tempête florence et typhon Mangkhut

Alors que la tempête Florence poursuivait sa route meurtrière sur la côte est américaine, le super typhon Mangkhut a fait au moins 28 morts aux Philippines.

tempête florence aux États-Unis

Des inondations « catastrophiques » menacent la côte Est

Caroline du Nord — La tempête Florence, qui a déjà fait au moins neuf morts sur la côte atlantique américaine, menaçait toujours de faire des ravages au cours du week-end, en raison des « quantités monumentales » de pluie qu’elle charrie et des inondations qu’elle provoque, selon les autorités qui ont averti les habitants évacués de ne pas tenter de rentrer chez eux.

La tempête a fait au moins neuf morts, selon les autorités : cinq en Caroline du Nord, dont une mère et son bébé tués dans leur maison par la chute d’un arbre, et un en Caroline du Sud, une femme de 61 ans morte vendredi lorsque sa voiture a heurté un arbre couché sur la route. Trois autres ont été victimes de « crues subites » sur les routes, ont indiqué les autorités du comté de Duplin, en Caroline du Nord.

Plusieurs médias américains avancent aussi le chiffre de 11 morts.

Les rafales et les pluies diluviennes ont fait d’importants dégâts. De nombreuses routes restaient coupées par des arbres et des poteaux électriques arrachés, ou encore par des crues soudaines.

La dépression « déverse des quantités monumentales de pluie », a mis en garde Roy Cooper, gouverneur de Caroline du Nord, l’État le plus durement frappé.

« Toutes les routes de l’État peuvent être inondées », a averti le gouverneur. Malgré la levée des ordres d’évacuation sur la côte, « vous n’êtes pas en sécurité si vous y allez », a-t-il dit à ses administrés impatients de regagner leur domicile.

« Beaucoup de gens qui pensent que la tempête les a ratés n’ont pas encore fait face à sa menace. »

— Roy Cooper

Le gouverneur a mis en garde les habitants des régions montagneuses dans l’ouest de l’État alors que Florence devait continuer à s’enfoncer vers l’ouest hier et dévier vers le nord aujourd’hui.

Plusieurs localités des deux Carolines ont émis à leur tour hier des arrêtés d’évacuation en prévision d’inondations.

La tempête « va provoquer des inondations catastrophiques sur des zones de Caroline du Nord et de Caroline du Sud pendant encore quelque temps », a averti un responsable de l’Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA), Steve Goldstein. « Nous avons affaire à un évènement majeur d’inondations et de pluie, nous sommes également attentifs à de possibles glissements de terrain », a-t-il ajouté.

Florence, qui s’affaiblissait, avançait hier à 6 km/h avec des vents de 75 km/h dans l’intérieur des terres à la frontière de la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, selon le bulletin de 14 h diffusé par le centre national des ouragans (NHC).

Les autorités s’attelaient désormais à évacuer l’eau et porter secours aux habitants piégés par les eaux.

« Comme un TGV »

Autour de la ville de Hampstead, sur la côte de Caroline du Nord, des habitants évacués tentaient de rentrer chez eux pour constater les dégâts malgré les routes inondées, selon un correspondant de l’AFP.

Une partie de la ville de New Bern, environ 30 000 habitants, était sous les eaux depuis vendredi, piégeant des centaines d’habitants. La cité touristique est située à la confluence de la Neuse et de la Trent, près d’un estuaire.

Enseignant retraité, Charles Rucker venait d’acheter sa maison où il n’avait passé que cinq nuits quand la tempête s’est abattue, faisant monter subitement les eaux de trois mètres.

« Ç’a été comme un TGV traversant le salon. Je n’avais jamais rien vu de semblable, j’ai eu vraiment peur », a-t-il déclaré à l’AFP en évoquant la subite montée des eaux provoquée par la marée de tempête.

Les rues inondées étaient recouvertes d’une pellicule d’huile pour moteur de bateau, a constaté un reporter de l’AFP. Certaines maisons étaient toutes portes ouvertes, enfoncées par les rafales. Plusieurs statues d’ours, l’animal fétiche de New Bern, flottaient dans les rues où l’eau arrivait parfois jusqu’à mi-cuisse, malgré leur poids.

4200

Nombre de maisons qui ont été endommagées à New Bern, selon le maire Dana Outlaw. Plus de 400 personnes ont été secourues.

« La priorité, c’est de pomper l’eau qui est dans la ville », mais « le moment de rentrer n’est pas encore venu », a-t-il affirmé sur CNN à l’adresse des 1200 habitants réfugiés dans des centres d’accueil.

Environ 750 000 foyers étaient privés de courant hier en Caroline du Nord, selon les services de gestion des urgences.

De son côté, l’Agence fédérale des parcs nationaux s’est félicitée sur Twitter que les 16 poneys sauvages de la colonie d’Ocracoke, qui vivent sur une île au large de la côte, soient sains et saufs.

Typhon Mangkhut aux Philippines

« On avait l’impression que c’était la fin du monde »

Le super typhon Mangkhut a fait au moins 28 morts lors de son passage dévastateur aux Philippines, avant de balayer les régions densément peuplées de Hong Kong et du sud de la Chine.

« Au moment où nous parlons, il y a 28 morts », a indiqué tôt ce matin (heure locale) Francis Tolentino, principal responsable du gouvernement philippin pour la gestion des catastrophes naturelles. Les rapports ont commencé à arriver depuis des régions coupées du monde par le typhon. Le précédent bilan faisait état de 8 morts. Au moins 100 000 habitants ont été contraints de fuir leur domicile.

Les alertes de tempête les plus élevées ont été publiées pour Hong Kong et le sud de la Chine. Le bureau provincial de Guangdong chargé de la prévention des inondations a indiqué que près d’un demi-million de personnes avaient été évacuées dans sept villes.

155 km/h

Vitesse atteinte par les vents Mangkhut après avoir quitté le territoire philippin, avec des rafales atteignant parfois 190 km/h 

L’observatoire de Hong Kong a indiqué que bien que Mangkhut se soit légèrement affaibli, ses vastes bandes de pluie intenses provoquaient de fortes précipitations et des bourrasques fréquentes.

Des bénévoles ont prêté main-forte aux habitants du village de pêcheurs de Tai O pour surélever leurs meubles et appareils ménagers en prévision des inondations attendues.

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific prévoyait l’annulation de plus de 400 vols sur les trois prochains jours.

Bilan provisoire

Dans le nord de Luçon, la plus grande île de l’archipel philippin, environ quatre millions d’habitants se sont retrouvés hier sur la trajectoire du typhon, dont les vents ont atteint par endroits les 330 km/h.

L’étendue des dégâts est apparue dans la journée, avec des effondrements de pans de colline gorgés d’eau, des flots incontrôlables dévalant les rues et l’évacuation d’habitants de leurs maisons inondées.

Les sauveteurs ont été déployés dans les régions rurales et vallonnées les plus fortement touchées.

Le nombre des personnes tuées « devrait augmenter au fil des heures », avait prévenu Ricardo Jalad, le chef du bureau national de la défense civile.

Parmi les morts recensés aux Philippines, au moins six personnes ont été tuées par des glissements de terrain, une jeune fille s’est noyée et un agent de sécurité a été tué par la chute d’un mur.

Un peu plus de 105 000 personnes ont quitté leur domicile pour fuir les intempéries apportées par le typhon dans cette région principalement rurale et agricole.

Les Philippines sont frappées chaque année par une vingtaine de typhons qui font des centaines de morts et aggravent la pauvreté.

« Le plus fort »

« Parmi tous les typhons cette année, celui-ci est le plus fort, les vents qui l’accompagnent sont les plus violents », a dit le prévisionniste de l’Agence météorologique japonaise Hiroshi Ishihara.

Les Philippins habitant dans la zone touchée disent avoir vécu une nuit d’angoisse face à la nature déchaînée.

« On avait l’impression que c’était la fin du monde. Je n’ai pas pu dormir », a raconté Bebeth Saquing, une habitante de Luçon. Sa maison a cependant résisté aux assauts du vent, explique cette femme de 64 ans.

Haiyan, en novembre 2013, est le typhon le plus meurtrier à avoir touché les Philippines. Des vagues géantes, semblables à celles provoquées par un tsunami, avaient tout dévasté sur leur passage. La catastrophe avait fait plus de 7350 morts ou disparus.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.