RECTIFICATIF

CHSLD Saint-Augustin

Dans un article publié dans notre numéro d'hier, qui relatait le cas de Claude Garneau, mort de soif alors qu'il était hébergé en CHSLD, nous avons publié une photo qui n’était pas celle de l’établissement visé. Il y a deux CHSLD Saint-Augustin dans la région de Québec. Notre photo montrait le CHSLD Vigi-Saint-Augustin, qui n'a rien à voir avec cette affaire. Les faits se sont plutôt produits au CHSLD Saint-Augustin, situé à Beauport. Nos excuses.

Revaloriser le sable utilisé pendant les inondations 

Des milliers de tonnes de sable ont servi à protéger les bâtiments de la crue des eaux au printemps. À Montréal comme dans d’autres municipalités, le sable connaîtra bientôt une seconde vie.

« Notre rôle, c’est d’identifier des voies de valorisation le plus possible. Même dans un contexte d’urgence, on tente de trouver des mesures de valorisation », note Frédéric Saint-Mleux, chef de division, gestion des matières résiduelles, au Service de l’environnement de la Ville de Montréal.

Dans la métropole, le sable servira dans le cadre des travaux d’aménagement du parc Frédéric-Back, au cœur du Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM). La Ville a annoncé il y a deux semaines un investissement de 8,5 millions pour continuer la réhabilitation de l’ancien site d’enfouissement.

Un contrat de près de 218 000 $ a aussi été accordé il y a deux semaines au Complexe Enviro Connexions Ltée pour l’élimination des rejets de tamisage, qui comprennent les morceaux de sacs et autres matériaux inutilisables. Cette somme inclut les redevances à l’enfouissement et les taxes.

CONTAMINATION

Le sable n’a pas été décontaminé. « Il a été contaminé par de l’eau, ça n’en fait pas une matière dangereuse », estime M. Saint-Mleux. Il précise qu’une partie du sable n’a jamais servi. Il sera aussi mélangé et recouvert, le rendant inaccessible au public.

Même s’il convient que les risques restent faibles, le professeur Gérald Zagury, du département des génies civil, géologique et des mines de Polytechnique Montréal, croit qu’il serait « plus prudent » pour la Ville de faire quelques analyses, en raison notamment des propriétés du sable. « Dans la mesure où on va recouvrir le sable de sol propre et que la population n’y aura pas accès, je ne suis pas inquiet par rapport à la contamination de l’environnement, dit-il. Pour être plus prudent, ce serait quand même bien de prendre quelques échantillons pour s’assurer qu’on a un niveau de contamination qui est acceptable ; ce n’est pas des coûts énormes. »

Les contaminants pourraient être des polluants métalliques, des hydrocarbures ou des bactéries. 

« On ne sait pas ce qui a été fait avec le sable. Par exemple, si j’ai mon réservoir [de mazout] qui a fui et que j’ai utilisé les sacs de sable, il pourrait y avoir un certain niveau de contamination. »

— Gérald Zagury, professeur à Polytechnique Montréal

Le ministère de la Sécurité publique recommande, dans son document d’information sur les inondations, de gérer les sacs de sable selon le principe du réemploi, du recyclage et de la valorisation, sauf en cas de « contamination évidente », caractérisée par exemple par une odeur.

Chose certaine, il paraît plus écologique pour M. Zagury de réutiliser le sable de cette façon que de l’enfouir – en calculant aussi les émissions du transport nécessaire pour transporter le sac vers un lieu d’enfouissement hors de l’île, plutôt que dans l’île. « On a une matière qu’on doit gérer, c’est de loin la façon la plus rentable économiquement et celle à moindre impact environnemental », estime aussi M. Saint-Mleux.

La recommandation du ministère de l’Environnement est d’ailleurs que l’enfouissement soit envisagé « en dernier recours ». Les sacs de polythène, en revanche, sont difficilement réutilisables.

AILLEURS AUSSI

À Laval, le sable a aussi été tamisé pour servir à des opérations de travaux publics, comme le remblayage lors d’excavations à la suite de ruptures de canalisation. La Ville de Trois-Rivières compte utiliser ses 2000 tonnes de sable comme abrasifs et pour différents travaux. Tout comme Gatineau, qui s’en servira pour les routes l’hiver, mais aussi pour le remplissage lors de construction de nouvelles rues. D’autres municipalités, comme Rigaud, n’ont pas encore déterminé l’usage du sable récupéré.

Frédéric Saint-Mleux estime que la Ville de Montréal a beaucoup appris des inondations de 2017. Le sable avait aussi été récupéré pour le parc Frédéric-Back, mais le processus avait pris plus de temps.

Presque le double de la quantité de sable a été utilisé cette année par rapport aux inondations de 2017. M. Saint-Mleux estime que cela a contribué à réduire les conséquences fâcheuses. « On a très peu géré de matériaux de démolition, en comparaison d’il y a deux ans », précise-t-il. Une autre amélioration pour l’environnement, note-t-il.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.