Le retour de Roy : 10 ans plus tard

Le 22 novembre 2008, Patrick Roy est retourné à la maison.

Roy, l’un des joueurs les plus performants durant les grands moments dans l’histoire de la LNH a vu son numéro 33 se hisser dans les hauteurs du Centre Bell 13 ans après avoir disputé son dernier match en tant que membre des Canadiens de Montréal.

La cérémonie n’a pas manqué de symbolisme, en commençant par la date du 22 novembre ou du 11/22, qui une fois additionnée donne 33.

Tout au long des festivités qui ont précédé le centenaire de l’équipe le 4 décembre 2009, les retraits de chandails ont été cédulés à des dates précises, reflétant ainsi le numéro de chandail du joueur honoré. Par exemple, le numéro 23 de Bob Gainey a été retiré le 23 février 2008, le numéro 29 de Ken Dryden a été honoré le 29 janvier 2007 et les numéros 12 de Dickie Moore et Yvan Cournoyer ont été retirés de la circulation le 12 novembre 2005.

Roy, qui est le 14e joueur des Canadiens à voir son numéro retiré se souvient encore du sentiment qu’il avait eu la première fois qu’il a enfilé ce chandail emblématique en 1985.

« C’est un privilège de pouvoir enfiler ce chandail. La première fois que je suis entré dans le vestiaire, c’était impressionnant. En regardant autour de la pièce et en plongeant dans l’histoire qui accompagne le logo, les joueurs qui portaient ce chandail avant moi, le Temple de la renommée, il y a tellement d’histoire ici », a déclaré Roy, qui a remporté deux coupes Stanley et deux trophées Conn Smythe lors de son séjour à Montréal, d’abord comme recrue en 1986, puis à nouveau en 1993. « Étant originaire du Québec, j’étais fier, même d’avoir simplement l’occasion d’essayer de faire partie de l’équipe. Dès le premier jour au camp d’entraînement, porter ce chandail fut un rêve qui est devenu réalité. »

La cérémonie de Roy était en quelque sorte un retour au bercail pour le légendaire gardien de but, dont le retour marquait la première fois qu’il revenait depuis son départ de l’organisation après la tristement célèbre défaite de 11-1 contre les Red Wings le 2 décembre 1995, ce qui entraîna son échange au Colorado quatre jours plus tard.

La soirée avait commencé avec Roy qui est entré dans le Centre Bell, franchissant les portes de l’immeuble sous les applaudissements des fidèles montréalais, se faufilant dans le hall à travers les gradins devant la légende Jean Beliveau jusqu’à la patinoire.

« Merci surtout à vous, partisans », a-t-il déclaré vers la fin de son discours. « Merci d’être exigeants, de nous demander de jouer chaque match comme si c’était le dernier. Merci de voir en chaque victoire un morceau d’histoire. »

« Je serai toute ma vie reconnaissant de votre accueil et de votre soutien », a-t-il poursuivi. « Bien sûr, je me souviendrai de ce jour où j’ai dû partir un peu trop vite sans vous dire au revoir comme je l’aurais souhaité. Mais je me rappellerai davantage ce moment où nous avons fait trembler le Forum et vibrer Montréal. Et alors que vos encouragements me vont droit au cœur, alors que vous me faites l’honneur de retirer mon chandail ici à Montréal, alors que vous m’accueillez comme au premier jour, mes amis, ce soir, je rentre chez moi. »

Concurrent fougueux et pionnier du style papillon, Roy a également inspiré une génération de gardiens de but canadiens-français durant sa glorieuse carrière, et ce fut souligné durant la cérémonie.

Alors que Roy terminait son discours et marchait sur le tapis rouge du centre de la glace vers la zone des buts où sa bannière attendait d’être brandie, 11 jeunes gardiens de but vêtus des chandails de certaines des légendes de la LNH dont Roy avait grandement inspiré. Les enfants représentaient Félix Potvin, Martin Biron, José Théodore, Patrick Lalime, Marc-André Fleury, Mathieu Garon, Jean-Sébastien Giguère, Roberto Luongo et Martin Brodeur, ainsi que Jaroslav Halak et Carey Price, les gardiens actuels dans le temps, qui ont tous deux reçu une petite tape de Roy alors qu’il faisait son entrée sur la glace.

Roy fut accompagné pour hisser sa bannière par Saku Koivu, Halak et Price, qui a récemment dépassé Roy pour le deuxième rang dans l’histoire de la franchise pour le plus grand nombre de victoires dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Un texte de Shauna Denis, traduit par Pierre-Antoine Mercier

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.