Enchères automnales

Un Picasso en vedette

Deux expositions d’œuvres d’art sont organisées à Montréal cette semaine par deux maisons d’enchères canadiennes, Heffel et ByDealers, en prévision de leurs ventes automnales. Avec en vedette un tableau de Picasso, Femme au chapeau, que la maison Heffel mettra en vente à Toronto le 20 novembre.

Les amateurs d’art auront la chance, dès jeudi, d’admirer à la Maison Heffel, à Montréal, une œuvre d’art de grande valeur signée Pablo Picasso. Femme au chapeau sera le clou de la vente automnale d’Heffel. Il s’agit d’un des nombreux tableaux que le peintre espagnol a consacrés à Dora Maar, une de ses muses.

Contrairement à bien des toiles où il a représenté Dora Maar dans son style cubiste, Femme au chapeau reflète l’ambiance lugubre qui régnait à Paris en 1941. Pas de sourire dans le visage de Dora, assise sur une chaise, et un regard entre consternation et désespoir. Pablo Picasso vit alors, avec les autres Parisiens, les affres de l’occupation allemande et la crainte de représailles, ayant été classé par les nazis parmi les « artistes dégénérés ».

L’œuvre révèle toutefois une Dora Maar élégante, avec une robe fleurie qu’elle portait lors d’une réunion d’amis, notamment Man Ray, à Antibes avant la Seconde Guerre mondiale, en 1937. Picasso illustre ainsi le drame de la guerre, mais aussi l’espoir d’un retour de la paix.

« C’est la première fois qu’une œuvre majeure de Picasso est vendue par Heffel et au Canada. Il s’agit d’une œuvre iconique qui provient d’une grande collection européenne. »

— Tania Poggione, directrice du bureau montréalais d’Heffel

Selon Mme Poggione, le fait que le collectionneur n’ait pas mis cette œuvre en vente en Europe confirme la place qu’a désormais Heffel sur le marché international de l’encan d’art. « L’an dernier, Blouin a classé Heffel 10e plus grande maison d’enchères au monde, dit-elle. D’ailleurs, pour la première fois de notre histoire, les œuvres en provenance de l’extérieur du Canada comptent pour la moitié de la valeur des estimations de cette vente. »

Parmi les autres œuvres vendues le 20 novembre, notons une toile magnifique de Joan Mitchell datant de 1958 et un tableau rare d’Emily Carr, Street, Alert Bay, peint en 1912, que Max Stern avait exposé à la galerie Dominion de Montréal, en 1945. 

« C’est une œuvre créée par Emily Carr à son retour de France, un voyage qui l’avait marquée et lui avait permis de trouver sa voie, dit Tania Poggione. L’œuvre évoque les Premières Nations, pour lesquelles elle avait un grand respect. On a beaucoup à apprendre des œuvres d’Emily Carr. »

Heffel mettra 113 œuvres à l’encan le 20 novembre et s’attend à ce qu’il rapporte entre 20 et 25 millions. Les œuvres vendues sont exposées dans les bureaux montréalais d’Heffel, de jeudi à samedi, de 11 h à 18 h, au 1840, rue Sherbrooke Ouest. 

CHEZ BYDEALERS

Cinquième encan, dimanche, pour la jeune maison d’enchères montréalaise ByDealers. Son quatrième à se tenir au bord du Saint-Laurent. Formée de 15 marchands d’art canadiens lors de sa création en 2017, ByDealers a maintenant 32 associés provenant du Québec, de l’Ontario et de l’Alberta.

Il y aura 63 œuvres en vente ce 10 novembre et Marc-Antoine Longpré, PDG de ByDealers, prévoit qu’elle devrait rapporter environ 2 millions, soit comme au printemps dernier. Tout dépendra de la pièce maîtresse de la vente, une grande huile de Jean Paul Lemieux (1904-1990), Les deux cavaliers, peinte en 1972, avec ses grands espaces, son horizon incliné et un personnage au premier plan dont on ne voit que le haut du corps.

« C’est un tableau important qui a fait partie de l’expo Jean Paul Lemieux : Moscou, Leningrad, Prague, Paris, organisée par la France et présentée en URSS et en Tchécoslovaquie en 1974. »

— Marc-Antoine Longpré, PDG de ByDealers

« Ce tableau appartenait à l’ancien premier ministre Robert Bourassa et à sa femme Andrée, qui l’avaient acheté à l’artiste dans les années 70. » 

Vendue par Andrée Simard, la toile est évaluée entre 900 000 et 1,3 million. « Il faut remonter à 2011-2012 pour retrouver un Lemieux de cette dimension et de cette importance aux enchères, dit M. Longpré. Les derniers de cette envergure avaient atteint des sommes records. C’est une bonne opportunité pour les amateurs de pouvoir voir ce tableau qui était chez les Bourassa depuis une quarantaine d’années. » 

Mis à part ce Lemieux, ByDealers mettra en vente le grand Quantificateur rouge, une œuvre spectaculaire de Guido Molinari, une toile robuste de Marcelle Ferron de 1956, une pièce muséale de Jean McEwen datant de 1973 et quatre peintures de Serge Lemoyne, dont une de la série Bleu, Blanc, Rouge

La vente comprendra aussi une pièce majeure de Jean-Paul Jérôme, Le carnaval de Sud V, de sa période Varennes. Jean-Paul Jérôme dont la cote augmente à Toronto, selon Marc-Antoine Longpré.

À noter enfin un petit tableau de Riopelle, de la série Nouvelles impressions, et deux œuvres de Jacques Hurtubise : une grande acrylique sur toile de 1966, Antéros, et une autre, Relief d’hiver, qui faisait partie de l’exposition Quand la lumière s’éteint elle revient en noir, présentée jusqu’à dimanche dernier au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Toutes ces œuvres sont exposées au 6345, boulevard Saint-Laurent, d’aujourd’hui mardi à samedi, de 11 h à 19 h. La vente, dimanche, aura lieu au même endroit à partir de 14 h. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.