PATRICK LAGACÉ

Le mythe du combat-contre- le-cancer

Le cancer est une maladie épouvantable, un mal pervers. C’est quelque chose comme un mystère, un mystère cellulaire. Je veux dire que la science a bien des soupçons, mais peu de certitudes sur ce qui fait qu’une cellule se dérègle jusqu’à se multiplier à l’infini, pour causer une tumeur, un cancer.

Qu’est-ce qui cause le cancer ?

Fumer du tabac, chiquer du tabac est une voie royale pour développer un cancer. Être exposé à l’amiante aussi. Le tabac, l’amiante : la science est dans le registre des certitudes. Mais pour bien d’autres cancers, la science est plus hésitante, plus à tâtons.

Oui, les « facteurs environnementaux » jouent certainement un rôle. Les pesticides, la pollution atmosphérique, tout ça. Mais comment ? Sur qui ? De quelle façon ? On ne sait pas trop. Et les facteurs environnementaux n’expliquent pas tout : la première trace écrite de la description d’un cancer – un cancer du sein – remonte à 3000 ans avant Jésus-Christ, en Égypte. C’était avant l’essence, avec ou sans plomb, mettons…

La nourriture ? On sait que la consommation de viande rouge et de charcuteries augmente le risque de développer des cancers. Mais prenez deux personnes en tous points semblables, faites-les manger les mêmes charcuteries et les mêmes steaks aux mêmes repas pendant 10 ans : l’une aura un cancer du côlon, l’autre pas.

Pourquoi ?

On ne sait pas trop. Idem pour des jumeaux qui commencent à fumer au même moment, qui fument à la même fréquence, pendant le même nombre d’années : l’un mourra d’un cancer du poumon, l’autre mourra 10 ans après, tué par la foudre. Pourquoi ? Comme je vous dis : un mystère.

Le cancer est un mystère. Pas un combat.

Voilà, grand détour pour vous parler de cet automatisme qui transforme les malades du cancer en combattants, par le choix de nos mots.

« Il combat un cancer… »

« Elle a perdu son combat contre le cancer… »

« Il a vaincu le cancer… »

Chaque fois, comme toute la journée hier dans le cas des topos sur la mort de David Bowie, chaque fois, je fais la grimace, je suis mal à l’aise comme quand quelqu’un gratte ses doigts sur un tableau noir.

Le mystère du cancer – ce qui le cause, ce qui le guérit, etc. – le fait échapper à la notion de « combat ». Un combat présuppose un adversaire modérément identifiable et prévisible, ce qui n’est pas le cas de l’adénocarcinome modérément différencié.

Et pensez-y : c’est mettre une pression épouvantable sur les malades que de perpétuer, par notre choix de mots, le mythe du combat-contre-le-cancer. Dire de quelqu’un qu’il a « gagné son combat contre le cancer » me semble d’une violence terrible : les gagnants ont généralement « bien » combattu, cela veut-il dire a contrario que ceux qui perdent ont « mal » combattu ?

Bien sûr que non.

Si vous avez des proches qui sont morts du cancer, vous le savez aussi bien que moi : ils voulaient vivre, ils étaient dévorés autant par le cancer que par ce désir aussi vif et incandescent de vivre, désir qui animait pareillement ceux qui ont pu échapper aux pinces du crabe.

Je sais que la violence de ces mots n’est pas volontaire, je sais que le langage médiatique et populaire est fait d’automatismes. Je sais que l’altercation est toujours « violente », que la faune est inévitablement « bigarrée », que la nouvelle émission de télévision est « ludique » et que l’intervention policière a été « musclée ». Il n’y a pas que la peinture qui soit à numéros…

Mais c’est justement parce que l’expression « combat contre le cancer » est un automatisme qu’elle est en soi violente. Parce qu’on a collectivement métabolisé que si on se bat « bien », que si on se bat « fort », eh bien, c’est la recette pour le « battre », ce putain de cancer…

Et ça, c’est faux.

David Bowie est mort d’un cancer, voilà : tout est là.

LE PALMARÈS DE L’INTOLÉRANCE

Quelques jours avant Noël, le Toronto Star a publié une lettre ouverte sortie du champ gauche dont le titre était une grande proclamation juteuse : LE QUÉBEC DOIT AFFRONTER SON PROBLÈME D’ISLAMOPHOBIE.

OK.

La lettre était signée par deux chercheurs, Amarnath Amarasingam et Hicham Tiflati. Le premier est affilié à l’Université de Waterloo, le second à l’Université du Québec à Montréal et au Centre de la prévention de la radicalisation menant à la violence. Tous deux étudient les phénomènes de radicalisation.

Le Québec doit affronter son problème d’islamophobie ?

OK, oui, sans aucun doute : le Québec a son lot d’intolérants et d’islamophobes. Attention, n’est pas islamophobe quiconque émet des réserves sur la manifestation de la foi musulmane dans l’espace public. Mais il y a, ici comme ailleurs, de l’islamophobie.

Le problème du papier publié dans le Star, c’est notamment cette phrase : « … la nature de l’islamophobie [au Québec] semble être unique ».

Deux chercheurs, rompus au poids des mots, qui se frottent quotidiennement aux subtiles nuances des arbitrages de principes sociologiques, qui font enfiler au Québec tout entier une chemise brune avec trois petits mots – « semble être unique » – lâchés comme ça, en passant, comme une évidence.

Leurs preuves ?

Rien. Des anecdotes.

Des « semble être unique » qui émailleraient à merveille le texte d’un vulgaire chroniqueur d’humeur, mais qui devraient couvrir de honte des chercheurs qui ont – ou qui veulent avoir – un doctorat…

L’islamophobie est un problème, l’intolérance existe, mais elle n’est pas quantifiable à l’intérieur d’un classement clair et net, comme le jeu de puissance des 30 équipes de la Ligue nationale de hockey. Une mosquée a été incendiée à Peterborough, une autre vandalisée à Cold Lake : est-ce que ça veut dire que l’Ontario est plus intolérante par rapport aux musulmans que l’Alberta ? Réponse : ça ne veut rien dire, ce sont des anecdotes. Ça fait de moins bons titres, j’en conviens.

On pourrait penser qu’en matière de niaiseries colportées sur le Québec, les journaux de Toronto auraient appris quelque leçon de l’affaire Jan Wong.

On se tromperait.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.