Postes Canada

Décision imminente sur une grève

Les Canadiens devraient savoir d’ici quelques heures si une grève pourrait être déclenchée à Postes Canada dans deux semaines. Les facteurs et les employés de centres de tri avaient jusqu’à dimanche pour se prononcer sur un mandat de grève à accorder au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP). S’ils devaient voter en faveur de l’arrêt de travail, une grève pourrait être déclenchée dès le 26 septembre ; un lock-out pourrait aussi être décrété par l’employeur. La convention collective est échue depuis décembre. — La Presse canadienne

Menace de grève à TVA

Un appel à la solidarité est lancé aux pigistes

À une dizaine de jours du déclenchement possible d’une grève à TVA par 800 syndiqués de la FTQ, un appel à la solidarité est lancé aux pigistes qui sont sollicités pour faire le travail des employés qui pourraient bientôt débrayer.

L’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS), qui représente 4200 membres dans le domaine, les invite à rester solidaires en cas de conflit de travail à TVA.

L’AQTIS représente des caméramans, techniciens, coiffeurs, maquilleurs, directeurs de plateaux, monteurs et autres qui sont pigistes.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, hier, le président de l’AQTIS, Alexandre Curzi, a rappelé la position de l’organisation syndicale : « En cas de conflit de travail, on ne devrait pas, à notre avis, aller remplacer des travailleurs qui sont ou bien en lock-out ou en grève. »

M. Curzi a pris soin de souligner qu’il ne s’agissait « pas d’un mot d’ordre » à ses membres, puisqu’il ne voulait pas s’immiscer dans le conflit, mais bien de l’énoncé d’un principe syndical reconnu.

TVA se prépare à la grève

Il relate que plusieurs de ses membres lui ont rapporté avoir reçu des offres pour effectuer du travail destiné à TVA.

« Les demandes qu’on nous rapporte : on leur offre d’être disponible à partir du 17 septembre, en cas de conflit. On leur dit qu’ils vont être formés. On leur offre des salaires qui sont assez avantageux, des primes. On nous a rapporté aussi des bonus, si jamais les journées sont annulées. C’est ce que nos techniciens qui appellent ici nous disent », résume M. Curzi.

Les quelque 800 travailleurs de TVA sont membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), affilié à la FTQ. Ils prévoient exercer leur mandat de grève générale illimitée à compter du 22 septembre si la négociation ne progresse pas d’ici là. Le syndicat compte des journalistes, caméramans, employés de bureau, techniciens et autres.

Une soirée électorale, grève ou pas

De son côté, la direction de TVA a fait savoir qu’elle se préparait au déclenchement possible d’une grève. Et elle admet que le recrutement d’employés de remplacement « va bon train ». Elle assure qu’elle sera capable de diffuser la soirée électorale, le 1er octobre, malgré une possible grève.

« Le syndicat menace TVA d’utiliser son droit de grève illimitée. Comme entreprise responsable, nous devons nous préparer à un potentiel conflit de travail, puisque quoi qu’il arrive, nous diffuserons notre programmation d’automne. Le recrutement de personnel de remplacement va bon train. Nous avons d’ailleurs commencé les formations des équipes de remplacement depuis déjà plusieurs semaines », a répliqué la direction du télédiffuseur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.