Téo Taxi

Nouvelle offre de 5 millions du groupe Boyko

Le frère d'Eric Boyko revient dans la course pour Téo Taxi et sa société mère Taxelco, a appris La Presse. Sa nouvelle offre s’élève à un peu plus de 5 millions. Par comparaison, les dettes de l'entreprise insolvable s'élèvent à quelque 36 millions.

Peter Boyko est un entrepreneur au même titre que son frère cadet, qui est le fondateur et PDG du fournisseur de services musicaux Stingray.

Peter Boyko a fondé il y a 30 ans Trans-Pro Logistique, un courtier montréalais en transport spécialisé dans les services d’expédition de marchandises de toute sorte, dont le chiffre d’affaires annuel s’élève à environ 60 millions. C’est d’ailleurs au nom de cette entreprise qu’il a déposé jeudi une offre visant à acquérir les actifs de Taxelco, la maison mère de Téo Taxi.

« Il y a une [occasion] à saisir pour le Québec. Uber et Lyft ne me font pas peur. Téo est un branding incroyable qui peut compétitionner avec Uber et Lyft. »

— Peter Boyko

L'homme d'affaires avait fait une première offre pour Taxelco le mois dernier, offre à laquelle était aussi associée son frère Eric. Mais c'est la proposition du patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qui avait été retenue par le syndic Richter. N’ayant cependant pu parvenir à une entente, Richter a recommencé la semaine dernière à solliciter des offres d’achat pour les activités et actifs de Taxelco, c’est-à-dire Taxi Diamond, Taxi Hochelaga et la technologie développée par Téo Taxi.

Richter avait fixé au 11 avril la date limite pour soumettre une offre. Selon Peter Boyko, quatre ou cinq offres ont été déposées. Celle du groupe de Peter Boyko est d’un peu plus de 5 millions, ce qui serait environ 20 % de plus que sa proposition initiale, soumise le mois dernier.

Peter Boyko est le principal actionnaire de Trans-Pro à hauteur de 55 %, son associé Jean-Pierre Asselin possède 20 % des actions, tandis qu’Eric Boyko en détient 25 %.

L’entreprise montréalaise E-Taxi a de son côté fait savoir jeudi qu’elle venait de déposer une offre pour Taxelco. Fondée il y a deux ans par Yung Cuong et son fils Fabien, E-Taxi n’a pas dévoilé le montant et les conditions de son offre.

Diamond et Hochelaga abandonnées

S’il parvenait à mettre la main sur les actifs de Taxelco, Peter Boyko explique qu’il consacrerait les 12 premiers mois à les intégrer à ceux de Trans-Pro, avec lesquels il croit possible de dégager certaines synergies. Il envisagerait ensuite d’intégrer graduellement le concept de véhicule électrique et de procéder à des acquisitions. Il abandonnerait les marques Diamond et Hochelaga, qu’il juge désuètes, pour miser uniquement sur l’enseigne Téo et oublierait l’idée de garantir un salaire de 15 $ l’heure aux chauffeurs.

« Le modèle doit être viable », dit celui qui pense possible de l’exporter ailleurs au Canada, aux États-Unis et au Mexique, des marchés où Trans-Pro est actif.

La suite du processus de relance devrait se dérouler rondement. Richter aimerait demander l’approbation du tribunal le 25 avril dans le but de boucler une transaction avant la fin du mois.

Richter a été nommé cet hiver contrôleur financier au dossier en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies à l’égard de Taxelco et de ses filiales. Téo Taxi a cessé ses activités à la fin janvier. Les principaux créanciers de Taxelco sont la Banque Nationale, Investissement Québec et Fondaction CSN.

Taxelco avait été utilisée pour lancer en 2015 le service de transport électrique Téo Taxi par l’entremise du fonds XPND Croissance, de l’entrepreneur Alexandre Taillefer. Ce véhicule d’investissement compte parmi ses actionnaires quelques dizaines d’investisseurs individuels de Québec inc., mais aussi plusieurs investisseurs institutionnels, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec, Investissement Québec, Fondaction et le Fonds de solidarité FTQ.

Avec une enveloppe totale de 25 millions, Taxelco était le plus gros des cinq placements du fonds XPND Croissance. D’autres investisseurs institutionnels avaient aussi contribué à Taxelco en parallèle à XPND.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.