Le Québec rattrape l’Ontario

Le Québec rattrape peu à peu l’Ontario sur le marché de l’emploi. Il a même mieux tiré son épingle du jeu dans l’intégration des jeunes et des femmes, révèle une étude dévoilée aujourd’hui. Autre embellie dans le monde du travail au Québec, les salaires ont connu un rebond important au dernier trimestre. Le point sur l’état de l’emploi dans la Belle Province. 

Des progrès continus depuis trois ans

L’emploi se porte bien au Québec, tellement que la province rattrape peu à peu l’Ontario et fait même beaucoup mieux dans l’intégration des jeunes et des femmes au marché du travail.

« Le rattrapage a été important », constate Jérôme Lussier, directeur adjoint de l’Institut du Québec et un des trois coauteurs de l’étude comparative des marchés du travail dans les deux provinces les plus populeuses du Canada.

Intitulée Si la tendance se maintient…, l’étude publiée aujourd’hui fait état du progrès continu du Québec au cours des trois dernières années en matière d’emploi.

« Dans le cas des jeunes et des femmes, le Québec dépasse maintenant l’Ontario », pointe le chercheur. En fait, le nombre de Québécoises âgées de 25 à 54 ans qui travaillent est le plus élevé au Canada, et un des plus importants au monde.

Le Québec fait également mieux que l’Ontario dans l’intégration des jeunes au marché du travail. Le nombre de jeunes de 15 à 24 ans qui ne sont ni à l’école ni au travail est en forte baisse.

L’Ontario continue cependant de faire mieux que le Québec dans l’intégration des immigrants au marché du travail. Le taux de chômage des immigrants y est plus bas. Mais le taux de chômage des immigrants au Québec a baissé significativement au cours des trois dernières années. C’est particulièrement vrai pour les immigrants récents, où l’amélioration a été plus marquée au Québec qu’en Ontario. L’écart moyen entre le taux de chômage des immigrants arrivés depuis moins de cinq ans et les immigrants en général est passé de 10,6 à 7,7 points de pourcentage, une baisse de 27 %. En Ontario, cet écart est passé de 7,2 à 5,4 points de pourcentage, une réduction de 25 %.

La productivité, toujours et encore

Le Québec se distingue de l’Ontario pour la disponibilité de la main-d’œuvre, et ce n’est pas pour le mieux. « Il s’agit du défi le plus préoccupant pour le marché du travail québécois », soulignent les chercheurs.

Le bassin de main-d’œuvre se rétrécit au Québec depuis 2011 alors qu’il continue de croître en Ontario. « C’est particulièrement un problème hors de Montréal, alors que l'on constate une dépopulation des régions », précise Jérôme Lussier.

À Montréal, le bassin de travailleurs n’a pas diminué, en raison de l’apport de l’immigration.

Le problème de la disponibilité de la main-d’œuvre du Québec est particulièrement préoccupant du fait que la productivité du travail est moins grande qu’en Ontario, et que cet écart s’accroît. En 20 ans, l’écart de productivité du Québec avec l’Ontario est passé de 8,7 % à 11,3 %.

Selon Jérôme Lussier, le problème de productivité du Québec n’est pas nouveau, mais le fait que le retard avec l’Ontario s’accroît devrait nous inquiéter. « C’est là qu’on devrait réaliser des gains pour compenser les effets du vieillissement de la population. »

140 000

Nombre de postes vacants au Québec au deuxième trimestre de 2019, soit le double d’il y a quatre ans

Le vieillissement de la population et une immigration insuffisante pour renouveler le bassin de travailleurs apparaissent comme une limite importante pour la prospérité du Québec. On n’aura pas le choix d’augmenter la productivité du travail, insiste-t-il.

Il n’y a pas de remède miracle, selon lui, dans la mesure où une partie importante du problème de productivité du Québec – les deux tiers, selon le chercheur – vient de sa structure industrielle. « En Ontario, la productivité est tirée vers le haut par le secteur de la finance, où la valeur ajoutée est grande et les salaires, élevés », illustre-t-il.

Il n’y a pas de remède miracle pour combler ce retard, mais des pistes de solution. « Il faut encourager les entreprises qu’on a à se moderniser et miser sur des secteurs à plus grande valeur ajoutée, comme les sciences de la vie ou l’aéronautique », avance le directeur adjoint de l’Institut du Québec.

Montréal en profite

C’est Montréal qui profite le plus de l’amélioration du marché de l’emploi, selon la dernière édition du Bilan économique du Grand Montréal, que publie aujourd’hui la Communauté métropolitaine de Montréal. « La grande région de Montréal regroupe désormais 73 % de tous les emplois créés au Québec depuis 2010 », souligne le portrait régional. Et c’est grâce à l’immigration, qui est devenue la principale source de main-d’œuvre. 

L’immigration est devenue un atout économique majeur, estime l’organisme qui regroupe 82 municipalités et 4 millions de personnes. « Les immigrants ont pourvu les trois quarts des postes créés depuis 2009. En 2018, c’est la totalité de la croissance de l’emploi métropolitain qui a été tributaire de l’immigration. »

La croissance économique du Québec a été supérieure à celle de l’Ontario en 2018, et la région de Montréal en a profité. « Bien que le rythme de croissance ait été plus lent que celui observé durant les années précédentes, le Grand Montréal a connu l’augmentation du PIB la plus forte de toutes les grandes régions métropolitaines canadiennes », constate le bilan de la CMM.

La Belle Province en tête des hausses salariales

Les salaires des travailleurs au Canada ont profité d’un rebond considérable durant le troisième trimestre terminé le 30 septembre, révèle un examen des résultats du PIB de l’économie canadienne publiés vendredi dernier.

C’est au Québec que cette hausse des salaires s’est avérée la plus forte parmi toutes les provinces canadiennes : à 7,2 % en taux annualisé, comparativement à 5,1 % pour tout le Canada.

Stéfane Marion, économiste en chef à la Banque Nationale, signale que « pour la première fois en 18 mois, le Canada génère actuellement une croissance des salaires supérieure à celle des États-Unis sur une base annuelle », soit 5,1 % au Canada contre 4,6 % au sud de la frontière.

« Il est encourageant de noter que la croissance des salaires au Canada est répandue à l’échelle nationale, avec sept provinces sur dix où la croissance des salaires dépasse celle des États-Unis. Cette évolution [des salaires] plaide en faveur de la résilience de l’économie canadienne dans les mois à venir », explique M. Marion dans une note aux clients-investisseurs de la Banque Nationale.

Des dépenses soutenues par la rémunération

« L’économie canadienne a bien résisté au troisième trimestre grâce à la reprise de la demande intérieure, alors que la consommation, les investissements des entreprises et les investissements résidentiels ont été les principaux moteurs de la croissance », relate M. Marion dans son analyse des éléments salariaux dans le PIB.

« Plus particulièrement, les dépenses de consommation ont été soutenues par la forte augmentation de la rémunération des employés. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.