Chronique

Les mauvaises surprises de votre compte bancaire

Ce n’est pas de la physique quantique ni de la chimie nucléaire. Non, le bon vieux compte chèque est probablement le produit le plus simple sur les rayons des banques.

Alors je m’explique mal pourquoi les institutions financières ne parviennent pas à renseigner adéquatement leur clientèle, qui ne peut tout simplement pas se fier au personnel en succursale pour choisir le meilleur forfait bancaire.

Les informations données par les représentants des banques sont souvent floues, incomplètes, voire fausses, selon une enquête menée par Option consommateurs dont les résultats ont été diffusés hier.

D’après l’organisme, bien des consommateurs sont dans le noir à propos de leurs forfaits bancaires.

Plus des deux tiers (70 %) des répondants à un sondage se disent peu ou pas informés des caractéristiques de leur forfait. Résultat : ils paient plus cher qu’ils pensent.

En fait, les épargnants sous-estiment de 48 % leurs frais bancaires. Alors qu’ils pensent payer 12 $ par mois, l’examen de leurs relevés permet d’établir qu’ils paient plutôt autour de 18 $ par mois.

***

Souvent, ce sont les extras qui font la différence.

Les consommateurs utilisent plus régulièrement qu’ils le pensent des services exclus de leur forfait. Plus de la moitié des répondants qui étaient convaincus de ne jamais payer de frais en extras étaient dans l’erreur.

Ce n’est pas si surprenant puisque les banques passent souvent sous silence ces frais à la carte. Option consommateurs, qui a visité 27 succursales en prétendant vouloir ouvrir un compte bancaire, a constaté que seulement le tiers des représentants mentionnaient l’existence de frais variables.

Ce manque d’information est complètement inacceptable, surtout quand on sait que les frais variables peuvent coûter une petite fortune. Si votre compte tombe dans le rouge, par exemple, la banque pourrait vous facturer 50 $ de frais pour découvert. Ouille ! Ces frais exorbitants font d’ailleurs l’objet d’une action collective.

Ces « petits » extras dont les banques ne parlent pas trop coûtent de plus en plus cher.

Si les frais fixes des forfaits bancaires ont augmenté au même rythme que l’inflation (14 %) entre 2004 et 2012, les coûts des frais variables ont grimpé trois fois plus vite (46 %), selon une étude de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC).

***

Les banques sont aussi très peu bavardes sur leurs comptes à frais modiques. Il s’agit de forfaits à 4 $ qui permettent de faire une douzaine de transactions par mois. Le forfait est même accessible gratuitement pour certains clients, comme les étudiants et les aînés à faibles revenus.

Malheureusement, les banques n’en parlent pas trop fort, même si elles se sont engagées à en faire la promotion sur toutes leurs plateformes. En pratique, aucune ne fait d’affichage en succursale sur ces comptes très avantageux, même si des lignes directrices en matière de comptes bancaires le prévoient.

En outre, l’enquête d’Option consommateurs a démontré que deux représentants sur cinq n’en avaient jamais parlé au client qui se présentait pourtant comme un étudiant.

Manque de formation des représentants ? Mauvaise foi crasse ?

Je vous répondrai seulement qu’un récent rapport de l’ACFC a clairement établi que la culture de vente tenait le haut du pavé dans les banques, ce qui augmente les risques que le client se retrouve avec un produit qui ne correspond pas à ses besoins.

***

Il est aussi déplorable que les banques n’orientent pas les consommateurs vers l’outil de comparaison de comptes mis au point par l’ACFC.

Même s’il n’est pas très « sexy », cet outil fort utile permet de comparer rapidement tous les comptes bancaires offerts au pays.

De nombreuses banques se sont engagées à en faire la promotion en succursales et en ligne. Mais en réalité, très peu fournissent de l’information sur leur site web.

Et en succursale, pas le moindre représentant n’a invité les clients à consulter l’outil. Même lorsque les enquêteurs incognito d’Option consommateurs ont demandé s’il existait un tel outil, on leur a répondu que non. Les représentants se sont contentés de les diriger vers le site web de leur propre institution pour y comparer les forfaits maison.

Dommage, car les comptes bancaires ne sont pas tous pareils. Il peut y avoir des écarts importants d’une institution à l’autre. Alors ça vaut la peine de magasiner, d’autant que les frais reviennent année après année.

***

Comment vous assurer d’avoir le compte bancaire qui convient le mieux à vos besoins ?

Passez en revue vos relevés bancaires des trois derniers mois. Surlignez tous les frais pour faire ressortir vos habitudes bancaires.

Changez vos habitudes, au besoin. Par exemple, les retraits dans les guichets d’une autre institution financière sont très coûteux. Pour les éviter, faites de plus gros retraits et conservez davantage d’argent dans votre portefeuille. Ou encore, profitez d’un achat pour demander au commerçant de faire un retrait qui ne coûte aucuns frais.

Comparez les forfaits grâce à l’outil de comparaison de l’ACFC, qui déterminera quel est le compte le moins coûteux en fonction de votre utilisation.

Changez votre forfait bancaire. Peut-être n’avez-vous pas envie de déménager dans une autre institution, ce qui vous obligerait à reconfigurer paiements préautorisés et les dépôts directs ? Mais vous pouvez au moins opter pour un forfait mieux adapté à vos besoins, en demeurant à la même banque.

Si possible, optez pour un compte à frais modiques (4 $ par mois ou gratuit).

Maintenez un solde suffisamment élevé dans votre compte, de manière à réduire ou annuler vos frais bancaires.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.