saint-félicien

Un dernier adieu à la jeune Athena Gervais

Les proches d’Athena Gervais, cette adolescente morte tragiquement le 1er mars à Laval, lui ont rendu un dernier hommage hier après-midi à Saint-Félicien. Les funérailles étaient privées, mais la famille et les amis se sont rassemblés à l’extérieur avant le départ du cortège funéraire pour laisser des ballons s’envoler vers le ciel.

De nombreux amis de l’adolescente de 14 ans originaire du Lac-Saint-Jean sont venus de Laval pour lui dire un dernier adieu, dont Catherine Dubé, qui n’était cependant pas avec Athena Gervais la journée de sa mort.

« C’est difficile. La route, c’est long et j’ai le mal des transports, mais je voulais être là pour pouvoir faire mon deuil parce que je sais que je n’aurais pas été capable si je ne l’avais pas vue », a-t-elle indiqué.

Les parents d’Athena Gervais ont quant à eux demandé aux médias de respecter leur intimité.

Après la cérémonie, l’agent de pastorale Germain Ouellet, qui a agi comme célébrant hier, était lui aussi ébranlé par les événements. Il a encouragé les parents de l’adolescente « à vivre leur deuil et non à lutter contre leur deuil ».

« Tout d’abord, ça doit passer par la colère, la révolte et le choc. On ne peut pas faire autrement et c’est très sain. Le deuil, c’est un processus qui nous permet de reprendre la vie en sachant que ce ne sera plus jamais comme avant. »

— Germain Ouellet, agent de pastorale

La famille désirait que la cérémonie fasse brièvement allusion à la religion. Un second rassemblement est prévu mercredi soir, cette fois à Laval.

Retour sur les événements

L’adolescente de 14 ans a été trouvée sans vie dans un ruisseau derrière son école secondaire de Laval le 1er mars après avoir consommé de la boisson énergisante alcoolisée.

Sa mort accidentelle a relancé le débat entourant la consommation de telles boissons. Le fabricant de la boisson FCKD UP, le Groupe Geloso, a cessé sa production et annoncé le retrait de ces canettes du marché.

« Moi, je pense que le FCKD UP, t’as pas besoin d’arrêter d’en vendre, il faut juste le barrer, un peu comme les cigarettes. C’est trop facile à voler. Quand le caissier ne regarde pas, t’ouvres la porte et tu le prends, that’s it », croit Catherine Dubé.

Devant les médias, les jeunes ont fait remarquer que le complexe funéraire était situé juste à côté d’un dépanneur où on vend de la boisson énergisante alcoolisée.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.