Hydro-Québec célèbre ses 75 ans

Lucien Bouchard, Jean Charest et François Legault dans la même pièce, à rigoler et à échanger de vieux souvenirs. La rencontre entre les ex-premiers ministres péquiste et libéral et l’actuel premier ministre caquiste s’est produite dans le cadre du 75e anniversaire d’Hydro-Québec, qui était souligné, hier, avec de nombreuses personnalités publiques et politiques à la Société des arts technologiques, à Montréal. « Depuis les années 50, une longue succession de premiers ministres du Québec ont contribué, chacun à leur façon, à faire d’Hydro-Québec ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Il est totalement hors de question de rompre cette chaîne historique », a déclaré le premier ministre François Legault. MM. Bouchard et Charest participaient à un panel en compagnie d’Éric Martel, président de la société d’État, et de deux de ses prédécesseurs, Armand Couture et André Caillé. Il y a 75 ans, le 14 avril 1944, le gouvernement libéral dirigé par Adélard Godbout adoptait la Loi établissant la Commission hydroélectrique de Québec. Une première étape vers la nationalisation de l’électricité, qui s’est concrétisée avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Jean Lesage, en 1960. — Audrey Ruel-Manseau, La Presse

Météo

Crue printanière sous surveillance

Les pluies diluviennes annoncées un peu partout en province jusqu’à ce soir font monter le niveau des rivières, qui sont surveillées de près. Déjà samedi soir, certains bâtiments de Saint-Georges, en Beauce, goûtaient à la rivière Chaudière. Or, rien d’inhabituel ou de trop inquiétant… pour l’instant.

Les importantes précipitations de neige durant l’hiver laissaient présager une saison des inondations inquiétante. Mais la situation est actuellement encourageante.

« Pour le moment, la fonte de neige au début du printemps a été graduelle. Pour le couvert de glace, il y a eu beaucoup d’évaporation par le soleil. On a eu du temps chaud le jour et froid la nuit ; c’est le meilleur des scénarios », a expliqué Jean Savard, directeur des opérations gouvernementales au ministère de la Sécurité publique.

« Si on a beaucoup de pluie sur une période restreinte et que ça reste plus chaud la nuit, on a un effet aggravant, précise-t-il. Mais pour le moment, on n’a pas vécu ça, et ça se passe bien. »

Aux aguets

La Sécurité civile reste aux aguets, d’autant plus qu’un important système dépressionnaire laisse de grandes quantités d’eau sur son passage depuis hier soir.

« Pour le sud du Québec, incluant Montréal et les régions des Laurentides, de l’Estrie, de la Beauce et de Québec, on attend d’ici à [ce] soir entre 25 et 40 mm de pluie, prédit Jean Brassard, météorologue à Environnement Canada. On aura une accalmie [demain] et mercredi, mais la pluie revient à partir de jeudi, vendredi et peut-être même samedi. On n’aura pas un très beau week-end pascal. »

En fin de soirée, hier, 12 plans d’eau étaient sous surveillance et on dénombrait trois inondations mineures (lac des Deux-Montagnes (2) et rivière Chaudière à Saint-Joseph). L’inondation la plus importante, celle de Saint-Georges, en Beauce, était à la baisse. Avec le réchauffement de la température, samedi, un embâcle s’est formé à la hauteur du pont David-Roy et plusieurs commerces de la 1re Avenue à Saint-Georges ont été inondés dans la nuit de samedi à hier.

Veille constante

Le premier ministre du Québec, questionné lors d’un événement pour célébrer le 75e anniversaire d’Hydro-Québec, a assuré que ses ministères veillaient au grain.

« Je veux rassurer les Québécois, on a une équipe à la Sécurité publique qui suit la situation de près. Je veux dire à tous les maires des municipalités, n’hésitez pas à contacter la Sécurité publique si vous sentez qu’il y a le moindre besoin », a déclaré François Legault.

— Audrey Ruel-Manseau, La Presse, avec Tristan Péloquin et Le Soleil

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.