Autos vedettes

Les 1000 voitures de Valérie Plante

La mairesse de Montréal Valérie Plante ne s’y connaît pas beaucoup en voitures. En fait, elle en a possédé une seule dans sa vie, l’ancienne Chevette de sa mère dont les belles années étaient déjà passées. Depuis qu’elle est montréalaise, elle utilise surtout le vélo et Communauto.

La voiture qui a marqué son enfance

C’est ma Chevette. Je viens de l’Abitibi et le jour de mes 16 ans, j’ai passé mon permis de conduire. Je voulais ma voiture, je voulais mon autonomie. C’était la voiture de ma mère qui est devenue la mienne. Ça arrive assez souvent.

Sa première voiture

Ma Chevette encore. Après quelque temps, comme elle prenait de l’âge, ma mère me l’a donnée, mais j’avais pas mal de réparations à faire. Je ne me suis donc jamais acheté de voiture. La seule chose que je me suis achetée, c’est un scooter, quand j’avais 15 ans. Je l’ai payé de ma poche pour pouvoir me déplacer. Ensuite, c’était la Chevette que ma mère m’a léguée. 

Pas de pire voiture

Depuis que je suis arrivée à Montréal, il y a 22 ans, je ne me suis jamais racheté de voiture. Je suis devenue une abonnée de Communauto. J’aime dire que j’ai plus de 1000 voitures. Mon chum et moi sommes abonnés à Communauto. Et on se promène à vélo. Je vais louer des voitures parfois pendant l’été, mais je n’en ai jamais acheté une. J’utilise aussi le métro, les transports en commun. Le cocktail de mobilité, je peux dire que je l’utilise à fond : taxi, Communauto, vélo, voiture de location, métro, la totale.

Sa voiture de rêve

J’ai un petit faible pour les Volvo. La vieille Volvo qui était carrée. J’en prendrais une neuve s’il le fallait, mais je ne sais pas, j’ai un petit faible pour les Volvo carrées. Mais là, je ne peux pas vous dire quelle série, je n’en ai aucune idée.

Sa voiture de fonction

C’est un Toyota Highlander hybride. Je ne connais rien là-dedans. Une petite camionnette, un VUS hybride. C’est une voiture de la Ville. Ce qui est super, c’est qu’on a installé un support à vélo. Et hybride, c’est important. Ce n’est pas mon choix, mais le fait qu’elle soit hybride est important. Avec le support à vélo, c’est le meilleur des deux mondes parce que je ne peux pas être en vélo tout le temps. Au moins, souvent le matin, je descends en bicyclette, pour faire un peu d’exercice, prendre un peu d’air frais. Mais comme j’habite dans Rosemont, mon chauffeur me fait monter la côte le soir.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.