Tenues de bureau

Rester chic par temps chaud

Ce n’est pas parce que c’est l’été que les traditionnels « vendredis décontractés » peuvent s’étendre sur toute la semaine. Mais qui a envie de porter un complet ou un tailleur quand il fait 30 °C ? Conseils sur les tenues à privilégier et celles à éviter. UN DOSSIER D'OLIVIA LÉVY

Des tenues acceptables et confortables

Il fait chaud, on souhaite tous porter des tenues légères et confortables. Mais attention de ne pas confondre tenues de plage et de travail ! Quels sont les vêtements et matières à privilégier ?

Tout dépend de notre environnement de travail : certains sont plus permissifs alors que d’autres sont plus stricts. « Dans les milieux plus traditionnels, avocats, banquiers, comptables, assurances, le cadre est plus conservateur. L’image de l’entreprise est importante, peu importe la température extérieure. On ne veut pas se faire remarquer auprès de nos collègues, patrons et clients à cause de notre tenue légère et inadéquate. Il faut avoir du discernement », lance Marie-Claude Pelletier, présidente de l’agence de style Les Effrontés. « Ou alors restez à la maison et pratiquez le télétravail en petite tenue ! », s’exclame-t-elle.

« Si à 11 h 55, à l’improviste, un client très important ou votre grand patron vous invite pour un dîner, est-ce que vous serez présentable ? C’est LA question que vous devez vous poser en vous habillant le matin », lance Julie Blais Comeau, spécialiste de l’étiquette professionnelle. Elle estime qu’on doit pouvoir dégager en tout temps confiance et crédibilité. « On l’oublie aujourd’hui, car avec les vendredis décontractés, il y a eu un certain laisser-aller. »

Les matières naturelles

Notre allure, c’est la première chose que les gens remarquent ; que voulez-vous, il faut la soigner.

Il y a deux choses importantes à considérer l’été :  les matières et les coupes. « Les matières synthétiques comme le polyester sont à éviter, car on n’y respire pas bien et elles capturent les mauvaises odeurs », observe Marie-Claude Pelletier. À éviter également, les chemisiers 100 % soie, car on va transpirer et ça va laisser des traces.

Il faut privilégier les matières naturelles comme le lin, le coton, le chanvre ou les matières artificielles comme la rayonne ou la viscose. « Attention au lin, car il froisse beaucoup ! », prévient Marie-Claude Pelletier. « La soie peut être agréable quand elle est mélangée à du lin, par exemple, dans les tailleurs pour hommes et femmes », ajoute-t-elle.

Les couleurs claires

La styliste Valérie Langlois conseille de porter des couleurs claires. « Des complets beiges ou bleu plus clair, ça se porte très bien l’été, tout comme les pantalons style chino pour les hommes, avec des mocassins en daim qu’on met avec des socquettes, dit-elle. Comme la plupart des bureaux sont climatisés, on peut faire des superpositions : sur une jolie chemise, on ajoute un veston, un tricot ou un cardigan, et une fois dehors, on les retire. Et les hommes peuvent remonter les manches de leur chemise quand ils sont à l’extérieur ou porter des chemises à manches courtes. »

Les coupes amples

Quand il fait très chaud, on évite tout ce qui est très près du corps et moulant.

« On y va avec des coupes amples, des robes et jupes fluides, évasées, des textures légères, et on évite les jupes crayons ou les pantalons trop serrés, ce sera chaud et inconfortable. »

— Marie-Claude Pelletier

Elle parle des éléments irritants qui reviennent chaque année lorsqu’elle fait ses présentations en entreprise pour parler du code vestimentaire. « Ce sont toujours les mêmes : les gougounes, les camisoles à bretelles spaghettis et les shorts trop courts. »

Dans les milieux plus stricts, les sandales et chaussures à bout ouvert ne sont pas toujours acceptées. « Est-ce que j’ai envie de voir les orteils de mon patron ? Je ne pense pas ! », lance Julie Blais Comeau. Elle ajoute que dans le cas des sandales, il faut prendre soin de ses pieds et avoir fait un soin des pieds, pour que ce soit décent, et c’est valable autant pour les femmes que pour les hommes. Marie-Claude Pelletier pense que certains designers font de très beaux tailleurs bermudas pour hommes et pour femmes, mais il faut faire attention à la longueur des bermudas. « Pour ce qui est des shorts, si la coupe est fluide, que le short est un peu au-dessus du genou et qu’il est porté avec un chemisier, ça passe », dit-elle.

Elle remarque que les gens investissent beaucoup plus dans leur garde-robe d’automne-hiver que dans celle de printemps-été. « On se dit que l’été ne dure pas longtemps, ce qui est faux désormais, et on ne voit pas l’intérêt d’investir dans la garde-robe d’affaires, alors on porte des tenues de week-end au travail ! Ce n’est pas parce que le monde des affaires est un peu plus au ralenti l’été qu’on peut se permettre des tenues vraiment plus décontractées. »

Les faux pas

Si certains milieux de travail sont plus décontractés, d’autres adoptent un code vestimentaire plus strict. Quels sont les morceaux à éviter pour ne pas se faire remarquer de la mauvaise façon ?

Les gougounes

« Les gougounes, qu’on se le dise une fois pour toutes, c’est fait pour porter à la plage et à la piscine ! C’est un élément irritant visuel et auditif, ça ne passe pas », estime Marie-Claude Pelletier, présidente de l’agence Les Effrontés. « Les gougounes ont peut-être fait leur entrée dans le dictionnaire, mais certainement pas au bureau. Clic-clac, clic-clac, avez-vous vraiment envie d’entendre ce son au bureau ? », lance Julie Blais Comeau, spécialiste de l’étiquette professionnelle. Elle estime que tout ce qu’on laisse à découvert pourrait être jugé, à commencer par les pieds.

Les camisoles à bretelles spaghettis

« Les camisoles à bretelles spaghettis et tout ce qui est transparent et qui fait trop vacances, c’est mal vu en entreprise, car ça fait trop relâché dans un contexte de travail formel », prévient Marie-Claude Pelletier. Julie Blais Comeau met en garde contre les décolletés trop plongeants et tous les sous-vêtements apparents.

Les shorts et les vêtements sport

« Je sais que la mode est au confort avant tout, mais les vêtements d’entraînement et cotons ouatés au bureau, c’est non, tout comme les shorts trop courts et trop serrés. Tout ce qui fait plage ou trop sport est à éviter », estime Julie Blais Comeau. Marie-Claude Pelletier souligne que les vêtements de yoga et de pilates sont très en vogue, mais ne sont pas appropriés pour le bureau.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.