EN ROULANT

Le Festidrag ne séduit pas tout le monde

La fin de saison est mouvementée pour le Festidrag Castrol. Un temps décriée par des riverains du côté de Mont-Joli, cette série de courses d’accélération voit maintenant son épreuve de Thetford Mines menacée de disparition. Les « shows de boucane » ne séduisent pas tout le monde, manifestement.

Le promoteur Martin D’Anjou « ramasse en ce moment des noms de commerçants de Thetford Mines pour montrer qu’ils sont derrière [nous] ». Des amateurs de courses automobiles font circuler une autre pétition. Depuis une dizaine de jours, la cité minière voit la piste de son aérodrome être au cœur d’un litige entre le promoteur de courses d’accélération et le nouveau gestionnaire des installations aéroportuaires.

« Je suis en train de faire une pétition auprès des commerçants pour montrer à Grondair Aviation qu’un aérodrome, c’est comme un aréna. Il y a plein de choses que l’on peut faire dans un aréna. »

— Martin D’Anjou, promoteur

« Un aérodrome, poursuit-il, ce n’est pas juste pour les avions, ça peut être utilisé pour plein d’autres activités connexes. »

Depuis 13 ans, Thetford Mines est au calendrier du championnat provincial de courses d’accélération dénommé « Festidrag Castrol ». Les pilotes s’affrontent en duel sur une distance d’un quart de mille sur la piste de l’aérodrome, réservée une fin de semaine par année pour l’occasion.

NOUVEAU GESTIONNAIRE

Propriété de la municipalité de Thetford Mines, l’aérodrome sera géré par la société Grondair Aviation à compter du 1er octobre. C’est par la presse locale que le promoteur de courses a appris que son événement n’était plus désiré dans la cité minière l’an prochain. La course y était renouvelée année après année.

« Nous essaierons d’aller plutôt vers des activités plus haut de gamme. Associer un aéroport avec des courses automobiles, nous ne le faisons pas chez nous [à Saint-Frédéric], alors je ne vois pas pourquoi nous le ferions ici [à Thetford Mines] », a déclaré le directeur général de Grondair Aviation, Martin Nadeau, dans les colonnes du Courrier Frontenac.

« Ce n’est pas un centre de loisirs, c’est un aéroport et il faut que ça y ressemble et que ce soit gouverné ainsi », a-t-il ajouté.

Regrettant que cette nouvelle administration ait agi « de façon cavalière », Martin D’Anjou argumente qu’il organise un « événement d’envergure nationale, de prestige » qui génère des retombées économiques non négligeables et jouit d’une certaine visibilité à la télévision. « Thetford Mines est une des courses les plus achalandées de la saison. »

«On n’a rien contre le Festidrag, on est ouvert à ce genre d’activités. Mais on ne peut pas imposer au gestionnaire du site des activités. Il y a d’autres sites dans la région de Thetford Mines pour les courses, il faut juste que l’on s’assoie», commente Michel Verrault, conseiller municipal et président de la Corporation de l’aéroport de Thetford Mines.

Comme si cela ne suffisait pas, le Festidrag a été ciblé le mois dernier à Mont-Joli, où une pétition demandant le retrait des deux fins de semaine de courses a circulé. Des riverains se plaignaient du bruit, de la fumée, de l’odeur et de la circulation générés par la compétition. Le soutien municipal et populaire à l’événement a mis fin à cette contestation. Temporairement ?

2000

Le Festidrag Castrol existe depuis l’an 2000 et comptait cette année huit fins de semaine de courses, toutes disputées sur une piste d’aérodrome.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.