GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Les légumes drôles ont la cote

Les Québécois ont bien rigolé dans leur cuisine, à la fin de l’été dernier. IGA a vendu 3,6 tonnes de drôles de fruits et légumes du Québec – carottes à trois pattes, concombres se prenant pour des virgules, etc. – lors d’une opération qui a duré six semaines. Le bilan est si positif que le retour des aliments difformes en 2016 est annoncé. Une hausse moyenne de 24 % des ventes des six variétés offertes (par rapport aux ventes lors d’une année comparable, sans fruits et légumes rigolos) est rapportée. Il s’est vendu 91 % plus de betteraves et 31 % plus de carottes, cette année. Le bas prix des fruits et légumes moches, offerts environ 30 % moins cher, a sûrement aidé les consommateurs à voir leur beauté intérieure. 

— Marie Allard, La Presse

PRÉCISION

« Un Airbnb pour la nourriture faite maison »

Dans l’article Les restaurateurs sont inquiets publié jeudi dernier dans le cadre d’un reportage sur l’économie du partage, nous avons écrit que les amendes pour les récidivistes qui cuisinent sans permis variaient de 16 000 $ à 45 000 $. Il aurait plutôt fallu lire qu’elles varient de 6000 $ à 45 000 $. Nos excuses.

L’aliment sous la loupe

Cheerios Plus protéines au miel et aux amandes

5,99 $ pour 290 g

CE QUE DIT GENERAL MILLS

« Les ambassadeurs de Cheerios croient qu’il existe un lien étroit entre ce que nous mangeons et comment nous nous sentons. C’est pourquoi on a créé les céréales Plus, dans lesquelles les bienfaits des protéines plus le goût délicieux des amandes, du vrai miel et de l’avoine entière s’allient naturellement. »

RÉALITÉ

La marque Cheerios se prend visiblement pour un État, avec ses ambassadeurs, depuis qu’elle ajoute des protéines de soya à ses petits anneaux sucrés. On n’arrête pas le marketing…

« Je suis d’accord avec l’énoncé qui dit qu’il y a un lien étroit entre ce que nous mangeons et comment nous nous sentons, indique Stéphanie Bouchard, nutritionniste. Les protéines ajoutées vont augmenter le sentiment de satiété et prévenir les chutes d’énergie, en stabilisant le taux de sucre plus longtemps. »

Mais ça ne fait pas de ces Cheerios un bon choix. « Ces céréales contiennent trop de sucre et des fibres en quantité insuffisante », tranche Mme Bouchard. En plus du sucre comme tel, la liste des ingrédients révèle la présence de sirop de maïs, de mélasse, de sucre doré, de sirop doré et d’extrait de feuille de stévia. Bon point : l’avoine entière arrive au premier rang des ingrédients.

Est-ce qu’un bol de ces Cheerios, servies avec du lait, comble la faim jusqu’au dîner ? « Ces céréales vont rassasier plus que les autres sur le marché, parce qu’elles sont plus riches en protéines, c’est certain, observe la diététiste. Mais la faim se fait sentir de nouveau environ trois heures après un repas. Donc si vous déjeunez à 7 h, vous aurez faim à 10 h. »

Consultez le site de Stéphanie Bouchard : www.stephaniebouchard.ca

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.