Gourmand

À boire

Le monde des alcools est en pleine transformation. La journaliste spécialisée Karyne Duplessis Piché revient sur les sujets qui ont marqué le début de l’année.

Quiz

Quelle ville d’Espagne a été nommée capitale européenne du vin en 2020 ?

Réponse :

Aranda de Duero. Située au nord de Madrid, la ville d’Aranda de Duero se trouve dans l’appellation de la Ribera del Duero. L’endroit est reconnu depuis des siècles pour sa production de vin. Ses habitants ont d’ailleurs construit dès le Moyen-Âge des tunnels pour transporter et conserver le vin. Ce n’est toutefois pas son histoire qui a permis à la ville de remporter le prestigieux titre. Ce serait plutôt ses efforts pour amener les producteurs locaux à adopter des pratiques plus écologiques qui auraient séduit le jury. L’an dernier, c’est la ville de Perpignan, en France, qui avait été nommée capitale européenne du vin.

À déguster

Établi à une centaine de kilomètres à l’ouest de la ville d’Aranda de Duero, le domaine Finca Villacreces est justement en conversion vers l’agriculture biologique. La cuvée appelée Pruno réunit tempranillo et cabernet-sauvignon dans un rouge élégant et gourmand. Le vin s’ouvre sur des notes de mûre, de cerise et de rose. En bouche, les tannins plutôt robustes font place à une finale souple et juteuse. Une pointe de poivre blanc et d’herbes séchées complète le tout. À ce prix, on met quelques bouteilles de côté.

Finca Villacreces Pruno Ribera del Duero 2017, 21,70 $ (11881940)

Incendies de forêt

L’Australie retient l’attention depuis le début de l’année, alors que des incendies de forêt y ont brûlé l’équivalent de deux fois la superficie de la Belgique. Pendant que les habitants tentent de protéger leur maison et les animaux, le magazine Wine Spectator rapporte qu’une soixantaine de vignobles partout au pays ont été touchés par les flammes. À quelques semaines des vendanges, les producteurs de la région d’Adelaide Hills, à l’est de la ville côtière, ont perdu le tiers des vignes de l’appellation. Le domaine D’Arenberg achète des raisins dans cette région. Son directeur général, Philip Jeffries, semble rassuré pour le moment. « Les vignes n’ont pas été touchées par les incendies, écrit-il. La récolte est encore loin et les dommages sur un possible goût de fumée sont toujours en cours d’évaluation. » L’appellation voisine, la très connue vallée de Barossa, est aussi à l’abri des flammes et de la fumée. « La topographie [les collines] et la direction des vents dominants ont provoqué le feu et la fumée au sud et à l’est, explique Louisa Rose, œnologue en chef du domaine Yalumba. Comme nous sommes au nord, ça signifie que nous n’avons pas de fumée. »

En croissance

Les boissons à faible teneur en alcool, en sucre et, donc, faibles en calories, sont en vogue. Un nouveau produit fait d’ailleurs un tabac chez nos voisins du Sud. Il s’agit de l’eau de Seltz alcoolisée, ou « Hard-Seltzer » en anglais. Cette boisson est élaborée avec de l’eau pétillante et de l’alcool. « Cette catégorie n’est pas très bien définie, indique la porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard. C’est une boisson faible en calories, contenant de l’eau pétillante et une base d’alcool (il peut s’agir de spiritueux ou de vin). » La société des alcools ontarienne, la LCBO, indique que ces boissons sont « dénudées de sucre et de glucides ». Curieux d’y goûter ? On trouve pour le moment au Québec deux produits : Aquarelle Citron & Lime (14101751) et Squeez’d Beverages Splash Pamplemousse (13992627). Cinq autres produits sont attendus au printemps.

En fermentation

Est-ce que les vins américains sont meilleurs que les vins français ? Quarante-quatre ans après le célèbre « Jugement de Paris » qui a consacré l’essor de la viticulture californienne, une nouvelle compétition se déroulera en mai à Napa. L’expert anglais Steven Spurrier, qui était juge lors du premier événement, en a fait l’annonce sur YouTube. La nouvelle compétition se déroulera les 15 et 16 mai, et son jury sera inusité, car il ne sera pas composé uniquement d’experts. Des billets ont été mis en vente au coût de 15 000 $ US pour assister aux réceptions et pour siéger au panel de dégustation. Au cours des dernières décennies, plusieurs dégustations ont tenté de recréer l’engouement et la surprise de 1976, dont le Jugement de Montréal qui s’est déroulé en 2009.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.