Départ de Luc Ferrandez

Cela ne pourra pas toujours ne pas faire mal

Luc Ferrandez aura réussi à déplaire jusqu’à la fin de son règne. Dans son mot de démission *, il offre en héritage une vérité dérangeante : protéger l’environnement, ça ne pourra pas tout le temps faire plaisir à tout le monde. Ça ne pourra pas tout le temps ne pas faire mal.

À l’ère des slogans creux sur « l’économie et l’environnement qui vont très bien ensemble », le maire du Plateau-Mont-Royal osait dire que oui, il faudra brusquer certains électeurs. Quitte à prendre le risque de perdre la prochaine élection.

Ses idées provocatrices étant bloquées au comité exécutif de Montréal, M. Ferrandez a annoncé sa démission mardi.

Le maire sortant du Plateau avait le don de se faire des ennemis. Mais mettons de côté le personnage quelques secondes. Mettons de côté ses propositions, dont certaines sont contestables. Mettons aussi de côté son étrange stratégie, comme Nicolas Hulot avant lui en France, de renoncer au pouvoir pour faire avancer ses idées.

Son départ force à se poser une question : est-ce possible de prendre et de garder le pouvoir en proposant un électrochoc vert ? En convainquant les électeurs de moins manger de viande même s’ils en raffolent, de moins voyager en avion même si cela enrichit leur vie et de payer pour la pollution de leur voiture ? Voteront-ils vraiment pour un peu de larmes et de sueur ?

À l’échelle d’un arrondissement, la partie peut être gagnée, comme le prouvent les réélections de M. Ferrandez en 2013 et 2017. Il y a des bénéfices concrets et immédiats à transformer un quartier en milieu de vie vert – les parcs offrent un refuge lors des canicules, et les ruelles vertes permettent aux enfants de jouer en sécurité.

Mais plus on monte dans les ordres de gouvernement, plus les avantages sont diffus alors que les désavantages restent concrets. Que le Québec ou le Canada baisse ses émissions de gaz à effet de serre de 1 % ou de 10 %, on ne s’en rend pas compte le matin en se rendant au travail. Par contre, la taxe sur l’essence restera tout aussi frustrante.

Dans le passé, des chefs charismatiques ont connu un certain succès en vendant un sacrifice à court terme, comme Lucien Bouchard en 1996 avec la réduction du déficit. Mais encore là, les avantages à moyen terme, comme la baisse des dépenses en intérêts, étaient évidents pour le Québec. On ne peut dire la même chose de la biodiversité ou des gaz à effet de serre, des enjeux plus mondiaux que nationaux. 

C’est le drame de l’environnement : pour éviter un énorme coût à long terme, il y a un coût inférieur à payer à court terme, mais l’avenir n’intéresse jamais autant que le présent.

On le voit avec le gouvernement Ford en Ontario et, dans une moindre mesure, avec le gouvernement Legault à Québec. Toute mesure perturbant le confort des automobilistes est jugée hérétique. Pendant ce temps, à Ottawa, le gouvernement Trudeau est vilipendé parce qu’il taxe le carbone, une idée pourtant si consensuelle chez les économistes qu’elle a fait l’objet du plus grand consensus de l’histoire de la profession ! **

Bien sûr, cela ne signifie pas que la protection de l’environnement soit incompatible avec la démocratie. Pour s’en convaincre, on n’a qu’à regarder les régimes autoritaires – en général, ils se fichent bien de l’avenir de la planète.

Des élus visionnaires montrent qu’on peut convaincre les électeurs. Par exemple, la Norvège interdit désormais le stationnement dans le centre-ville de sa capitale, et elle prévoit bannir les véhicules à essence d’ici 2025, même si elle est une puissance pétrolière. Et pourtant, il n’y a pas encore eu de coup d’État…

Mais pour cela, il faut rompre avec la langue de bois. Avoir l’audace d’expliquer en quoi un urgent coup de barre doit être donné pour repenser notre façon d’aménager le territoire, de s’y déplacer et de s’y nourrir. Oui, cela peut paraître « radical ». Mais le radicalisme d’aujourd’hui finit souvent par devenir le gros bon sens du lendemain.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.