Les dernières tendances
en matière de vélo

Vous attendez avec impatience la saison estivale pour attaquer les routes cyclables du Québec ou d’ailleurs ? En attendant l’été, voici un tour d’horizon des dernières tendances dans le monde du cyclisme.

Les freins à disque

Depuis quelques années, les freins à disque sont de plus en plus populaires dans le monde du cyclisme. D’abord rattachés à la pratique du vélo de montagne, les freins à disque sont de plus en plus offerts sur les vélos de route. «  Les freins à disque procurent une puissance de freinage beaucoup plus grande que les freins sur jante  », explique Pierre De Liège, gérant adjoint vélo chez La Cordée, succursale St-Catherine. Ce type de freinage vous permet donc d’avoir un meilleur contrôle de freinage et de vous arrêter plus rapidement. Outre la qualité du freinage, un autre avantage des disques versus les jantes est qu’il n’y a pas de surface de freinage qui s’use avec le temps. Les freins à disque présentent aussi l’avantage d’être très efficace même sous la pluie.

Le gravel bike

Plus costaud que le vélo de route traditionnel, le gravel bike est un type de vélo de plus en plus populaire en raison de sa polyvalence. «  Généralement équipé de freins à disque, ce type de vélo est très intéressant, car il est capable d’accepter des pneus plus larges que les vélos de route normaux, ce qui permet de sortir des sentiers pavés  », indique M. De Liège. Le gravel bike est donc conçu pour rouler en terrains plus difficiles comme en sentiers forestiers, sur les routes de gravier ou sur les routes de terre, tout en offrant une meilleure assurance sur les routes asphaltées imparfaites. Fabriqué en acier, en aluminium ou en carbone, le gravel bike est généralement un peu plus lourd que les vélos de route classiques, mais il est très confortable et plus versatile.

Les roues en carbone

Les roues en carbone sont de plus en plus prisées par les cyclistes — et leur prix est plus accessible que jamais ! Celles-ci offrent en effet plusieurs avantages par rapport à des jantes en aluminium. Le principal avantage est que les roues en carbone sont généralement plus légères que leur contrepartie en aluminium, particulièrement lorsque vient le temps d’ajouter un profil à la jante. Le carbone permet en effet de construire des jantes ayant des formes qui optimisent les performances aérodynamiques des roues, tout en maintenant le poids très bas. Il permet entre autres de construire des jantes hautes de plus de 50 mm, ce qui procure un gain d’efficacité en haute vitesse. «  Des roues profilées de carbone peuvent faire une importante différence sur le plan de la performance globale  », assure M. De Liège.

Le monoplateau

Déjà répandu en vélo de montagne et en cyclo-cross, le monoplateau fait peu à peu son entrée dans le monde du gravel bike et du vélo de route. L’utilisation d’un seul plateau à l’avant – relié à une cassette de 10 ou 11 vitesses à l’arrière apporte plusieurs avantages. Tout d’abord, le monoplateau simplifie grandement le changement de vitesse puisqu’on n’a qu’à penser au dérailleur arrière. Cette option permet aussi d’éviter les risques de dérailler la chaine lors du passage du grand au petit plateau, un grand classique en cyclisme, surtout au pied d’une montée abrupte. Elle permet également d’alléger — de quelques grammes ! — le vélo puisqu’on élimine le dérailleur avant et sa quincaillerie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.