États-Unis

« S’ils ne nous parlent pas, nous allons prendre des mesures qui seront graves économiquement. Nous allons imposer des taxes douanières sur de nombreux produits entrants. »

— Le président Donald Trump, menaçant hier l’Union européenne de conséquences si elle ne négocie pas un accord commercial avec les États-Unis. Les eurodéputés ont voté hier contre l’ouverture de discussions entre Bruxelles et Washington. (Agence France-Presse)

Gestion de parcs de véhicules

L’équipe techno de Téo embauchée par une entreprise irlandaise

L’équipe de recherche et développement de Téo Taxi vient d’être embauchée par une firme irlandaise spécialisée dans la gestion de parcs de véhicules. Les employés étaient sans emploi depuis leur licenciement au début de février relativement à la fin des activités du service montréalais de taxi électrique, dans la foulée des déboires financiers de la société mère Taxelco. En embauchant la vingtaine d’ex-employés de Téo, l’entreprise iCabbi porte son effectif mondial à 151 employés et entend ouvrir un bureau à Montréal. iCabbi soutient que plus de 70 000 taxis et véhicules de transport utilisent ses technologies un peu partout dans le monde et que sa plateforme actuelle gère plus de 4 millions de courses par semaine. La direction d’iCabbi souligne par ailleurs que Taxi Diamond et Taxi Hochelaga – qui appartiennent à Taxelco – comptent parmi ses clients. Le dossier d’insolvabilité de Taxelco est géré par la firme Richter qui mène actuellement le processus de sélection des repreneurs intéressés par les actifs de l’entreprise. — Richard Dufour, La Presse

Lock-out chez ABI

Le syndicat présentera une contre-proposition

Le syndicat des travailleurs de l’Aluminerie de Bécancour va finalement présenter une contre-proposition à la direction d’ABI dans le but de mettre fin au lockout qui y sévit depuis plus de 14 mois. Clément Masse, président de la section locale 9700 du Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, a précisé hier que la contre-proposition toucherait tous les aspects de la convention collective et qu’elle serait présentée « dans les prochains jours ». « Ce qu'on veut, c'est relancer la négociation », a ajouté M. Masse. Lundi dernier, réunis en assemblée générale, les syndiqués avaient rejeté l’offre patronale qui incluait un protocole de retour au travail. Les 1030 membres du Syndicat des Métallos ont été mis en lockout le 11 janvier 2018.

— La Presse canadienne

C Series

Airbus tourne une page d’histoire

Le nom C Series, l’avion développé au Québec par Bombardier, disparaîtra définitivement. Airbus a annoncé hier que la Société en commandite C Series changerait son nom pour s’appeler la Société en commandite Airbus Canada et adopterait le logo Airbus comme unique symbole de son identité visuelle. « Ce nouveau nom était la prochaine étape logique, alors que l’identité de l’avion a elle-même évolué sous le nom d’Airbus A220 », a justifié le nouveau propriétaire. — La Presse

Ménages canadiens

La dette grimpe plus rapidement que les revenus

La somme que doivent les Canadiens par rapport à leur revenu a augmenté au quatrième trimestre de l’an dernier, alors que la croissance de leur dette a légèrement dépassé celle de leur revenu, a indiqué hier Statistique Canada.

Selon l’agence fédérale, la dette des ménages sur le marché du crédit, exprimée en proportion de leur revenu, a augmenté pour s’établir à 178,5 % au quatrième trimestre. Cela se compare à une lecture révisée de 178,3 % pour le troisième trimestre.

Autrement dit, les ménages détenaient 1,79 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de leur revenu disponible.

Le défi des consommateurs

Aux yeux de Josh Nye, économiste principal à la Banque Royale, ces chiffres mettent en lumière le défi que doivent relever les consommateurs.

« Il faudra que la croissance des revenus des ménages dépasse celle de la dette pendant une longue période pour parvenir à une amélioration significative du ratio de la dette au revenu », a écrit M. Nye dans un rapport.

« Nous n’observons pas encore cela. »

M. Nye a noté que le ratio du service de la dette avait augmenté pour le cinquième trimestre de suite, pour égaler un record.

Le ratio du service de la dette des ménages, soit le total des paiements obligatoires de capital et d’intérêts en proportion du revenu disponible des ménages sur le marché du crédit, a augmenté pour s’établir à 14,9 % ce trimestre, contre 14,7 % au troisième trimestre.

« Même si nous ne nous attendons pas à ce que la Banque du Canada augmente les taux de nouveau avant plus tard cette année, le ratio du service de la dette devrait encore progresser légèrement au cours des prochains trimestres, car les propriétaires renouvellent leurs emprunts à taux fixe à des taux d’intérêt plus élevés », a poursuivi M. Nye.

Hausse des emprunts

La hausse des emprunts au quatrième trimestre a contribué à alimenter la hausse des deux principaux ratios d’endettement.

Sur une base désaisonnalisée, les ménages ont emprunté 21,2 milliards de dollars au quatrième trimestre, a précisé Statistique Canada, alors que la demande de prêts hypothécaires a augmenté de 2,3 milliards pour atteindre 12,3 milliards.

Toutefois, malgré l’augmentation annuelle enregistrée au quatrième trimestre, les emprunts sur le marché du crédit des ménages ont diminué de 19,5 % pour s’établir à 84,6 milliards en 2018, soit le niveau le plus faible d’emprunt depuis 2014.

La dette hypothécaire a atteint près de 1440 milliards, tandis que les prêts à la consommation et les prêts non hypothécaires totalisaient 769,4 milliards.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.