Tournoi d’Auckland

Eugenie Bouchard en quarts

La Montréalaise Eugenie Bouchard affrontait dans la nuit de jeudi à vendredi l’Américaine Amanda Anisimova, troisième tête de série du tournoi, en quarts de finale de la Classique ASB, disputée à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Jeudi, la favorite Serena Williams a connu son match le plus relevé depuis le début de l’année, mais elle a fini par battre sa compatriote Christina McHale (3-6, 6-2 et 6-3) pour atteindre les quarts de finale. À l’instar de son amie et partenaire de double, Caroline Wozniacki a concédé une manche à une Américaine avant de se qualifier pour les quarts de finale en simple, battant Lauren Davis (6-1, 4-6 et 6-4) dans un match opposant deux joueuses au style semblable. — Associated Press

COUPE DE L’ATP

Les Canadiens éliminés par les Serbes

Arrivés en quart de finale de la Coupe de l’ATP un peu par la porte arrière, les Canadiens se sont fait montrer la sortie, vendredi à Sydney, par Novak Djokovic et les Serbes.

Il s’en est pourtant fallu de peu que Denis Shapovalov ne cause la surprise contre le numéro deux mondial, mais le Serbe a profité de l’appui pas toujours très sportif d’une foule largement acquise à sa cause pour renverser la situation et s’imposer 4-6, 6-1 et 7-6 (4).

Dans le premier match, Félix Auger-Aliassime a été nettement battu par le Serbe Dušan Lajović (34e), 6-4 et 6-2. Disputé pour l’honneur, le troisième match de la rencontre Canada-Serbie opposait la nuit dernière les Canadiens Adil Shamasdin et Peter Polansky aux Serbes Viktor Troiki et Nikola Čačić.

Les Serbes affronteront samedi en demi-finale le gagnant de la rencontre disputée la nuit dernière entre la Belgique et l’Espagne.

Malgré la défaite, l’équipe canadienne aura encore réussi un excellent parcours à cette Coupe de l’ATP et c’est à Denis Shapovalov qu’elle le doit. Impressionnant au tour préliminaire devant le Grec Stéfanos Tsitsipás et l’Allemand Alexander Zverev, deux joueurs du top 10, battu de justesse par l’Australien Alex de Minaur, Shapovalov avait aussi montré beaucoup de détermination en enchaînant rapidement des victoires en simple et en double contre la Grèce et surtout l’Allemagne.

Actuellement 14e mondial, le joueur de 20 ans évolue depuis l’automne dernier au niveau des meilleurs et il a disputé l’un de ses meilleurs matchs en carrière contre Djokovic.

Le Canadien a longtemps dominé son adversaire et semblait bien près de la victoire. Le match a toutefois tourné au début de la deuxième manche, quand Shapovalov a raté plusieurs chances de prendre l’avantage, avant que Djokovic réussisse un premier bris pour « réveiller » les très nombreux spectateurs serbes. Déconcentré par les cris, malgré les avertissements de l’arbitre, Shapovalov a perdu son ascendant et laissé son rival remonter à égalité.

Le Canadien a pourtant retrouvé son tennis en troisième manche et il a fait jeu égal avec Djokovic jusqu’au neuvième jeu, quand le Serbe a profité d’une chute malchanceuse de son adversaire pour réussir le bris. Servant pour le match à 5-4, Djokovic a raté sa chance et il a dû patienter au jeu décisif. Vite mené 0-5, puis 6-1, Shapovalov a repoussé trois balles de match, mais il a cédé à la quatrième.

Il s’agissait d’une cinquième victoire en cinq matchs pour Djokovic contre un rival qui a 12 ans de moins que lui, mais il n’a jamais été si près de la défaite. « C’est vrai, a concédé le Serbe après le match. C’est le match le plus serré que nous ayons disputé et le résultat aurait pu être bien différent. Denis [Shapovalov] a vraiment très bien joué et il faut lui rendre hommage pour sa performance cette semaine. »

Djokovic a confirmé que le public avait joué un rôle déterminant. « C’était un peu comme jouer à la maison », a-t-il affirmé, avant de remercier la foule en serbe.

Auger-Aliassime en panne de confiance

Dans le premier match, Félix Auger-Aliassime a joué de façon beaucoup trop erratique pour inquiéter un adversaire nettement plus constant que lui. Le Canadien a commis pas moins de 32 fautes directes, dont 20 du coup droit.

À part une victoire contre le modeste Grec Michail Pervolarakis, 486e, lors du premier match de la ronde préliminaire, Auger-Aliassime est resté bien loin de son meilleur niveau pendant cette Coupe de l’ATP. En simple, même s’il est actuellement 21e mondial, il s’est incliné face à l’Australien John Millman (48e) et à l’Allemand Jan Lennard Struff (35e).

Blessé l’automne dernier, limité à un seul match en finale de la Coupe Davis, le joueur de 19 ans n’a pas eu la meilleure préparation. À court de matchs et surtout de confiance, Auger-Aliassime a alterné tout au long du tournoi les coups sublimes et les passages à vide. Cela a encore été le cas hier devant Lajovic.

En principe, Auger-Aliassime va jouer au tournoi d’Adélaïde la semaine prochaine, alors que Shapovalov sera à Auckland, une dernière occasion de préparer les Internationaux d’Australie. Chose certaine, les deux Canadiens aborderont le premier tournoi du Grand Chelem de la saison dans des dispositions bien différentes.

L’Australie et la Russie en demi-finale

Présentée à peine deux mois après la Coupe Davis avec une formule pratiquement identique, la Coupe de l’ATP n’a pas encore réussi à soulever les passions. En Australie, où les matchs sont disputés, l’attention est évidemment monopolisée par les incendies de brousse qui ravagent une grande partie du pays.

Dans cette perspective, ce n’est pas une grosse surprise de voir l’équipe australienne qualifiée pour les demi-finales, même si elle a eu besoin d’une victoire dramatique en double pour disposer des Britanniques. Follement encouragés par une foule très partisane, Nick Kyrgios et Alex de Minaur se sont en effet imposés, 3-6, 6-3 et 18-16, devant Jamie Murray et Joe Salisbury.

Les hôtes affronteront samedi en demi-finale les Russes. Encore invaincus en simple depuis le début du tournoi, Daniil Medvedev et Karen Khachanov ont assuré la qualification de leur équipe jeudi en défaisant respectivement les Argentins Guido Pella et Diego Schwartzman.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.