologue qui l’a évalué a noté qu’il avait des « capacités faibles, sinon inexistantes, d’empathie », alors qu’un autre expert doute de sa « capacité à fonctionner en communauté sans enfreindre les lois pour combler ses besoins ».

Piégé par un agent double

C’est la deuxième fois que Philippe Truchon se retrouve devant la justice pour de tels gestes.

En 2010, il a été arrêté après avoir fait 286 victimes. Il avait alors écopé d’une peine de trois ans de pénitencier pour proxénétisme et leurre de mineures. Déjà, les rapports présentenciels et sexologiques de l’époque indiquaient un « risque très élevé de récidive en matière de crime sexuel ».

Malgré ces conclusions inquiétantes et le nombre élevé de victimes, les experts n’avaient pas recommandé à ce moment qu’il soit déclaré délinquant à contrôler. À sa sortie de prison, il a donc recommencé à traquer les adolescentes sur l’internet.

Mais la police l’avait tout de même à l’œil. Comme on le soupçonnait d’avoir repris son manège, un agent double a été utilisé pour le prendre au piège. En plus des échanges qu’il a eus avec l’agent d’infiltration, Philippe Truchon a fait cinq nouvelles victimes.

Il a plaidé coupable en juillet 2017 à 12 chefs d’accusation, notamment de leurre informatique et de harcèlement criminel.

« Monsieur récidive en utilisant exactement le même modus operandi, a souligné hier la procureure de la Couronne, Roxanne Laporte. Il choisit des victimes de façon aléatoire sur internet, les approche, leur suggère immédiatement de poser des gestes de nature sexuelle, tente d’obtenir des photos, et quand elles ne sont pas réceptives, il devient agressif et menaçant très rapidement. »

Alors que l’accusé comparaissait hier par vidéo, la barbe et les cheveux longs, les avocates de la Couronne et de la défense ont fait une proposition commune pour qu’il reçoive une peine de quatre ans et quatre mois de pénitencier, de laquelle il faut soustraire le temps qu’il a déjà passé en détention. Il lui resterait donc 27 mois à purger.

Les deux parties ont aussi suggéré qu’il soit déclaré délinquant à contrôler pour sept ans après sa peine d’emprisonnement, ce qui permettra de lui imposer certaines conditions, comme l’interdiction d’être en contact avec des mineurs, le respect d’un couvre-feu ou l’obligation de suivre une thérapie.

La juge Flavia Longo décidera le 19 novembre si elle accepte la recommandation commune des deux parties.

Gardien de prison accusé d’avoir frappé un détenu

Le syndicat appelle à la prudence face aux allégations

Le Syndicat des agents en services correctionnels du Québec demeure prudent envers les accusations portées contre l’un de ses membres qui s’en serait pris à un détenu, à la fin du mois d’août dernier, à la prison de Saint-Jérôme.

L’agent en question, Pierre Khoury, 31 ans, a été arrêté par les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) à son domicile, jeudi matin, et a été accusé de voies de fait, dans l’après-midi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Selon nos informations, les événements survenus le 28 août auraient commencé lorsque le détenu, considéré comme étant très turbulent par les gardiens, aurait souillé sa cellule et aurait ensuite été envoyé aux douches pour se laver.

Une fois dans la salle de douches, il aurait brisé une pièce d’équipement de la prison et s’en serait fait une arme artisanale. Des gardiens auraient ensuite tenté de maîtriser le détenu en utilisant du gaz poivre, sans succès. C’est à ce moment-là qu’on aurait fait appel au gardien Pierre Khoury, costaud, pour maîtriser le détenu dans la douche, mais les choses auraient dégénéré, et des coups auraient été portés.

« Il y a un contexte »

Outre l’enquête policière qui a mené aux accusations, une enquête administrative a été ouverte. Il semble que, mis à part la violence supposément utilisée, les autorités examinent si toute l’intervention, avant même l’arrivée de Pierre Khoury, s’est faite dans les règles de l’art.

« Il y a un contexte à toute intervention physique. Il y a toujours deux côtés à une médaille, mais je ne commenterai pas davantage en raison des deux enquêtes, policière et administrative », a déclaré à La Presse le président du syndicat, Mathieu Lavoie.

« Le ministère de la Sécurité publique (MSP) prend de telles allégations très au sérieux. Le respect des droits des personnes incarcérées est une préoccupation constante pour le Ministère et plusieurs mesures sont prises pour s’assurer que les agents des services correctionnels exercent leurs fonctions en concordance avec les enseignements reçus. Le MSP ne fera aucun autre commentaire en raison des procédures judiciaires », a réagi une porte-parole du Ministère, Louise Quintin, par courriel. 

Pierre Khoury a été libéré sous conditions en attendant la suite du processus judiciaire. Il est représenté par une avocate, Me Nadine Touma, qui défend régulièrement des personnes en autorité. M. Khoury est actuellement suspendu avec traitement. 

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse

Fermeture dans l’échangeur Turcot

Journée éprouvante pour les automobilistes

La fermeture de l’autoroute 20 Ouest dans l’échangeur Turcot, prévue jusqu’à mardi, a causé bien des maux de tête aux usagers de la route, hier. Cette entrave a notamment engendré une importante congestion sur l’autoroute Ville-Marie (A720 Ouest) et sur l’autoroute Métropolitaine (A40 Ouest). À partir de 7 h, de longues files d’attente se sont en outre formées sur l’A15 en direction de l’autoroute Métropolitaine et de l’échangeur Décarie. En milieu d’après-midi, on signalait des retards allant jusqu’à 35 minutes sur l’A15 Nord, transformée en stationnement entre les échangeurs Turcot et Décarie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.