Gourmand Noël

À la carte

La scène gastronomique montréalaise se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, évènements… Nous vous présentons chaque semaine ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

Quand le Pérou rencontre la Chine

Après avoir célébré la cuisine Nikkei avec le Tiradito – soit la cuisine péruvienne d’inspiration japonaise – le chef Marcel Larrea s’intéresse cette fois à une autre culture culinaire née dans sa terre d’origine, qui est marquée par les influences cosmopolites des différentes vagues d’immigration qu’a connues le Pérou : la cuisine chifa, cette fois influencée par la cuisine chinoise.

En fait, le mot « chifa », qu’il a utilisé pour nommer son nouveau restaurant (créé avec son partenaire David Dumais), peut signifier plusieurs choses, explique le chef : « riz frit » ou « manger chinois », mais aussi « assis-toi et mange », la signification qu’il préfère. La cuisine chifa mélange donc les influences péruviennes et chinoises dans un même plat ; par exemple, un riz frit surmonté de morceaux de chicharrones, de la couenne de porc frite, emblématique de la cuisine sud-américaine.

« Je me suis inspiré de cette cuisine, mais je la fais à ma façon, en proposant des plats plus gastronomiques, et aussi des portions plus petites que celles servies normalement dans cette cuisine qui est très copieuse », détaille le chef. Le menu navigue donc à travers les antichuchos – des brochettes diverses saisies à feu vif sur le gril –, les raviolis croquants terre et mer, le poulet frit aux cinq épices ou les calmars grillés avec sauce aux haricots noirs fermentés. De quoi éveiller les papilles, en accompagnant le tout de cocktails aux accents asiatiques, créés par Alex Kinx Beaudin.

Campé dans un très beau décor (signé par Sarah Pelletier et David Schmidt) aux accents subtils évoquant cultures péruvienne, inca et chinoise, le Chifa, qui est voisin du Tiradito, reprend le principe mis de l’avant par ce dernier, avec un long bar-cuisine qui permet au personnel de faire à la fois le service et la cuisine. Un nouveau modèle développé par les propriétaires qui leur permet d’offrir un salaire décent aux employés en cuisine, et d’assurer une certaine stabilité dans ses équipes. À visiter du mardi au samedi, dès 17 h.

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

1080, rue Bleury, Montréal

Ouverture

Œuvres liquides

Le bartender Andrew Whibley prend l’industrie du cocktail au sérieux. Il a monté un des bars les plus raffinés en ville, le Cloakroom. Mais ce tout petit établissement du centre-ville, qui mise sur une expérience ultrapersonnalisée, a ses limites, notamment sur le plan de la capacité de la salle. L’équipe du Cloakroom a donc décidé de miser sur le volume avec son nouveau bar, Stillife, sans toutefois faire de compromis sur le plan de la qualité. Voilà pourquoi, en plus des 16 cocktails au verre, 16 autres préparations sont vendues en bouteille. Le menu se décline en ingrédients clés, qui changeront au fil des saisons. L’accent est mis sur une diminution progressive du gaspillage, grâce à des techniques avancées. Il y a aussi une sélection de bières locales et de vins naturels, ces derniers étant choisis par Guillaume Tanguay, anciennement au restaurant Nora Gray. Située dans un sous-sol du Vieux-Montréal, complètement remis à neuf, la salle de 125 places est à capacités variables. Des portes s’ouvrent et se ferment, pour créer une ambiance tantôt intime, tantôt plus festive. Le Stillife est ouvert depuis jeudi.

— Ève Dumas, La Presse

640, rue Saint-Paul Ouest, Montréal

Nouveauté

Prendre le thé chez Marcus

Entre les emplettes des Fêtes et les mille et une tâches à faire avant Noël, il faut parfois prendre le temps de s’arrêter. Besoin d’une petite pause bien méritée pendant une virée au centre-ville ? Direction le restaurant Marcus, dans le Four Seasons, qui vient de lancer à temps pour les festivités de Noël son heure du thé, une primeur canadienne du chef Marcus Samuelsson. Revisitant la célèbre tradition à l’anglaise, l’heure du thé est à l’honneur tous les jours, de 14 h à 17 h, dans le magnifique lounge du restaurant. En plus d’offrir une sélection de thés Tealeaves, un artisan mélangeur de Vancouver qui fournit notamment des établissements étoilés Michelin à travers le monde, on peut également y commander un plateau (40 $) mettant en vedette des créations salées et sucrées de la brigade, comme une brioche à la pomme de terre avec fromage à la crème, gravlax de betterave et concombre libanais ou encore une tartelette cassis et marron avec sa meringue croustillante. On peut saupoudrer le tout d’un peu de luxe en ajoutant, à l’envi, plateau de fruits de mer, caviar et champagne. Chic !

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

1440, rue de la Montagne, Montréal

Actualités

Bighi Curry renaît… en formule prêt-à-manger

Vous vous ennuyez des délicieux currys et autres petits plats aux saveurs asiatiques que proposait le restaurant Bighi Curry, qui a connu une courte, mais remarquée vie dans le Centre-Sud avant de fermer ses portes à l’automne 2018 ? Bonne nouvelle : le duo à l’origine du projet, Gabrielle Camiré et Huriel Pitre, a décidé de relancer l’entreprise, qui offre désormais des services de traiteur et de prêt-à-manger. C’est après avoir accepté de cuisiner pour un mariage l’été dernier que ces derniers ont eu envie de faire renaître leur projet, mais dans une formule différente, en attendant, un jour, de pouvoir se lancer dans un nouveau projet de restaurant. La même délicieuse cuisine de l’Asie est à l’honneur, que ce soit dans le service traiteur, concocté sur mesure selon les besoins et envies, ou en formule prêt-à-manger. Cette dernière option met surtout de l’avant leurs délicieux currys : on peut commander cinq portions de curry différents, véganes ou omnivores, qui se congèlent facilement, pour 75 $ (pour 25 $ de plus, on double les portions). En prime, le tout est livré à votre porte, dans des contenants en verre réutilisables – les retourner vous donnera un rabais de 10 % sur votre prochaine commande. Très pratique alors que le surchargé mois de décembre se pointe à l’horizon ! Pour infos et commandes, contactez directement l’entreprise par sa page Facebook ; un site web complet devrait être lancé sous peu.

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.