COLLÈGE D’ANJOU

OUVERTURE DU NOUVEAU PAVILLON DES ARTS ET DES SPORTS

C’est en présence des médaillées olympiques Chloé et Justine Dufour-Lapointe que le Collège d’Anjou inaugurera le 19 septembre son nouveau Pavillon des arts et des sports de 18 000 pieds carrés qui vient bonifier l’offre de services d’un établissement en constante évolution. « Justine et Chloé ont gradué au Collège d’Anjou respectivement en 2011 et 2009 » de mentionner Luc Plante, directeur général.

Ce nouvel agrandissement dote le Collège d’une cafétéria ultramoderne où la cuisine santé est à l’honneur. L’établissement est le premier Collège privé au Québec à se munir d’un composteur industriel qui permet aux élèves de recycler les déchets biodégradables. Le produit servira entre autres à la serre prochainement érigée sur le site du Collège, fruit du concours Carbure à l’efficacité remporté par les élèves du profil sciences.

« Lounge » pour les finissants, locaux pour la vie étudiante, salle d’entrainement avec appareils de musculation professionnels sous la supervision d’un kinésiologue, salle multisports (danse, judo, yoga, etc.), plateau d’art dramatique, salle de musique avec cubicules de pratique insonorisés, locaux supplémentaires de classe complètent cet agrandissement qui illustre le dynamisme du Collège d’Anjou. Il a accueilli à la rentrée quelque 645 élèves, une marque historique.

Du même coup, le Collège en a profité pour bonifier son offre de service pédagogique avec l’ajout d’un quatrième profil éducatif, soit Entrepreneuriat (maths enrichies, économie, gestion de projet). « Nos profils sont en lien avec ceux du cégep, explique Denis de Villers, directeur des services pédagogiques. Le profil Entrepreneuriat mènera les élèves vers les sciences administratives. » La robotique a aussi fait son entrée cette année au Collège en 2e secondaire avec un local aménagé à cet effet.

DES INITIATIVES ORIGINALES

Le Collège d’Anjou se distingue également par des initiatives originales comme la « Semaine de cours pas de cours sans stress », introduite l’année dernière, qui facilite grandement la transition entre le primaire et le secondaire. « D’entrée de jeu, explique M. de Villers, les nouveaux élèves sont initiés aux différentes applications de la tablette numérique, leur nouvel outil pédagogique. De façon ludique, nous leur apprenons à gérer leur agenda, leurs devoirs, leurs notes de cours, leurs travaux corrigés, etc. Il y a même un atelier sur la gestion du stress au secondaire. En somme, nous leur parlons du métier d’élève, un investissement en temps qui en fait gagner beaucoup pour le reste de l’année. »

Luc Plante se dit très fier de son équipe-école qui génère année après année des projets d’avant-garde qui ne cessent d’étonner.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.