Opinion

L’omniprésence de la souveraineté

Ils sont légion et fort peu originaux ceux qui prétendent que les élections d’octobre seront les premières en 50 ans à se dérouler sans qu’on parle de la question nationale, sous prétexte qu’un référendum n’est pas sur l’écran radar à court terme. Et pourtant, la souveraineté sera au centre de tous les débats, qu’on la nomme explicitement ou pas.

De quoi parle-t-on depuis un moment dans les bulletins d'information ? De dossiers qui sont très majoritairement reliés au manque de capacité du Québec d’agir comme bon lui semble, donc d’un manque de souveraineté, étant subordonné à un gouvernement situé à l’extérieur de son territoire. Des exemples ?

Quand on suit les variations inexplicables du prix de l’essence à la pompe et la frustration des citoyens du Québec à cet égard, on se rappelle que le premier ministre du Québec, un fédéraliste extrême, a lui-même avoué à l’Assemblée nationale qu’il ne pouvait rien faire pour les Québécois puisque la réglementation dudit prix sur notre territoire est la prérogative d’un autre gouvernement, basé hors Québec.

Quand on mentionne la légalisation du cannabis, on décrie le fait que le Québec se fait bousculer par un gouvernement hors Québec qui a décidé unilatéralement de légaliser une drogue sur notre territoire, en pelletant, de surcroît, dans notre cour toutes les conséquences néfastes appréhendées de cette légalisation.

Quand on parle de l’écœurantite aigüe des Québécois face aux paradis fiscaux et à l’évasion fiscale à grande échelle, on nous renvoie aux ententes fiscales conclues par un gouvernement hors Québec avec des législations de complaisance qui nous incluent de facto.

Nous ne sommes pas maîtres de nos ententes internationales, comme État subordonné à un autre qui décide évidemment selon ses intérêts à lui.

Même chose quand on s’intéresse à la renégociation de l’ALENA : les pourparlers se font entre États souverains. Le Québec ne peut donc y dépêcher qu’un lobbyiste pour tenter de se faire entendre s’il a de la chance, bien que les communicateurs du gouvernement fédéraliste actuel l’appellent un « négociateur en chef » pour brouiller les perceptions. Ceux-là mêmes qui faisaient référence à la rigueur plutôt qu’à l’austérité. Ou au changement dans la continuité. C’est à croire que le Parti québécois n’a pas inventé les campagnes humoristiques.

Le territoire, les frontières

Quand, il n’y a pas si longtemps, nous croisions les doigts au Québec en attendant de savoir si un gouvernement hors Québec allait décider de faire passer un pipeline sur notre territoire, touchant d’innombrables cours d’eau, nous subissions encore ici la réalité d’un peuple subordonné à un autre. C’était directement relié au manque de souveraineté du Québec sur son propre territoire et à son incapacité de gérer complètement lui-même sa politique environnementale.

Quand on parle d’immigration, on illustre le fait que le Québec ne contrôle pas ses frontières ni les accords qui les régissent. C’est un gouvernement hors Québec qui détient ce pouvoir sur notre territoire, ce qui constitue une anomalie évidente pour toute nation qui se respecte.

Quoi qu’en disent les commentateurs à l’approche de la campagne automnale, chaque dossier qui fera les manchettes sera une illustration supplémentaire de la nécessité de faire la souveraineté pour pouvoir agir selon nos intérêts et nos façons de voir les choses comme Québécois. Sommes-nous meilleurs que nos voisins ? Clairement sur un plan : décider nous-mêmes de ce qui sied au Québec, comme nos voisins le font chez eux. La normalité, quoi.

Pour ma part, je suis venu en politique initialement pour travailler à la souveraineté du Québec, et j’y suis revenu pour les mêmes raisons.

J’en parlerai à chaque occasion avant, pendant et après la campagne. Les Québécois ne mentionnent peut-être pas nommément la souveraineté comme étant leur priorité dans les sondages, mais il n’en demeure pas moins que toutes les solutions à leurs enjeux prioritaires sont reliées à la capacité du Québec d’agir selon ses objectifs. Déléguer les solutions à un gouvernement hors Québec nous coûte cher et nous ralentit dans tout ce que nous faisons.

Certains s’engagent en politique active pour convaincre leurs concitoyens qu’il est préférable de demeurer sous tutelle d’un autre peuple. Je n’ai jamais vraiment compris cette approche. Au contraire, j’ai confiance en notre intelligence collective et en notre capacité de gérer notre propre destin, comme le font près de 200 pays dans le monde, pourtant moins équipés que le Québec, sans jamais regretter un instant d’être souverains. Comme toujours depuis 50 ans, c’est donc sur ce choix que porteront directement ou indirectement les prochaines élections. Jusqu’à ce qu’on règle définitivement la question.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.