Opinion

Le fléau de la violence en milieu hospitalier

L’année 2019 aura été marquée par plusieurs incidents violents dans les ailes psychiatriques de centres hospitaliers.

En mars, une patiente a agressé un psychiatre à la Cité de la santé. En octobre, un patient a poignardé son psychiatre avec une arme tranchante au pavillon Albert-Prévost. Puis, en novembre, un psychiatre a été roué de coups à la tête avec une chaise par un patient à l’hôpital Douglas.

Mais la violence n’est pas seulement l’apanage des ailes psychiatriques.

On pourrait dire que ces incidents sont la pointe de l’iceberg de la violence perpétrée dans les centres hospitaliers.

Dans un récent sondage mené par le Collège américain des urgentologues auprès de 3500 de leurs membres, on révèle que près de la moitié des médecins travaillant à l’urgence ont été agressés physiquement au travail et que de ce nombre, 60 % l’ont été dans la dernière année.

De plus, huit urgentologues sur dix soutiennent que les soins au patient en sont affectés. La violence qui se produit dans les urgences ne touche pas seulement les équipes de soins. Elle affecte les patients qui peuvent être blessés ou traumatisés par les événements.

Dans ce sondage, les urgentologues affirment aussi que la moitié de ces agressions ont été commises par des personnes à la recherche de drogues ou sous l'influence de l’alcool ou de la drogue.

Un article de la journaliste Sara Champagne de La Presse du 26 février 2019* dresse un portrait inquiétant des données de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail selon lesquelles les travailleurs de la santé sont de plus en plus victimes de violence de la part de patients. Pour la période visée, le nombre de réclamations à la CNESST pour des cas de violence a bondi de 33 %.

Tomber au combat

Avec les cas d’agressions qui s’accumulent, il faut comprendre que plus de travailleurs de la santé, infirmières, préposés, médecins tombent au combat. Les blessures physiques et psychologiques subies en milieu de travail font que ces derniers doivent s’absenter pour de longues périodes.

Les départements peinent à retenir les employés à la suite d'événements violents, il y a démotivation et stress accru.

Les équipes de soins sont déstabilisées. Puis s’ensuit un climat de travail tendu, instable et difficile.

Les syndicats sont montés aux barricades pour dénoncer la situation. Ils ont exigé une sécurité accrue et demandé que des mesures concrètes soient prises pour contrer la violence dans les centres hospitaliers.

Un comité de la Chambre des communes s’est aussi penché en juin 2019 sur la violence subie par les travailleurs de la santé et a émis ses recommandations, dont celle d’amender le Code criminel afin d’exiger qu’il considère comme circonstance aggravante pour la détermination de la peine le fait que la victime de voies de fait est un travailleur du secteur de la santé.

Des mesures pour contrer la violence existent et sont déployées dans les centres hospitaliers. Certaines cherchent à prioriser l’interdisciplinarité, le travail d’équipe, et à s’assurer que l’équipe répond au bon moment et de la bonne façon lorsqu’un incident se produit. Des formations sont ainsi données pour mieux gérer les cas problèmes et désamorcer les épisodes de violence.

D’autres veulent mettre l’accent sur un environnement de travail sécuritaire. On veut un meilleur contrôle de l’accès, des caméras, des détecteurs de métal, une visibilité accrue et plus d’intervenants en sécurité pour dissuader les patients d’agresser physiquement les travailleurs de la santé.

La prévention de la violence demeure la solution. Il doit y avoir une meilleure identification des cas problèmes, une prise en charge adaptée aux situations, plus de formations pour contrôler les épisodes de violence et des mesures de sécurité accrues.

Plusieurs systèmes de santé reconnaissent l’importance de développer des programmes de prévention de la violence dans des contextes communautaires, scolaires et de soins primaires et secondaires.

Il faut qu’on se le dise, il doit y avoir tolérance zéro face à la violence perpétrée contre les travailleurs du milieu de la santé.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.