FOOTBALL

« Structure et discipline »

Est-il trop tard pour que les Alouettes tentent de sauver leur désastreuse saison ? L’état-major a pris le pari que non.

Jacques Chapdelaine est officiellement devenu le premier entraîneur-chef francophone de l’histoire des Alouettes, hier, alors que l’organisation a annoncé qu’il remplaçait Jim Popp par intérim. Chapdelaine, Popp, le président Mark Weightman et le fils du propriétaire Robert Wetenhall, Andrew, ont tous participé à une téléconférence.

« C’est avec grand honneur et humilité que j’ai accepté le poste après en avoir discuté avec Robert, Andrew, Mark et Jim », a d’abord déclaré Chapdelaine, qui est actuellement dans l’ouest du pays alors que l’équipe profite de sa deuxième semaine de relâche de la saison.

« J’ai d’abord eu une conversation avec Bob et Andrew, puis j’ai téléphoné à Jim, qui était bien au courant de ce qui se passait. C’était important pour moi de savoir de quelle façon notre relation de travail fonctionnerait en allant de l’avant », a raconté Chapdelaine, qui obtient ainsi sa première chance comme pilote dans la LCF.

Chapdelaine a estimé que le moment était propice afin que les Alouettes embauchent un entraîneur-chef francophone.

« Je me suis demandé quand la langue [le français] finirait par m’aider et je pense que c’est peut-être le cas aujourd’hui. Je ne crois pas que ce soit une exigence, mais dans ce marché, je pense qu’il y avait actuellement un besoin d’avoir un francophone. Mais les résultats de l’équipe resteront toujours la chose la plus importante », a résumé Chapdelaine.

LES SÉRIES DÈS CETTE ANNÉE

Même si leurs chances d’accéder au tournoi éliminatoire sont faibles, les Oiseaux y croient encore. « On veut participer aux séries cette année. On a une équipe compétitive et on a perdu plusieurs matchs serrés cette saison », a estimé Andrew Wetenhall.

« On voulait prendre la meilleure décision pour 2016, tout en se donnant le temps nécessaire afin d’évaluer toutes nos options après la saison », a expliqué Weightman au sujet du fait que Chapdelaine était l’entraîneur par intérim et non pas un choix définitif.

« Ce ne sera pas une tâche facile. Même s’il y a l’étiquette “par intérim”, je ne me vois pas comme un entraîneur par intérim. Je veux trouver des solutions à court terme, mais aussi à long terme. »

— Jacques Chapdeleine

Robert Wetenhall, dans un communiqué de presse plus tôt dans la journée, puis son fils Andrew, lors de la téléconférence, ont tous deux indiqué que plusieurs candidats pourraient être nommés entraîneur-chef de façon définitive après la saison.

« Tous les coordonnateurs de l’équipe, de même que Jacques, seront évalués pour le poste d’entraîneur-chef », a dit Andrew.

DES CHANGEMENTS EN ATTAQUE

L’un des facteurs qui ont mené à la sélection de Chapdelaine est le fait que sa spécialité est l’attaque. C’est ce qui expliquerait qu’il ait été préféré aux deux adjoints à l’entraîneur-chef, Noel Thorpe et Kavis Reed, qui sont également les coordonnateurs de la défense et des unités spéciales.

« On estimait tous que Jacques nous donnait la meilleure chance d’améliorer notre attaque », a dit Popp.

« On a choisi Jacques pour plusieurs raisons. Il est très expérimenté, c’est un excellent entraîneur, et nous pouvions éviter d’effectuer des changements en défense et sur les unités spéciales, deux groupes qui fonctionnent bien. Jacques a beaucoup d’expérience du côté offensif », a expliqué Andrew Wetenhall.

Chapdelaine n’a pas caché qu’il comptait jouer un plus grand rôle sur le plan de l’attaque. Il a déjà discuté avec le coordonnateur de l’unité, Anthony Calvillo, mais il n’a pas voulu préciser s’il choisirait dorénavant lui-même les jeux offensifs durant les matchs, comme le faisait notamment Marc Trestman lorsqu’il dirigeait l’équipe.

« Je n’ai toujours pas rencontré les autres entraîneurs et les joueurs en personne, alors je ne divulguerai pas les changements que je veux faire. Mais il y en aura. »

— Jacques Chapdelaine, premier entraîneur de l’histoire du Rouge et Or de l’Université Laval

« J’ai des opinions fortes sur la façon dont on peut marquer des touchés », a ajouté Chapdelaine, qui a également été questionné au sujet de l’enfant terrible du club, Duron Carter.

« Duron est un joueur exceptionnel, mais je ne cacherai pas que son comportement a parfois été néfaste, et je pense qu’il l’admettrait lui-même. Il est très intelligent, et je crois que le succès des Alouettes lui tient à cœur. »

De son côté, Carter semble heureux de la décision des Alouettes d'avoir promu Chapdelaine. Le receveur-étoile, qui a à peine voilé ses critiques à l'endroit de Calvillo et de Popp ces derniers temps, a réagi sur twitter avec un simple bonhomme sourire.

« J’ai toujours dit que les bons joueurs faisaient de bons jeux, mais que les bonnes personnes faisaient de bonnes équipes. Je pense que Duron est une bonne personne, mais qu’il a besoin d’être bien encadré. Je veux instaurer de la structure et de la discipline », a ensuite précisé le nouvel entraîneur-chef des Als.

Ça tombe bien, car cette équipe en a besoin au plus haut point, et depuis longtemps.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.